Archives de catégorie : Manuscrits enluminés

Decouverte – Un fragment juridique enluminé par le Maître du Missel d’Augier de Cogeux [ou Cogenx, abbé de Lagrasse dans les années 1279-1308], reconnu dans la Lilly Library – Indiana University Bloomington

Dans le fonds ancien de la Lilly Library (Indiana University Bloomington) est conservé un fragment manuscrit enluminé (sous la cote Ricketts 2061); fig. 1), provenant originairement d’un manuscrit contenant le texte de l’Apparatus in quinque libros Decretalium du pape Innocent IV (1243-1254).

Fig. 1  Lilly Library (Indiana University—Bloomington), ms Ricketts 206 (©Lilly Library – Indiana University—Bloomington) dans Digital Scriptorium 

Ce fragment est connu grâce à la publication, en 2010, du catalogue Gilding the Lilly par Christopher De Hamel2 qui a consideré le fragment originaire du sud de la France,  lié au milieu de production toulousain, en vertu de comparaisons avec d’autres manuscrits enluminés de droit canonique faisant référence à ce milieu de production3.

Le fragment Ricketts 206 (mm 408×269) contient la partie initiale de l’Apparatus sur le Livre IX des Décrétales de Grégoire IX; cette section s’ouvre avec les mots De francia quidam […] ; il s’agit du chapitre concernant le mariage. 

Fig. 2  Lilly Library (Indiana University—Bloomington), ms Ricketts 206 (dettaglio) (©Lilly Library – Indiana University—Bloomington) dans Digital Scriptorium

L’analyse stylistique de la miniature du fragment (fig. 2) a permis récemment de lier ce précieux fragment à la production d’un artiste très raffiné, actif en France méridionale (probablement dans le territoire compris entre Toulouse, Carcassonne et Narbonne) au tout début du XIVe siècle4. Il fut, très probablement, à la tête d’un atelier prolifique. On peut identifier ce remarquable illustrateur anonyme avec le Maître du Missel d’Augier de Cogeux, d’après le ms Add. 17006 de la British Library de Londres5, un missel à l’usage de Lagrasse datable du début du XIVe siècle. Il s’agit de son œuvre la plus représentative, datant de l’époque où le Maître travaille avec deux autres enlumineurs. Ce superbe missel avait été commandé par l’abbé Augier de Cogeux (ou Auger de Cogenx), en charge de 1279 à 1308, pour la chapelle Saint-Barthélemy de l’abbaye Sainte- Marie de Lagrasse.

On reconnaît la main de cet artiste talentueux ainsi que celle de son premier assistant dans plusieurs manuscrits enluminés de contenu juridique.

Si le commanditaire du fragment de la Lilly Library doit encore être identifiée, son ornementation et son illustration en font un témoin significatif de l’enluminure du Midi liée au milieu de production toulousain, et un témoin aussi du travail de l’Atelier de Cogeux à l’aube du XIVe siècle. Ce fragment est aussi un signal important des expériences intéressantes qui ont été réalisées, déjà à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, dans le contexte de la décoration de manuscrits dans la ville de Toulouse, notamment suite au contact des enlumineurs du Midi avec des modèles de miniatures italiennes et du nord de la France, auxquelles plusieurs générations d’enlumineurs toulousains se sont inspirés avec des sensibilités différentes.

 

  1. Une description du fragment est disponible en ligne depuis 2011 dans Digital Scriptorium : http://ucblibrary4.berkeley.edu:8088/xtf22/search?shelfmark=Ricketts%20206;smode=basic;rmode=digscript;docsPerPage=1;startDoc=1;fullview=yes – dernière consultation 21 octobre 2018 []
  2. Ch. De Hamel, Gilding the Lilly, A Hundred Medieval and Illuminated Manuscripts in the Lilly Library, Bloomington, 2010, pp. 88-89 []
  3. Cf. Ch. De Hamel, Gilding the Lilly… cit., p. 88 []
  4. cf. M.A. Bilotta, Il Midi fuori dal Midi: un prezioso foglio “fuggitivo” miniato dall’atelier del Messale di Augier de Cogeux nelle collezioni della Lilly Library (Indiana University—Bloomington), dans Art fugitiu. ESTUDIS D’ART MEDIEVAL DESPLAÇAT, éd. par R. ALCOY, Barcelona 2014, pp. 211-224 []
  5. Il s’agit du seul manuscrit connu, réalisé pour l’abbaye bénédictine Sainte-Marie de Lagrasse. Sur ce missel voir aussi, pour la bibliographie antérieure, A. Stones, « Notice n° 6bis. Missel à l’usage de La Grasse (OSB, dioc. Carcassonne, prov. Narbonne), dit Missel d’Augier de Cogeux », dans M. A. Bilotta, M.-P. Chaumet- Sarkissian (dir.), Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse. Anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle, Catalogue de l’exposition de Toulouse, Musée Paul Dupuy, 15 mars – 18 juin 2012, Paris, 2012, p. 100-101 ; Ead., Gothic Manuscripts, I-1 p. 32, 35, 43, 77, 98 ; I-2 p. 320 ; II-1 p. 190, 202, 203, 204, 206, 210-15 ; Cat. VII-26, ills. 408-17, pls. 85-86, p. 216, 219, 239, 246 ; II-2 p. 114 n. 2, 141 n. 29 155, 156, 157 []

Decouverte – Un manuscrit juridique enluminé par le Maitre du Missel d’Augier de Cogeux [ou Cogenx, abbé de Lagrasse dans les années 1279-1308], retrouvé dans la Bibliothèque de l’Escorial en Espagne

Les études des dix dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France.

Récemment nous avons repéré un nouveau témoins de cette production, qui nous apporte quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux (ou Cogenx), abbé de Lagrasse dans les années 1279-13081.

Le manuscrit qui vient de surgir est un exemplaire très luxueux qui contient le texte de l’Infortiat (ou Infortiatum) avec la glose ordinaire d’Accurse (1260). Ce manuscrit, aujourd’hui conservé en Espagne, à la Bibliothèque de l’Escorial (ms ç-I-152 ; fig. 1), contient donc la partie centrale du Digeste (livres XXIV, titre 3 – XXXVIII, inclus), une partie de l’imposante œuvre juridique attribuée à l’empereur Justinien.

