Journée d’études – Réseaux des savoirs dans l’Europe médiévale : personnes, sources, matériaux – rencontre Ménestrel

L’IEM (Institut d’Etudes Médiévales) de la Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa en tant que membre du réseau « Ménestrel. Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en Ligne » organise le 29 janvier 2016 une journée d’études sur le thème suivant : « Réseaux des savoirs dans l’Europe médiévale : personnes, sources, matériaux ».
La journée a pour objectif d’analyser par une approche interdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, archéologie, histoire de la littérature) les réseaux des savoirs au sein du monde médiéval à travers le prisme de la zone géographique européenne. Cette rencontre, qui rassemblera divers contributeurs portugais et étrangers, sera aussi l’occasion de présenter l’actualité des recherches et ressources en ligne au Portugal aux membres du réseau Ménestrel.

Comité d’organisation:
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL-FCT)
Mario Farelo (IEM-FCSH-UNL)

Affiche_Menestrel_Lisbonne_2016-page-001 12509068_726055620827980_1605337589854761831_n

Call for papers – Colloque international – Circulations juridiques et pratiques culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle) – Medieval Europe in Motion 3

Circulations juridiques et pratiques artistiques, intellectuelles et culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle)

Colloque international – Lisbonne, 25-27 février 2016

Appel à contributions

Le colloque international Medieval Europe in Motion 3 poursuit la série de rencontres scientifiques inaugurée en 2013 par l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne sur la thématique des mobilités artistiques et culturelles en Europe au Moyen Âge (https://sites.google.com/site/medievaleuropeinmotion2013/home).

L’objectif principal de ce nouveau colloque, en continuité thématique avec les deux éditions précédentes, est d’analyser les phénomènes de circulation et de mobilité des élites lettrées (clercs, universitaires, praticiens), des enlumineurs, des manuscrits, des textes, des modèles artistiques et des idées liés à la pratique du droit dans le territoire européen avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie).

Seront également analysées la manière dont ces phénomènes de mobilité ont interagi avec les processus de systématisation de l’enseignement et la pratique du droit, ainsi que la représentation visuelle de l’exercice du droit dans les enluminures des manuscrits.

Il ne s’agit pas d’un sujet complètement inédit dans le contexte des études d’histoire de la culture, de l’art et de l’économie, car plusieurs rencontres concernant des problématiques proches ont été organisées depuis quelques années. Il demeure que toutes ces thématiques n’ont pas souvent été mises en relation. Le colloque se propose de mener une analyse globale des aspects liés aux mobilités culturelles et juridiques pour donner un état de la question, susciter de nouvelles perspectives de recherche, et avancer ainsi dans l’étude et la connaissance de ces problématiques.

Pour cela, on abordera en premier lieu l’analyse du phénomène de la mobilité universitaire liée à l’enseignement du droit dans les différentes régions de l’Europe : comment cela se passait-il ? Qui voyageait ? Où les voyageurs se déplaçaient-ils et quelles étaient les villes les plus touchées par ce phénomène ?

En second lieu, le colloque vise à montrer comment ce phénomène de mobilité a également eu une incidence sur la confection des manuscrits juridiques enluminés et comment leur circulation et celle des enlumineurs ont influencé, stimulé, ainsi que modifié les processus de production et de création iconographique et stylistique dans les régions géographiques concernées.

Pour ce qui est du rôle des commanditaires, particuliers ou institutionnels (les commandes institutionnelles passaient souvent par le truchement d’individus, les cardinaux pour la Curie pontificale, les docteurs pour les universités, les podestats ou les juristes à leur service pour les villes et les communes), on se posera les questions suivantes : qui sont les commanditaires des manuscrits juridiques enluminés et pourquoi les possèdent-ils ? Quelles motivations sociales, politiques et économiques peuvent justifier leur commande ?

Dans le domaine de l’illustration des manuscrits juridiques, on se demandera quels sont les modèles iconographiques utilisés pour représenter visuellement l’exercice de la justice ou la manière d’enseigner dans les manuscrits de droit enluminés. Quels sont les contextes culturels dans lesquels ces manuscrits sont produits ? De quelle manière la production de manuscrits juridiques, en particulier dans l’aire géographique considérée (France méridionale, péninsule Ibérique, Italie), a-t-elle été influencée par la présence d’enlumineurs étrangers ?

Dans le domaine de la codicologie, on analysera les aspects matériels de ces manuscrits juridiques pour voir comment ils influencent aussi la technique de production, ainsi que les caractères physiques de l’objet-livre.

Enfin, on cherchera à étudier ces phénomènes de mobilité et de circulation, non pas de façon isolée, mais en les intégrant dans leurs contextes sociaux, politiques, culturels et économiques.

Dans cette perspective, les propositions de communication (20 minutes) pourront s’organiser en plusieurs axes :

  • La peregrinatio academica dans le contexte de la culture juridique
  • Les modalités de l’enseignement et de la pratique du droit en Europe (XIIIe-XVe siècle)
  • Les contextes sociaux, économiques, culturels et artistiques liés à la pratique du droit.
  • La production de livres manuscrits juridiques (enluminés ou non) : les contextes économiques et culturels de production ; le livre juridique en relation avec d’autres types de manuscrits enluminés ; la place du livre juridique dans le contexte de la production artistique médiévale ; l’institution des studia et les manuscrits juridiques enluminés ; les peciae et les manuscrits enluminés ; les manuscrits juridiques enluminés sur le Continent et en Angleterre ; la transition du manuscrit juridique enluminé au livre imprimé.
  • Le support concret que peuvent représenter les manuscrits juridiques dans la construction d’un ordre juridique et l’affermissement de la pratique judiciaire, une dimension performative et effective du livre juridique qui peut conditionner, tout à la fois, sa production, sa circulation, sa possession et ses usages.
  • Les personnes, les idées ainsi que les objets liés à la pratique du droit et à sa circulation dans l’Europe médiévale (XIIIe – XVe siècle).

