Decouverte – Un manuscrit juridique enluminé par le Maitre du Missel d’Augier de Cogeux [ou Cogenx, abbé de Lagrasse dans les années 1279-1308], retrouvé dans la Bibliothèque de l’Escorial en Espagne

Les études des dix dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France.

Récemment nous avons repéré un nouveau témoins de cette production, qui nous apporte quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux (ou Cogenx), abbé de Lagrasse dans les années 1279-13081.

Le manuscrit qui vient de surgir est un exemplaire très luxueux qui contient le texte de l’Infortiat (ou Infortiatum) avec la glose ordinaire d’Accurse (1260). Ce manuscrit, aujourd’hui conservé en Espagne, à la Bibliothèque de l’Escorial (ms ç-I-152 ; fig. 1), contient donc la partie centrale du Digeste (livres XXIV, titre 3 – XXXVIII, inclus), une partie de l’imposante œuvre juridique attribuée à l’empereur Justinien.

Fig. 1 El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 107r, Infortiat, incipit du livre XXX. Pétition d’héritage de la part d’une femme légataire au souverain justicier. COPYRIGHT © PATRIMONIO NACIONAL

Elle fait suite, d’après la répartition médiévale, au Digestum vetus et précède le Digestum novum3. L’œuvre est divisée en quinze livres. Le manuscrit faisait partie à la fin du XVIe siècle de la bibliothèque de Antonio Agustín (Saragosse, 26 février 1517 – Tarragone, 31 mai 1586), archevêque de Tarragone de 1576 à 1586, important bibliophile et humaniste, très intéressé par les études juridiques et antiques4.

Du point de vue paléographique, l’Infortiat de l’Escorial est transcrit en une écriture italienne, très probablement bolonaise. En revanche, l’écriture des additiones est semblable à celle de l’extrême sud du Languedoc ou de la Catalogne : les signes d’abréviation allongés et le « i » long sont très typiques de cette zone géographique. La datation de l’écriture de l’Infortiat de l’Escorial ne peut être très précise comme c’est souvent le cas pour la rotunda, mais, comme les enluminures du manuscrit sont datables du début du XIVe siècle, l’écriture pourrait bien remonter à 13005.

La décoration peinte du manuscrit confirme amplement la loca- lisation de son enlumineur en terre languedocienne. Il est intéressant de voir, dans le cas des initiales ornées (par exemple aux folios illus- trés 18v, 39r, 85r, 124r, 138v, 155r, 195v, 218v, 241v, 262v), qu’il est capable de passer du style français au style bolonais. Ces initiales révèlent, de la part de l’artiste, une connaissance de l’art pictural transalpin et de l’idiome stylistique bolonais, peut-être assimilés par la consultation de manuscrits italiens de style bolonais. Ainsi l’Infortiat de l’Escorial fournit-il un exemple éloquent des diverses tendances stylistiques qui coexistaient dans le Midi de la France au début du XIVe siècle, parfois au sein d’une même équipe et dans l’œuvre d’un même artiste. En effet, stylistiquement l’œuvre de l’enlumineur de l’Infortiat de l’Escorial se rattache nettement aux enluminures des manuscrits du Midi de la France, tant du point de vue du dispositif décoratif et du vocabulaire ornemental des initiales que du traitement des figures. Par exemple, la surface des fonds des miniatures est divisée en bandes verticales juxtaposées (fig. 1 et 2) : un détail typique de l’enluminure méridionale que l’on ne rencontre que très rarement dans le nord6.