Fig. 1 El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 107r, Infortiat, incipit du livre XXX. Pétition d’héritage de la part d’une femme légataire au souverain justicier. COPYRIGHT © PATRIMONIO NACIONAL

Elle fait suite, d’après la répartition médiévale, au Digestum vetus et précède le Digestum novum3. L’œuvre est divisée en quinze livres. Le manuscrit faisait partie à la fin du XVIe siècle de la bibliothèque de Antonio Agustín (Saragosse, 26 février 1517 – Tarragone, 31 mai 1586), archevêque de Tarragone de 1576 à 1586, important bibliophile et humaniste, très intéressé par les études juridiques et antiques4.

Du point de vue paléographique, l’Infortiat de l’Escorial est transcrit en une écriture italienne, très probablement bolonaise. En revanche, l’écriture des additiones est semblable à celle de l’extrême sud du Languedoc ou de la Catalogne : les signes d’abréviation allongés et le « i » long sont très typiques de cette zone géographique. La datation de l’écriture de l’Infortiat de l’Escorial ne peut être très précise comme c’est souvent le cas pour la rotunda, mais, comme les enluminures du manuscrit sont datables du début du XIVe siècle, l’écriture pourrait bien remonter à 13005.

La décoration peinte du manuscrit confirme amplement la loca- lisation de son enlumineur en terre languedocienne. Il est intéressant de voir, dans le cas des initiales ornées (par exemple aux folios illus- trés 18v, 39r, 85r, 124r, 138v, 155r, 195v, 218v, 241v, 262v), qu’il est capable de passer du style français au style bolonais. Ces initiales révèlent, de la part de l’artiste, une connaissance de l’art pictural transalpin et de l’idiome stylistique bolonais, peut-être assimilés par la consultation de manuscrits italiens de style bolonais. Ainsi l’Infortiat de l’Escorial fournit-il un exemple éloquent des diverses tendances stylistiques qui coexistaient dans le Midi de la France au début du XIVe siècle, parfois au sein d’une même équipe et dans l’œuvre d’un même artiste. En effet, stylistiquement l’œuvre de l’enlumineur de l’Infortiat de l’Escorial se rattache nettement aux enluminures des manuscrits du Midi de la France, tant du point de vue du dispositif décoratif et du vocabulaire ornemental des initiales que du traitement des figures. Par exemple, la surface des fonds des miniatures est divisée en bandes verticales juxtaposées (fig. 1 et 2) : un détail typique de l’enluminure méridionale que l’on ne rencontre que très rarement dans le nord6.

À partir de ces observations nous pouvons affirmer que les quinze illustrations du manuscrit de l’Escorial sont l’œuvre d’un artiste très raffiné, actif en France méridionale (probablement dans le territoire compris entre Toulouse, Carcassonne et Narbonne) au tout début du XIVe siècle. Il fut, très probablement, à la tête d’un atelier prolifique. On peut identifier ce remarquable illustrateur anonyme avec le Maître du Missel d’Augier de Cogeux, d’après le ms 17006 de la British Library de Londres7, un missel à l’usage de Lagrasse datable du début du XIVe siècle. Il s’agit de son œuvre la plus représentative, datant de l’époque où le Maître travaille avec deux autres enlumineurs. Ce superbe missel avait été commandé par l’abbé Augier de Cogeux (ou Auger de Cogenx), en charge de 1279 à 130824, pour la chapelle Saint-Barthélemy de l’abbaye Sainte- Marie de Lagrasse. On reconnaît la main de cet artiste talentueux ainsi que celle de son premier assistant dans plusieurs manuscrits enluminés de contenu juridique.

L’ « apparition » de l’Infortiat de l’Escorial, permet de supposer que le Maître du Missel d’Augier de Cogeux et son équipe ont également illustré et décoré des manuscrits copiés par des mains italiennes peut-être en Italie même. Il est possible, cependant, que ces deux exemplaires soient arrivés dans le Midi de la France avant de recevoir leur décoration peinte. En effet, comme nous l’avons montré, au XIVe siècle c’étaient surtout les livres manuscrits, en particulier juridiques et issus du milieu universitaire bolonais, ainsi que leurs commanditaires qui se déplaçaient8. Ce manuscrit de l’Escorial est un  exemples éloquent de l’activité des ateliers méridionaux dans les milieux cosmopolites du Midi de la France, notamment à Avignon et à Toulouse, lieux privilégiés d’échanges intellectuels et artistiques.

 

  1. M. A. Bilotta, Les mss juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe s. : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les mss et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283 []
  2. Pour une description du manuscrit voir G. Antólin, Catalogo de los codices latinos de la Real Biblioteca del Escorial, vol. 1, Madrid, 1910 p. 206-207 []
  3. Le Code, le Digeste, ou Pandectes, et les Institutes ont été composés entre 528 et 534 sur l’ordre de l’empereur Justinien. Ces compilations juridiques étaient la base de l’enseignement du droit romain au Moyen Âge. Pour cette raison elles ont été copiées, étudiées et commentées dans les universités, notamment celle de Toulouse qui s’était spécialisée dans l’enseignement du droit. Cf. J. Q. Whitman, « A Note on the Medieval Division of the Digest », Tidschrift voor Rechtsgeschiedenis, 59 (1991), p. 269-284 []
  4. Voir aussi pour la bibliographie concernant la biographie de Antonio Agustín : S. De Maria, M. Parada López de Corselas, « Antonio Agustín, Bologna e l’antiquaria del Cinquecento », dans S. De Maria, M. Parada Lopez de Corselas (dir.), El Imperio y las Hispanias de Trajano a Carlos V. Clasicismo y poder en el arte espanol / L’impero e le Hispaniae da Traiano a Carlo V, Bologne, 2014, p. 331-355 ; J. F. Alcina Rovira, « El humanismo de Antonio Agustín », dans A. Egido, J. E. Laplana (dir.), Mecenazgo y Humanidades en tiempos de Lastanosa : Homenaje a Domingo Ynduráin, Saragosse, 2008, pp. 31-50. Pour la formation juridique de Antonio Agustín voir C. Flores Sellés, « Antonio Agustín, estudiante en Italia (1536- 1541), Studia Albornotiana XXXVII [n° spécial : El cardenal Albornoz y el Colegio de España VI], 1979, p. 319-321 ; M. Mayer Olivé, « Agustin y Albanell, Antonio », dans Diccionario Biografico Español, II, Madrid, 2009, p. 35-42 []
  5. Nous remercions Marc Smith pour les observations paléographiques concernant l’Infortiat de l’Escorial qu’il nous a transmises (communications écrites du 6 mai, du 29 novembre et du 17 décembre 2015). Sur la datation de l’écriture rotunda italienne voir P. Supino Martini, « Linee metodologiche per lo studio dei manoscritti in litterae textuales prodotti in Italia nei secoli XIII-XIV », Scrittura e civiltà, 17, 1993, p. 43-102 []
  6. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien : un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », L’Art de l’enluminure. 24, 2008, Numéro monographique, p. 13; Ead. « Images dans les marges des manuscrits toulousains de la première moitié du XIVe siècle : un monde imaginé entre invention et réalité », Mélanges de l’École française de Rome. Section Moyen Âge. 121/2, 2009, p. 349–359;  Ead., « Un manoscritto giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi : il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » dans P. Maffei, G. M. Varanini, Honos alit artes. Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, Florence, 2014, p. 13-32 : 19 []
  7. Il s’agit du seul manuscrit connu, réalisé pour l’abbaye bénédictine Sainte-Marie de Lagrasse. Sur ce missel voir aussi, pour la bibliographie antérieure, A. Stones, « Notice n° 6bis. Missel à l’usage de La Grasse (OSB, dioc. Carcassonne, prov. Narbonne), dit Missel d’Augier de Cogeux », dans M. A. Bilotta, M.-P. Chaumet- Sarkissian (dir.), Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse. Anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle, Catalogue de l’exposition de Toulouse, Musée Paul Dupuy, 15 mars – 18 juin 2012, Paris, 2012, p. 100-101 ; Ead., Gothic Manuscripts, I-1 p. 32, 35, 43, 77, 98 ; I-2 p. 320 ; II-1 p. 190, 202, 203, 204, 206, 210-15 ; Cat. VII-26, ills. 408-17, pls. 85-86, p. 216, 219, 239, 246 ; II-2 p. 114 n. 2, 141 n. 29 155, 156, 157 []
  8. Cf. M. Medica, « Tra Università e Corti : i miniatori bolognesi del Trecento in Italia settentrionale », dans S. Romano, D. Cerutti (dir.), L’artista girovago. Forestieri, avventurieri, emigranti e missionari nell’arte del Trecento in Italia del Nord, Rome, 2012, p. 101, n. 1 ; Bilotta, « Bologne et ses liens avec Avignon », p. 260 []