Les propositions de communications (en français, anglais, espagnol, portugais ou italien), accompagnées d’un bref CV (1 page maximum), sont à envoyer au contact ci-dessous avant le 30 octobre 2015 : memconference2016@gmail.com. Le Comité scientifique prendra en considération l’importance des propositions en relation avec le thème du colloque et adressera sa réponse à partir du 15 novembre 2015.

Inscription avec communication : 50 euros

 

Comité d’organisation :

Coordinateur : Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL – TEMPLA – LAMOP)

Francisco José Díaz Marcilla (IEM-FCSH-UNL)

Mário Sergio Farelo (IEM-FCSH-UNL)

 

Secrétariat d’organisation :

Anabel Moreno (Universidad de Girona – TEMPLA)

 

Comité scientifique :

Etienne Anheim (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Mario Ascheri (Università « Roma Tre »)

François Avril (Bibliothèque nationale de France)

Patrick Arabeyre (Ecole nationale des chartes)

Maria Alessandra Bilotta (IEM – FCSH – UNL – TEMPLA – LAMOP)

Martin Bertram (Deutsches Historisches Institut in Rom – Roma)

Gerardo Boto Varela (Universitat de Girona – TEMPLA)

Paolo Cherubini (Archivio Segreto Vaticano)

Gaspar Coll Rosell (Universitat de Barcelona)

Maria Helena da Cruz Coelho (Universidade de Coimbra)

Fabrice Delivré (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/LAMOP)

José Domingues (Universidade Lusíada)

François Foronda (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/LAMOP)

Robert Gibbs (University of Glasgow)

Stéphane Gioanni (Ecole Française de Rome)

Christian Heck (Université Charles De Gaulle – Lille 3)

Susan L’Engle (Saint Louis University – Vatican Film Library)

Peter Linehan (Cambridge University)

Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)

José Meirinhos (IF – Faculdade de Letras da Universidade do Porto)

Maria Adelaide Miranda (IEM – FCSH – UNL)

Aires Augusto Nascimento (Universidade de Lisboa)

Ezio Ornato (CNRS – LAMOP)

Kenneth Pennington (The Catholic University of America)

Jacques Verger (Université Paris–Sorbonne)

 

 

Manuscrits juridiques du Midi

Le carnet Manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France, a pour objectif de rendre compte de l’enquête en cours sur la production de manuscrits juridiques enluminés dans le Midi de la France (XIIIe – XVe siècle) et rassemble des contenus variés (publications, nouvelles, événements scientifiques, programmes des séminaire et colloques organisés dans ce cadre) autour de l’étude scientifique de cette production. Ce carnet est directement lié au projet de recherche post-doctorale en cours mené par Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL) sur « Production et ornementation des manuscrits juridiques portugais entre le XIVe et le XVe s. et leurs relations avec les productions et l’ornementation du Midi de la France (en particulier Toulouse, Avignon et Montpellier) et les régions nord méditerranéennes (Italie et Catalogne) », mené à l’Institut d’études médiévales (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne et financé par la FCT (SFRH / BPD / 74298 / 2010) La recherche porte en particulier sur l’histoire et la production des manuscrits juridiques enluminés, de leur circulation ainsi que de la circulation de leur possesseurs et commanditaires. L’aire géographique concernée est comprise entre le bassin nord méditerranéen et la façade atlantique. La période choisie va du milieu du XIIIe siècle jusqu’au début du XVe siècle. Depuis 2007 les travaux de recherche de Maria Alessandra Bilotta portent sur la production de manuscrits enluminés (liturgiques et juridiques) dans le Midi de la France, en particulier à Toulouse, à Montpellier et à Avignon entre la fin du XIIIe et la première moitié du XVe siècle. Elle a ainsi élaboré une méthodologie de recherche que vise à considérer ces manuscrits et leur illustration comme le résultat d’un processus original et créatif fondé sur les déplacements, les échanges et l’interaction d’enlumineurs, sur la circulation d’œuvres, de commanditaires et de modèles, ainsi que sur le partage de savoirs communs dans l’arc géographique méditerranéen (Italie, France méridionale, Péninsule Ibérique).

Recherches sur la production des manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France (XIIIe – XVe siècle) : un carrefour artistique entre le Midi, l'Italie et la Péninsule Ibérique (Castille, Catalogne et Portugal) – XIIIe – XVe siècle. Ce Carnet s’appuie sur l’activité de recherche du projet mené par Maria Alessandra Bilotta, responsable éditorial du Carnet, médiéviste, chercheur à l'IEM-FCSH/NOVA, professeur invité à la Pontificia Università Gregoriana, actuellement au travail dans le fonds des bibliothèques européennes, en particulier portugaises et espagnoles, à la recherche de manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France. Le projet de recherche est financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298 / 2010).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search