À partir de ces observations nous pouvons affirmer que les quinze illustrations du manuscrit de l’Escorial sont l’œuvre d’un artiste très raffiné, actif en France méridionale (probablement dans le territoire compris entre Toulouse, Carcassonne et Narbonne) au tout début du XIVe siècle. Il fut, très probablement, à la tête d’un atelier prolifique. On peut identifier ce remarquable illustrateur anonyme avec le Maître du Missel d’Augier de Cogeux, d’après le ms 17006 de la British Library de Londres7, un missel à l’usage de Lagrasse datable du début du XIVe siècle. Il s’agit de son œuvre la plus représentative, datant de l’époque où le Maître travaille avec deux autres enlumineurs. Ce superbe missel avait été commandé par l’abbé Augier de Cogeux (ou Auger de Cogenx), en charge de 1279 à 130824, pour la chapelle Saint-Barthélemy de l’abbaye Sainte- Marie de Lagrasse. On reconnaît la main de cet artiste talentueux ainsi que celle de son premier assistant dans plusieurs manuscrits enluminés de contenu juridique.

L’ « apparition » de l’Infortiat de l’Escorial, permet de supposer que le Maître du Missel d’Augier de Cogeux et son équipe ont également illustré et décoré des manuscrits copiés par des mains italiennes peut-être en Italie même. Il est possible, cependant, que ces deux exemplaires soient arrivés dans le Midi de la France avant de recevoir leur décoration peinte. En effet, comme nous l’avons montré, au XIVe siècle c’étaient surtout les livres manuscrits, en particulier juridiques et issus du milieu universitaire bolonais, ainsi que leurs commanditaires qui se déplaçaient8. Ce manuscrit de l’Escorial est un  exemples éloquent de l’activité des ateliers méridionaux dans les milieux cosmopolites du Midi de la France, notamment à Avignon et à Toulouse, lieux privilégiés d’échanges intellectuels et artistiques.

 

  1. M. A. Bilotta, Les mss juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe s. : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les mss et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283 []
  2. Pour une description du manuscrit voir G. Antólin, Catalogo de los codices latinos de la Real Biblioteca del Escorial, vol. 1, Madrid, 1910 p. 206-207 []
  3. Le Code, le Digeste, ou Pandectes, et les Institutes ont été composés entre 528 et 534 sur l’ordre de l’empereur Justinien. Ces compilations juridiques étaient la base de l’enseignement du droit romain au Moyen Âge. Pour cette raison elles ont été copiées, étudiées et commentées dans les universités, notamment celle de Toulouse qui s’était spécialisée dans l’enseignement du droit. Cf. J. Q. Whitman, « A Note on the Medieval Division of the Digest », Tidschrift voor Rechtsgeschiedenis, 59 (1991), p. 269-284 []
  4. Voir aussi pour la bibliographie concernant la biographie de Antonio Agustín : S. De Maria, M. Parada López de Corselas, « Antonio Agustín, Bologna e l’antiquaria del Cinquecento », dans S. De Maria, M. Parada Lopez de Corselas (dir.), El Imperio y las Hispanias de Trajano a Carlos V. Clasicismo y poder en el arte espanol / L’impero e le Hispaniae da Traiano a Carlo V, Bologne, 2014, p. 331-355 ; J. F. Alcina Rovira, « El humanismo de Antonio Agustín », dans A. Egido, J. E. Laplana (dir.), Mecenazgo y Humanidades en tiempos de Lastanosa : Homenaje a Domingo Ynduráin, Saragosse, 2008, pp. 31-50. Pour la formation juridique de Antonio Agustín voir C. Flores Sellés, « Antonio Agustín, estudiante en Italia (1536- 1541), Studia Albornotiana XXXVII [n° spécial : El cardenal Albornoz y el Colegio de España VI], 1979, p. 319-321 ; M. Mayer Olivé, « Agustin y Albanell, Antonio », dans Diccionario Biografico Español, II, Madrid, 2009, p. 35-42 []
  5. Nous remercions Marc Smith pour les observations paléographiques concernant l’Infortiat de l’Escorial qu’il nous a transmises (communications écrites du 6 mai, du 29 novembre et du 17 décembre 2015). Sur la datation de l’écriture rotunda italienne voir P. Supino Martini, « Linee metodologiche per lo studio dei manoscritti in litterae textuales prodotti in Italia nei secoli XIII-XIV », Scrittura e civiltà, 17, 1993, p. 43-102 []
  6. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien : un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », L’Art de l’enluminure. 24, 2008, Numéro monographique, p. 13; Ead. « Images dans les marges des manuscrits toulousains de la première moitié du XIVe siècle : un monde imaginé entre invention et réalité », Mélanges de l’École française de Rome. Section Moyen Âge. 121/2, 2009, p. 349–359;  Ead., « Un manoscritto giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi : il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » dans P. Maffei, G. M. Varanini, Honos alit artes. Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, Florence, 2014, p. 13-32 : 19 []
  7. Il s’agit du seul manuscrit connu, réalisé pour l’abbaye bénédictine Sainte-Marie de Lagrasse. Sur ce missel voir aussi, pour la bibliographie antérieure, A. Stones, « Notice n° 6bis. Missel à l’usage de La Grasse (OSB, dioc. Carcassonne, prov. Narbonne), dit Missel d’Augier de Cogeux », dans M. A. Bilotta, M.-P. Chaumet- Sarkissian (dir.), Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse. Anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle, Catalogue de l’exposition de Toulouse, Musée Paul Dupuy, 15 mars – 18 juin 2012, Paris, 2012, p. 100-101 ; Ead., Gothic Manuscripts, I-1 p. 32, 35, 43, 77, 98 ; I-2 p. 320 ; II-1 p. 190, 202, 203, 204, 206, 210-15 ; Cat. VII-26, ills. 408-17, pls. 85-86, p. 216, 219, 239, 246 ; II-2 p. 114 n. 2, 141 n. 29 155, 156, 157 []
  8. Cf. M. Medica, « Tra Università e Corti : i miniatori bolognesi del Trecento in Italia settentrionale », dans S. Romano, D. Cerutti (dir.), L’artista girovago. Forestieri, avventurieri, emigranti e missionari nell’arte del Trecento in Italia del Nord, Rome, 2012, p. 101, n. 1 ; Bilotta, « Bologne et ses liens avec Avignon », p. 260 []