Découverte – Deux fragments de deux manuscrits, probablement toulousains, du Décret de Gratien datant du début du XIVe siècle, retrouvés aux Archives d’État d’Orvieto (Italie)

Deux fragments appartenant à l’origine à deux manuscrits du Décret de Gratien, réalisés dans le Midi de la France, peut-être à Toulouse, ont été retrouvés dans les fonds des Archives d’État d’Orvieto en Italie1.

Le premier fragment  (ASCO, Varietà, 1) est une miniature qui introduit les premiers mots de la Cause XX du Décret de Gratien, comme on peut le constater par la lecture du texte qui précède: « […] in causam ingratitudinis inciderunt. Item: §. 1. Non liceat parentibus liberos suos ad solitariam uitam transeuntes abstrahere de monasterio» (phrases finales de la Cause XIX) et du texte qui suit l’illustration : «Duo pueritiae annos agentes a parentibus monasterio traditi sunt […]» (Incipit de la Cause XX; fig. 1).

Fig. 1Orvieto, Archivio di Stato, ASCO, Varietà, 1, f. 2 (© su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, autorizzazione n. 101 dell’Archivio di Stato di Terni)

Il a été possible de préciser l’origine géographique du fragment en partant de son analyse iconographique : en fait, pour illustrer le sujet débattu dans la Quaestio I de la Cause XX dans le fragment a été choisie une iconographie inconnue dans les exemplaires parisiens et bolonais du Décret :  dans la partie droite de la miniature est représenté un homme sur un cheval en course qui se déshabille pour revenir à la vie séculière («[…] ad secularem miliciam redit […]») et pour abandonner le monastère où il avait été conduit sans son consentement par ses parents. Sur le côté gauche de la scène est représenté un novice, accompagné d’un moine et agenouillé devant l’abbé. Comme l’ont montré François Avril2 et plus tard Margaret Rusius aussi3, cette iconographie, caractérisée par la présence de l’homme à cheval, est inconnue dans les manuscrits enluminés à Bologne et à Paris, en revanche elle est assez répandue dans les manuscrits enluminés dans le Midi de la France, en particulier dans ceux enluminés à Toulouse4.

La deuxième miniature enluminé dans le deuxième fragment (Pergamene di recupero, 1433; fig. 2), introduit l’incipit du texte de la Cause XXVI («Sacerdos sortilegus esse et diuinus conuincitur apud episcopum […]») où, dans la première partie, on discute le cas d’un prêtre accusé de pratiquer de la magie ou de la sorcellerie, qui est excommunié parce qu’il ne respecte pas l’avertissement de son évêque5

Fig. 2 Orvieto, Archivio di Stato, Pergamene di recupero, 1433 (© su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, autorizzazione n. 101 dell’Archivio di Stato di Terni)

La scène dans le fragment de Orvieto représente le cas décrit dans le texte de Quaestio V de la Cause XXVI, comme on peut le constater par la lecture du mot QUINTO écrit en lettres majuscules dans l’extrémité inférieure de l’encadrement qui entoure la miniature (fig. 2) À gauche, un prêtre est en train de pratiquer l’ornithomancie,  d’observer et d’indiquer un oiseau posé sur un arbre. Sur la droite est représenté le même prêtre en présence de son évêque en train de lui réprimander. Dans ce cas aussi, comme pour la miniature  précédente, l’iconographie choisie pour illustrer la Cause XXVI lie cette illustration à la production toulousaine. En fait, comme l’a montré Margaret Rusius6 la représentation de la pratique de l’ornithomancie est fréquente dans les manuscrits du Décret de Gratien illustrés dans la région toulousaine7.

 

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. F. Avril, «Notice nr. 234. Décret de Gratien avec glose de Barthélémy de Brescia», dans Les fastes du gothique. Le siècle de Charles V, pp. 288-289: 289 []
  3. M. Rusisus, L’illustration du Décret de Gratien dans l’enluminure toulousaine au XIVe siècle, Thèse de doctorat de 3e, histoire de l’art, Paris IV Sorbonne, 1986-1987, 2 vols., pp. 169-207 []
  4. A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures in the Manuscripts of the Decretum Gratiani, II, Roma 1975, Causa XX, Tav. I e II; fig. 23-26 (Studia Gratiana, XVII); cf. F. Avril, «Notice nr. 234. Décret de Gratien», cit., p. 289; M. Rusius, L’illustration du Décret de Gratien, cit., vol. I, pp. 169-207; M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 20 []
  5. Gratiani Decretum, pars secunda, causa XXVI: «Quidam sacerdos sortilegius esse et divinus convincitur apud episcopium; correctus ab episcopo noluit cessare; excomunicatur; tandem agens in extremis reconciliatur a quodam sacerdote episcopo inconsulto; indicitur penitencia sibi sub quantitate temporis canonibus prefixa. (Qu. I) Primum queritur, qui sint sortilegi? (Qu. II) Secundo, an sit peccatum esse sortilegium? (Qu. III) Tertio, a quibus genus divinationis sumpsit exordium? (Qu. IV) Quarto, quot sint genera divinationis? (Qu. V) Quinto, an sortilegi vel divini sint excomunicandi, si cessare noluerint? (Qu. VI) Sexto, an excomunicatus ab episcopo possit reconciliari a presbitero, illo inconsulto? (Qu. VII) Septimo, si morientibus est indicenda penitencia sub quantitate temporis?», migNe, PL, CLXXXVIII, 1335 []
  6. M. Rusius, L’illustration du Décret de Gratien, cit., vol. I, pp. 169-207 []
  7. A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures, cit., Causa XXVI, Tav. II, III e IV, fig. 16-18, 20-21. K. Nordenfalk, Compte-rendu du volume de A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures, cit., in «Zeitschrift für Kunstgeschichte» 43 (1980), pp. 318-337: 335 []

L’apport des « Monuments français inédits » de Nicolas-Xavier Willemin pour la reconstitution d’un manuscrit toulousain du Décret de Gratien

Au XIXe siècle l’enluminure médiévale devint objet d’un intérêt renouvelé ; en particulier, est bien connu l’intérêt pour l’habitude de collectionner des feuillets enluminés isolés, fruits de démembrements de manuscrits médiévaux et renaissants.

Ainsi à cette époque tandis que quelques manuscrits plus chanceux étaient acquis par des bibliophiles attachés aux codices dans leur intégrité et devaient trouver le sur refuge de leurs remarquables bibliothèques, d’autres furent dépecés et leurs feuillets enluminés, désormais séparés les uns des autres furent vendus à de riches acheteurs intéressés uniquement par l’aspect artistique des pages isolées et insensibles aux rapports sémantiques qui relient indissolublement, dans chaque folio d’un manuscrit, le texte à l’image et, dans chacun d’entre eux, tous les feuillets entre eux.

Par conséquent, on rencontre fréquemment des feuillets enluminés et des miniatures découpées reproduites dans les publications et les catalogues de ventes remontants au XIXe siècle.

Parmi ces publications figurent les « Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIIe » de Nicolas-Xavier Willemin1, « l’un des pionniers de la Renaissance du Moyen Âge en France »2, publiés de façon posthume en 1839.

Comme l’écrit Chiara Savettieri, « Les Monuments français inédits, dont le but était de « populariser le goût des antiquités nationales », depuis le début de la monarchie jusqu’au XVIIIe siècle, en accordant une grande importance au Moyen Âge et à la Renaissance, furent conçus dès 1806, lorsque l’Histoire de l’art par les monuments de Séroux d’Agincourt n’était pas encore publiée, de même que les ouvrages d’Artaud de Montor (Considérations sur l’état de la peinture dans les trois siècles qui ont précédé Raphaël, 1808) et de Paillot de Montabert (Dissertation sur les peintures du Moyen Âge, 1812) qui marquent la naissance du goût pour les « primitifs » en France, tout en restant limités à la peinture médiévale. »3 ; Chiara Savettieri écrit aussi que : « Le but principal de Willemin était de présenter des exemples précis d’ouvrages artistiques, d’objets et de costumes d’époques reculées à travers un riche apparat de gravures. Cette démarche avait d’abord une fonction de vulgarisation auprès du public. D’autre part, elle était utile aux artistes, aux artisans et aux décorateurs de théâtre, en leur fournissant de riches et fiables répertoires de modèles dont ils pouvaient s’inspirer pour éviter toute erreur historique. Le point faible de Willemin fut le manque d’esprit historique capable d’organiser les matériaux illustrés dans une véritable « Histoire ». Convaincu de l’utilité de la gravure en tant que moyen de connaissance supérieur même aux textes écrits, Willemin se concentra sur la reproduction précise des œuvres et des objets, sans accorder suffisamment d’importance aux notices explicatives. »4.

Parmi les gravures reproduisant des miniatures découpées publiées dans les « Monuments français inédits » de Nicolas-Xavier Willemin, François Avril a reconnu un ensemble de six fragments (fig. 1) qui appartenaient primitivement à un même manuscrit, probablement illustré et décoré à Toulouse, du texte du Décret de Gratien avec la glossa ordinaria de Bartolomeo da Brescia, datant des premières décennies du XIVe siècle et enluminé par l’atelier du Missel d’Augier de Cogeux (ou Cogenx), abbé de Lagrasse (1279-1309)5.

Fig. 1: Anciennement, Paris, collection de l’architecte Petit Radel (publiée dans B. WILLEMIN, Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIIe, Vol. I, Paris, 1839, tav. 142 disponible dans la base « Gallica »: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k108712n)

Le six fragments étaient, à l’époque de cette publication, indiqués comme faisant partie du fonds du Cabinet de Mr Petit Radel, Architecte à Paris6 et correspondaient originairement au début des Causes I, XX, XXIII et XVII ainsi que deux miniatures complètement détourées et donc détachées de tout contexte : la première représente un homme assis qui tient dans ses mains un livre et la seconde une femme assise qui joue de la cithare (fig. 1)7.

En 2008 on a pensé qu’il était très utile de republier dans une nouvelle publication8 (fig. 2) les six gravures reproduisant les miniatures découpées, publiées dans les « Monuments » de Willemin et de le réunir dans cette nouvelle publication, ne serait-ce que virtuellement, avec plus d’une vingtaine de feuillets enluminés, appartenant primitivement au même manuscrit.

Fig. 2: couverture du n° 24 de la revue Art de l’enluminure – Un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué : le Décret de Gratien

Un tel travail avait aussi le but de faciliter la recherche des miniatures découpées reproduites dans les gravures de l’œuvre de Willemin et l’identification d’autres feuillets appartenant au même volume qui pourraient se trouver éventuellement dans le marché d’art ou dans d’autres collections publiques ou privées.

En effet, en 2010, on a eu la chance de repérer et publier9 un autre feuillet enluminé tiré du même manuscrit (fig. 3), comportant au recto la partie finale de la Causa XXX et au verso le début de la Causa XXXI, aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Allemagne.