Découverte – Deux fragments de deux manuscrits, probablement toulousains, du Décret de Gratien datant du début du XIVe siècle, retrouvés aux Archives d’État d’Orvieto (Italie)

Deux fragments appartenant à l’origine à deux manuscrits du Décret de Gratien, réalisés dans le Midi de la France, peut-être à Toulouse, ont été retrouvés dans les fonds des Archives d’État d’Orvieto en Italie1.

Le premier fragment  (ASCO, Varietà, 1) est une miniature qui introduit les premiers mots de la Cause XX du Décret de Gratien, comme on peut le constater par la lecture du texte qui précède: « […] in causam ingratitudinis inciderunt. Item: §. 1. Non liceat parentibus liberos suos ad solitariam uitam transeuntes abstrahere de monasterio» (phrases finales de la Cause XIX) et du texte qui suit l’illustration : «Duo pueritiae annos agentes a parentibus monasterio traditi sunt […]» (Incipit de la Cause XX; fig. 1).

Fig. 1Orvieto, Archivio di Stato, ASCO, Varietà, 1, f. 2 (© su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, autorizzazione n. 101 dell’Archivio di Stato di Terni)

Il a été possible de préciser l’origine géographique du fragment en partant de son analyse iconographique : en fait, pour illustrer le sujet débattu dans la Quaestio I de la Cause XX dans le fragment a été choisie une iconographie inconnue dans les exemplaires parisiens et bolonais du Décret :  dans la partie droite de la miniature est représenté un homme sur un cheval en course qui se déshabille pour revenir à la vie séculière («[…] ad secularem miliciam redit […]») et pour abandonner le monastère où il avait été conduit sans son consentement par ses parents. Sur le côté gauche de la scène est représenté un novice, accompagné d’un moine et agenouillé devant l’abbé. Comme l’ont montré François Avril2 et plus tard Margaret Rusius aussi3, cette iconographie, caractérisée par la présence de l’homme à cheval, est inconnue dans les manuscrits enluminés à Bologne et à Paris, en revanche elle est assez répandue dans les manuscrits enluminés dans le Midi de la France, en particulier dans ceux enluminés à Toulouse4.