Fig. 3: Allemagne, Collection particulière, Causa XXXI, © D. R.

Encore, presque dix années après la republication en 2008 des six gravures reproduisant les miniatures découpées, publiées dans les « Monuments » de Willemin, et aussi gâce à ces deux publications, l’une de ces dernières miniatures découpées a été repérée et publiée10: il s’agit de la miniature avec la Causa XX (fig. 4 et 5). La miniature représente un moine quittant la vie monastique ; en particulier, l’épisode traite d’un novice qui entre au monastère et d’un autre qui retourne à la vie séculière11.

Fig. 4: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XX © D. R.

 

Fig. 5: Anciennement, Paris, collection de l’architecte Petit Radel (publiée dans B. WILLEMIN, Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIIe, Vol. I, Paris, 1839, tav. 142 disponible dans la base « Gallica »: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k108712n; publié aussi dans «L’art de l’enluminure», 24 (mars/avril/mai 2008), p. 46) (© Maria Alessandra Bilotta)

 

 

 

 

 

 

 

  1. L’oeuvre est actuellement consultable dans Gallica vol. 1 et vol. 2 []
  2. Cf. Chiara Savettieri, notice: WILLEMIN, Nicolas-Xavier
    (Nancy, 5 août 1763-Paris, 23 janvier 1833) dans le site internet de l’INHA – Institut National d’Histoire de l’Art, dernière consultation 16 aout 2018; sur Nicolas-Xavier Willemin voir aussi la notice dans AGORHA. Bases de données de l’Institut national d’Histoire de l’art dernière consultation 16 aout 2018 []
  3. Cf. Chiara Savettieri, notice: WILLEMIN, Nicolas-Xavier, cit. []
  4. Cf. Chiara Savettieri, notice: WILLEMIN, Nicolas-Xavier, cit. []
  5. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », Art de l’enluminure, 24 (mars/avril/mai 2008), numéro monographique []
  6. Il s’agit, très probablement de Louis-François Petit Radel, né le 22 juillet 1739 à Paris et décédé le 7 novembre 1818 à Paris; sur ce personnage voir la notice, rédigée par Nicole Lemaitre dans le site internet du CTHS – Comité des travaux historiques et scientifiques, dernière consultation 16 aout 2018 []
  7. Cf. Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIe rédigés par N. X. Willemin, vol. 2, Paris 1839, pl. 142; A. Stones, Some Secular Illustrated Manuscripts in Cambridge Collections, in The Cambridge Illumination. The Conference Papers, edited by Stella Panayotova, London – Turnhout 2007, pp. 139-150, particulièrement p. 139 note 7; M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », cit. []
  8. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », cit. []
  9. M.A. Bilotta, « Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué », dans Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, éd. par S. Cassagnes–Brouquet et M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83 []
  10. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  11. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », cit. []

Découverte – Un manuscrit juridique du Liber Extra enluminé par l’atelier qui a illustré le Missel ms. 91 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Capitouls de la ville de 1369 et 1370, identifié à la Bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall

Un nouveau manuscrit juridique enluminé  dans le Midi de la France au XIVe siècle a été récemment identifié dans la Bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall [cod. Sang. 742 (S. 443) ; fig. 1; fig. 2] et publié et étudié dans le cadre d’un projet de recherche financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298/2010).1 Il s’agit d’un exemplaire des Décrétales de Grégoire IX, le Liber Extra, avec glose ordinaire de Bernard de Parme et l’Apparat d’Innocent IV (1243-1254).

Fig. 1: Switzerland, St. Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 742© 2018 Buchstadt St.Gallen http://www.buchstadt.ch/veranstaltung/wenn-buecher-recht-haben/codex_0742_443_444-1200/

Fig. 2 Fig. 1: Switzerland, St. Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 742 © 2018 Buchstadt St.Gallen (www.e-codices.ch; https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/csg/0742)

L’enlumineur qui a illustré et décoré ce manuscrit, probablement actif à Toulouse dans la seconde moitié du XIVe siècle, a peint la page découpée du premier livre des Annales de la ville de Toulouse, aujourd’hui conservée au Musée des Augustins, D 19526; le missel ms. 91, conservé à la Bibliothèque Municipale di Toulouse 2 (fig. 3), le Pontifical, dit Pontifical d’Arles (parce que les litanies de ce Pontifical sont liées au diocèse d’Arles), consevé aujourd’hui à Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9479; la copie du Pèlerinage de la vie humaine de Guillaume de Deguileville, ms. Pal. lat. 1969, conservé à l’Universitätsbibliothek de Heidelberg; la Bible, aujourd’hui détruite, conservée à la Bibliothèque Municipale de Chartres, ms. 165 (201) (fig. 4); le Décret de Gratien, Vat. lat. 24933, conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican; la seule illustration exécutée dans la bas-de-page du f. 50v du manuscrit 299 conservé à la bibliothèque municipale de Bourges; le manuscrit Vat. Lat. 1403, conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican, qui contient les Constitutiones Clementinae (Liber Septimus Decretalium) avec glose ordinaire de Jean d’Andrée (1270-1348).4

Fig. 3: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 91, f. 121r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

 

Fig. 4: Olim, Chartres, Bibliothèque Municipale, ms. 165 (201) via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

 

Fig. 5: Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Vat. lat. 1403, f. 1r détail via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

 

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. Cf. M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 21 []
  3. M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi », cit. []
  4. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia, cit. []

Découverte – Un manuscrit juridique enluminé par l’atelier qui a illustré le Missel ms. 91 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Capitouls de la ville de 1369 et 1370, identifié à la Bibliothèque Vaticane

Parmi les manuscrits juridiques du Midi de la France, repérés à la Bibliothèque apostolique du Vatican dans le cadre d’un projet de recherche financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298/2010), nous pouvons maintenant compter aussi le manuscrit Vat. Lat. 1403 (fig. 1)1

Fig. 1 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Vat. lat. 1403, f. 1r détail via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Déjà Stephan Kuttner avait localisé ce manuscrit dans le Midi de la France. Le manuscrit contient les Constitutiones Clementinae (Liber Septimus Decretalium) avec glose ordinaire de Jean d’Andrée (1270-1348). Les Constitutiones Clementinae constituent la collection officielle des textes normatifs canoniques commandée par le pape Clément V (1305-1314) et publiée en Avignon par le pape Jean XXII (1316-1334). Le manuscrit du Vatican, porte la formule de salutation et de bénédiction initiale adressée à l’Université d’Avignon (f 1r.): « Johannes episcopo servus servorum dei dilectis filiis doctoribus et scolaribus universi avinioni commorantibus salutem et apostolicam benedictionem […] ». Cela montre que la version du texte des Constitutiones Clementinae transcrite dans le manuscrit du Vatican est la plus ancienne, contemporaine à la promulgation de la collection par le pape Jean XXII (1317) et dirigée aux universités du Midi de la France. Le Vat lat. 1403 s’ouvre au f. 1r avec une somptueuse page frontispice (fig. 2) qui est la seule page illustrée du manuscrit et qui introduit le texte des Constitutiones Clementinae.

Fig. 2 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Vat. lat. 1403, f. 1r détail via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Dans un encadrement rectangulaire, occupant la partie supérieure des deux colonnes d’écriture, le pape Jean XXII est représenté, assis sur le trône au centre de la scène ; il reçoit l’ouvrage du juriste Jean d’Andrée, agenouillé sur la gauche.  Le style des personnages révèle une influence parisienne très marquée qui s’exprime dans le traitement graphique des figures, dépourvues d’épaisseur et caractérisées par une élégance gracieuse. L’illustrateur du manuscrit du Vatican peut être identifiée avec l’enlumineur, probablement actif à Toulouse dans la seconde moitié du XIVe siècle, qui a peint la page découpée du premier livre des Annales de la ville de Toulouse, aujourd’hui conservée au Musée des Augustins, D 19526;  le missel ms. 91, conservé à la Bibliothèque Municipale di Toulouse 2  (fig. 3), le Pontifical, dit Pontifical d’Arles (parce que les litanies de ce Pontifical sont liées au diocèse d’Arles), consevé aujourd’hui à Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9479; la copie du Pèlerinage de la vie humaine de Guillaume de Deguileville, ms. Pal. lat. 1969, conservé à l’Universitätsbibliothek de Heidelberg; la Bible, aujourd’hui détruite, conservée à la Bibliothèque Municipale de Chartres, ms. 165 (201) (fig. 4); le Décret de Gratien, Vat. lat. 24933, conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican; la seule illustration exécutée dans la bas-de-page du f. 50v du manuscrit 299 conservé à la bibliothèque municipale de Bourges.

Fig. 3, Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 91, f. 121r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Fig. 4 Olim, Chartres, Bibliothèque Municipale, ms. 165 (201) via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Tous ces manuscrits contribuent à clarifier notre vision de la production enluminé toulousaine de la deuxième moitié du XIVe siècle.

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. Cf. M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 21 []
  3. M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi », cit. []

Iconographie – brève note sur l’image de la Trinité dans le Missel 91 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse

Le Missel ms. 91, conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, commandé par Bernand Galinier, a été écrit en 1362 à Lisle-sur-Tarn par le copiste G. de Lasrieias et il a été enluminé par un talentueux enlumineur toulousain qui a travaillé aussi pour les Capitouls de la ville rose.

Dans ce raffiné manuscrit on trouve une image de la Sainte Trinité, représentée sous la forme de trois figures humaines placées sous une seule et immense couronne et couvertes par un seul manteau, symboles de leur indissoluble unité (fig. 1).

Fig. 1 Toulouse, Bibl. mun., ms. 91, f. 121r (détail) – via http://bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?mode=ecran&reproductionId=16610&VUE_ID=1415303&panier=false&carouselThere=false&nbVignettes=tout&page=1&angle=0&zoom=&tailleReelle=

Cette intéressante iconographie du manuscrit 91 de Toulouse dérive probablement, comme l’avait déjà suggéré  Claudia Bolgia (C. Bolgia, « The Original Setting and Historical Context of the Fourteenth-Century ‘Anthropomorphic Trinity’ of the Museo di Roma at Palazzo Braschi », dans « A Wider Trecento Studies in 13th- and 14th-Century European Art Presented to Julian Gardner »,  L. Bourdua, R. Gibbs (dir.), Brill 2011, p. 89, note 14), des exemplaires toulousains du Breviari d’amor comme, par exemple, le ms. fr. 857, conservé à la Bibliothèque nationale de France à Paris (fig. 2) que nous comparons maintenant avec le manuscrit de Toulouse.

Fig. 2, Paris, BnF, ms. fr. 857, f. 16v – via http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84192477/f36.item.zoom

Jeffery Hamburger avait déjà publié ensemble en 1990 l’enluminure du ms. 91 de Toulouse (fig. 1) et celle du ms. du Breviari d’amor de l’Escorial ms. S.I.3, f. XVIr (J.F. Hamburger, « The Rothschild Canticles Art and Mysticism in Flanders and the Rhineland circa 1300 », New Haven – London, 1990, p. 127, fig. 199-200).

 

Découverte – Un manuscrit avec l’Arbor genealogiae regum Francorum de Bernard Gui, enluminé par un enlumineur toulousain, identifié à la Bibliothèque Vaticane

Peu après  le huitième centenaire de l’ordre dominicain (en 2016), fondé par saint Dominique à Toulouse et confirmé par le pape le 22 décembre 1216 sous le nom des « Frères Prêcheurs », les travaux de recherche menés dans la Bibliothèque Vaticane sur les manuscrits enluminés juridiques du Midi de la France, dans le cadre d’un projet de recherche  financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298 / 2010), dévoilent l’oeuvre d’un enlumineur toulousain de la première moitié du XIVe siècle dans la réalisation de l’illustration de « Arbor genealogiae regum Francorum » du dominicain Bernard Gui (inquisiteur du siège de Toulouse à partir de 1307) dans le manuscrit Reg. 880, conservé à la Bibliothèque Vaticane (fig. 1).

Fig. 1 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Reg. 800, f. 1v, via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Cet intéressant manuscrit avait appartenu anciennement à la Bibliothèque des Dominicains de Clermont-Ferrand, en Auvergne, et il s’agit, comme l’a écrit  Léopold Delisle, de l’exemplaire originel de la quatrième édition de « Arbor genealogiae regum Francorum » dans la Chronique des rois de France de Bernard Gui, daté du mai 1320 (la première édition date du 1313, la deuxième du 1314, la troisième du 1316). Parmi les manuscrits originaux qui transmettent la quatrième édition de cette oeuvre il y a aussi le ms. 450 conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse (fig. 2) qui provient de la Bibliothèque du Couvent des Jacobins de cette dernière ville (ff. 183r-192v; l’exemplaire de Toulouse contient la première édition de l’oeuvre, daté du octobre 1314, avec des intégrations de la deuxième édition, daté du décembre 1314, e de la quatrième édition, daté du mai 1320).