La deuxième miniature enluminé dans le deuxième fragment (Pergamene di recupero, 1433; fig. 2), introduit l’incipit du texte de la Cause XXVI («Sacerdos sortilegus esse et diuinus conuincitur apud episcopum […]») où, dans la première partie, on discute le cas d’un prêtre accusé de pratiquer de la magie ou de la sorcellerie, qui est excommunié parce qu’il ne respecte pas l’avertissement de son évêque5

Fig. 2 Orvieto, Archivio di Stato, Pergamene di recupero, 1433 (© su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, autorizzazione n. 101 dell’Archivio di Stato di Terni)

La scène dans le fragment de Orvieto représente le cas décrit dans le texte de Quaestio V de la Cause XXVI, comme on peut le constater par la lecture du mot QUINTO écrit en lettres majuscules dans l’extrémité inférieure de l’encadrement qui entoure la miniature (fig. 2) À gauche, un prêtre est en train de pratiquer l’ornithomancie,  d’observer et d’indiquer un oiseau posé sur un arbre. Sur la droite est représenté le même prêtre en présence de son évêque en train de lui réprimander. Dans ce cas aussi, comme pour la miniature  précédente, l’iconographie choisie pour illustrer la Cause XXVI lie cette illustration à la production toulousaine. En fait, comme l’a montré Margaret Rusius6 la représentation de la pratique de l’ornithomancie est fréquente dans les manuscrits du Décret de Gratien illustrés dans la région toulousaine7.

 

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. F. Avril, «Notice nr. 234. Décret de Gratien avec glose de Barthélémy de Brescia», dans Les fastes du gothique. Le siècle de Charles V, pp. 288-289: 289 []
  3. M. Rusisus, L’illustration du Décret de Gratien dans l’enluminure toulousaine au XIVe siècle, Thèse de doctorat de 3e, histoire de l’art, Paris IV Sorbonne, 1986-1987, 2 vols., pp. 169-207 []
  4. A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures in the Manuscripts of the Decretum Gratiani, II, Roma 1975, Causa XX, Tav. I e II; fig. 23-26 (Studia Gratiana, XVII); cf. F. Avril, «Notice nr. 234. Décret de Gratien», cit., p. 289; M. Rusius, L’illustration du Décret de Gratien, cit., vol. I, pp. 169-207; M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 20 []
  5. Gratiani Decretum, pars secunda, causa XXVI: «Quidam sacerdos sortilegius esse et divinus convincitur apud episcopium; correctus ab episcopo noluit cessare; excomunicatur; tandem agens in extremis reconciliatur a quodam sacerdote episcopo inconsulto; indicitur penitencia sibi sub quantitate temporis canonibus prefixa. (Qu. I) Primum queritur, qui sint sortilegi? (Qu. II) Secundo, an sit peccatum esse sortilegium? (Qu. III) Tertio, a quibus genus divinationis sumpsit exordium? (Qu. IV) Quarto, quot sint genera divinationis? (Qu. V) Quinto, an sortilegi vel divini sint excomunicandi, si cessare noluerint? (Qu. VI) Sexto, an excomunicatus ab episcopo possit reconciliari a presbitero, illo inconsulto? (Qu. VII) Septimo, si morientibus est indicenda penitencia sub quantitate temporis?», migNe, PL, CLXXXVIII, 1335 []
  6. M. Rusius, L’illustration du Décret de Gratien, cit., vol. I, pp. 169-207 []
  7. A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures, cit., Causa XXVI, Tav. II, III e IV, fig. 16-18, 20-21. K. Nordenfalk, Compte-rendu du volume de A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures, cit., in «Zeitschrift für Kunstgeschichte» 43 (1980), pp. 318-337: 335 []