Fig. 2: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 450, f. 183v via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

On a reconnu dans l’arbre généalogique des rois de France du ms. Reg. 880 l’oeuvre d’un artiste influencé par le style du Maître d’Augier de Cogeux et de son équipe. Le style du manuscrit du vatican est aussi proche a celui de l’exemplaire ms. 450 de Toulouse (fig. 3 et 4).

Fig. 3 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Reg. 800, f. 2r, via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Fig. 4: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 450, f. 184r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Ces observations nous ont permis d’avancer l’hypothèse que  l’enlumineur illustrant le manuscrit Reg. 880, soit un artiste du Midi, probablement toulousain, actif dans la ville rose pendant les années vingt du XIVe siècle, qui reprend les mêmes modèles formels utilisés dans l’illustration du manuscrit « frère » 450 de la Bibliothèque municipale de Toulouse, avec lequel il partage des iconographies et des schémas, bien que dans ce dernier manuscrit les structures architecturales placées au sommet des arcades qui encadrent le rois Turchotus et Francio soient plus définies dans le sens tridimensionnel (cf. fig. 1 et 2 et M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392).

Ces observations contribuent à éclaircir le domaine de l’enluminure toulousaine de la première moitié du XIVe siècle, un moment où le milieu artistique de la ville se montrait particulièrement dynamique, ouvert et enrichi par les apports internationaux de l’extérieur.

 

 

 

Découverte – Un manuscrit juridique, enluminé par le Maître de la Bible ms. 15 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse, retrouvé aux Archives Nationales de Madrid

Un nouveau témoin de la production de manuscrits juridiques du Midi de la France a été retrouvé dans l’Archivo Histórico Nacional à Madrid: il s’agit du manuscrit Códices L. 991, (fig. 1). Ce manuscrit contient le texte du Codex de Justinien (la partie du Corpus Juris Civilis réunissant les édits impériaux et les constitutions) avec la glose ordinaire du juriste italien Accurse.

Fig. 1: España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.

L’apparat décoratif du Codex de Madrid s’inspire du style de la miniature bolognaise de la seconde moitié du XIIIe siècle et montre une cohérence formelle considérable. En revanche, les enluminures du manuscrit Códices L. 991 et quelques aspects de la décoration marginale révèlent la main d’un enlumineur dont les moyens expressifs sont enracinés dans la culture figurative du Midi.

On a tout récemment reconnu dans l’oeuvre de l’enlumineur du manuscrit Códices L. 991 de Madrid la main de celui qui a réalisé l’apparat décoratif et illustratif de la Bible ms. 15 (fig. 2) conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse (cf. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 : 370-376): on retrouve, en effet, dans le manuscrit Códices L. 991 de Madrid la même technique picturale et la même gamme chromatique de la Bible ms. 15 de Toulouse, la même prédilection pour les personnages grotesques et les illustrations marginales animées par des êtres hybrides, la même inspiration pour le style de la miniature bolonaise et parisienne contemporaine.

Fig. 2: España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.

Fig. 3: Toulouse, BM, ms. 15, f. 150r

Fig. 4: Toulouse, BM, ms. 15, f. 256v (détail)

Fig. 5: Toulouse, BM, ms. 15, f. 283r (détail)

La découverte du manuscrit de Madrid permet de tracer le profil d’un enlumineur caractérisé par des caractères formels bien définis, probablement actif à Toulouse au début du XIVe siècle. Il s’est probablement formé sur des modèles bolonais et parvient à mettre en œuvre une synthèse intéressante entre ces derniers styles et celui gothique du Nord de la France, révélant une personnalité très remarquable.

Le manuscrit de Madrid constitue, pourtant, une contribution importante à la connaissance de la miniature juridique produite dans le Midi de la France au début du XIVe siècle. Une production née en terre d’oc et d’oïl, fruit d’un dialogue permanent avec la culture figurative venue de la péninsule italienne et avec celle du nord de la France et de l’Angleterre.

Découverte – Deux nouveaux fragments d’un manuscrit toulousain du Décret de Gratien démembré, datant du début du XIVe siècle, retrouvés.

L’habitude de collectionner des feuillets enluminés isolés, fruits de démembrements de manuscrits médiévaux et renaissants, est un phénomène qui a ses racines déjà au XVIIIe siècle et il est bien connu que cet intérêt des collectionneurs pour des folia fugitiva s’est maintenu aussi bien au XIXe qu’au XXe siècle. Ainsi à ces époques tandis que quelques manuscrits plus chanceux étaient acquis par des bibliophiles attachés aux codices dans leur intégrité et devaient trouver le sur refuge de leurs remarquables bibliothèques, d’autres furent dépecés et leurs feuillets enluminés, désormais séparés les uns des autres furent vendus à de riches acheteurs intéressés uniquement par l’aspect artistique des pages isolées et insensibles aux rapports sémantiques qui relient indissolublement, dans chaque folio d’un manuscrit, le texte à l’image et, dans chacun d’entre eux, tous les feuillets entre eux. Nombre de ces précieux fragments éloignés du contexte du livre pour lequel ils avaient été conçus à l’origine, et qui sont venus faire partie, au début du XXe siècle, d’importantes collections d’art, apportent un précieux témoignage de l’activité des grands collectionneurs du siècle dernier ainsi que de l’activité du marché d’art dans la période du XIXe et XXe siècle.

Dans ce domaine méritent un intérêt particulier plus d’une vingtaine de feuillets enluminés, appartenant primitivement à un même manuscrit, probablement toulousain, du texte du Décret de Gratien avec la glossa ordinaria de Bartolomeo da Brescia, datant des premières décennies du XIVe siècle, qui sont parvenus au début du XXe siècle dans quelques unes des collections d’art les plus prestigieuses d’Europe et des États-unis. Certains de ces fragments importants sont passés récemment dans des collection privées anonymes et sont désormais impossibles à repérer.

Pour cette raison en 2008 (fig. 1) on a pensé qu’il était très utile de les réunir, ne serait-ce que virtuellement, dans une publication (M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », Art de l’enluminure, 24 (mars/avril/mai 2008), numéro monographique) pour en perpétuer le souvenir et conjurer au moins la perte de l’ensemble des connaissances concernant une part du manuscrit pour lequel ces feuillets furent réalisés et du contexte historique et culturel dans lequel ce manuscrit fut confectionné. L’ensemble des folios repérés jusqu’à l’année 2008 appartiennent à la deuxième section du Décret de Gratien, celui des Causae: on pouvait donc reconstituer la structure matérielle et textuelle de cette partie centrale du manuscrit démembré dont ils proviennent.

Fig. 1: couverture du n° 24 de la revue Art de l’enluminure – Un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué : le Décret de Gratien

Un tel travail avait également un but plus immédiat, celui de faciliter la recherche et l’identification d’autres feuillets appartenant au même volume qui pourraient se trouver éventuellement dans le marché d’art ou dans d’autres collections publiques ou privées.

Fig. 2: Allemagne, Collection particulière, Causa XXXI, © D. R.

En effet, en 2010, on a eu la chance de repérer et publier (M.A. Bilotta, « Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué », dans Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, éd. par S. Cassagnes–Brouquet et M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83) un autre feuillet enluminé tiré du même manuscrit (fig. 2), comportant au recto la partie finale de la Causa XXX et au verso le début de la Causa XXXI, aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Allemagne.

Encore, presque dix années après la publication en 2008 des premiers fragments retrouvés et aussi gâce à cette publication, deux autres fragments, appartenants manifestement au même exemplaire toulousain du Décret de Gratien,  ont été repérés et publiés (M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392): il s’agit, cette fois-ci, de la Causa XIII (Fig. 3) et de la Causa XX (Fig. 4).

Fig. 3: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XIII © D. R.

Fig. 4: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XX © D. R.

 

Ces heureux retrouvements attirent l’attention sur l’importance de l’étude des fragments de manuscrits enluminés et aussi sur l’importance de la reconstitution virtuelle des manuscrits démembrés. Le beau manuscrit toulousain du Décret de Gratien désormais en partie reconstitué réprésente ainsi un élément important pour la connaissance de l’enluminure du Midi de la France.

Publication – « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) », dir. Maria Alessandra Bilotta

Cette publication rassemble les travaux présentés lors du premier colloque international « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) » (Lisbonne, 18-20 Avril 2013), organisé par l’Instituto de Estudos Medievais da Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH), et réunit les contributions des académiciens du Portugal, d’Italie, de la France et de l’Espagne, sous la direction scientifique de Maria Alessandra Bilotta, chercheur de l’IEM-NOVA FCSH et spécialiste des circulations des manuscrits juridiques, en particulier du Midi de la France, au Moyen Age. Le livre est le résultat d’une collaboration éditoriale entre l’Instituto de Estudos Medievais et l’éditeur italien Officina di Studi Medievali de Palerme.

Les notions de mouvement et de mobilité sont essentielles à la compréhension de nombreux aspects de la société médiévale. Essentiellement, le mouvement implique des connexions entre le temps, les objets, les personnes et l’espace. Les contributions de ce volume enquêtent sur la façon dont les circulations, les mouvements et la mobilité des objets, des modèles, des commanditaires et des idées ont influencé la création artistique entre les siècles VI et XV de la Méditerranée à la côte atlantique. Le volume montre également la dimension internationale et interdisciplinaire de la recherche actuelle sur la circulation artistique et culturelle et la mobilité au Moyen Age européen.

Informations pratiques :

Maria Alessandra Bilotta (dir.), Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries). Introduction de Gerardo BOTO VARELA – Conclusions de Xavier BARRAL i ALTET, Officina di Studi Medievali, Palermo 2018, 464 pp. (Laboratorio di idee, 2).

Publication en ligne – «L’étude des objets manufacturés en archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées», dir. Maria Alessandra Bilotta, Catarina Tente et Sara Prata

L’objectif de cette publication, issue du Workshop international « L’étude des objets manufacturés en Archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées » (Lisbonne, 13 février 2015 FCSH/NOVA), est celui de comparer, par l’analyse de quelques cas spécifiques, les méthodes scientifiques utilisées pour l‘étude des manuscrits enluminés (codicologie,histoire de l’enluminure médiévale) et pour l’étude des objets manufacturés (archéologie médiévale). Dans les deux disciplines, histoire de l’enluminure médiévale et archéologie médiévale, les contextes de production et d’usage des objets sont fondamentaux pour leur compréhension.

A partir de l’analyse de cas spécifiques on a tenté de montrer les analogies et les différences entre les deux méthodologies d’analyse, l’archéologique et celle de l’histoire de l’art avec la finalité de mieux comprendre dans quelle mesure c’est possible d’adapter et appliquer méthodologies différentes pour arriver à une connaissance plus profonde de l’objet et de son contexte.
Les Actes sont publiées en ligne dans une section spéciale du numéro 19 (janvier-décembre 2017) de la revue « Medieval Sophia »
Vous trouverez le lien avec le numéro 19 de la revue ici
et avec le pdf de la section spéciale (qui est librement consultable) ici

 

Conférence – Livres et enluminures dans le Sud de la France, XIIIe-XIVe siècles

La conférence a illustré la découverte dans les fonds manuscrits de plusieurs bibliothèques et collections publiques et particulières, de nouveaux témoins de l’activité des ateliers d’écriture et d’enluminure en France méridionale aux XIIIe et XIVe siècles.
Ces nouvelles découvertes ont été montées au public avignonnais, pour contribuer à la connaissance de l’enluminure et de la production des livres dans le Midi de la France à l’époque gothique.

Découverte – Fragments enluminés juridiques du Midi de la France découverts au Portugal

Après une ample récolte menée dans les territoires portugais pendant les dernières quatre années dans le cadre du projet de recherche postdoctorale de Maria Alessandra Bilotta (ref.ª: SFRH/BPD/74298/2010), l’exposition  « La circulation du Droit dans l’Europe Médiévale: manuscrits juridiques européens dans les Bibliothèques Portugaises », organisée en 2016 par la Biblioteca Nacional de Portugal et l’Instituto de Estudos Medievais (IEM) de l’Universidade Nova de Lisbonne (en partenariat avec la Bibliothèque Publique de Evora, la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra, la Bibliothèque Municipale d’Elvas, la Bibliothèque Municipale d’Avignon, la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Archives Municipales de Toulouse), a offert, pour la première fois sur le territoire national portugais, un choix de plus beaux livres juridiques enluminés conservés dans les bibliothèques nationales.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

 

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Cette exposition inédite a retracé ainsi l’histoire passionnante de la circulation de manuscrits juridiques européens dans le territoire portugais au Moyen Age.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Les manuscrits juridiques présentés dans cette exposition ont une valeur historique significative et remarquable. Ils font partie des anciens fonds de la Bibliothèque nationale du Portugal (Iluminados et Alcobacenses) et de fonds patrimoniaux d’autres bibliothèques nationales.

Réalisés dans un arc chronologique compris entre XIIe et XVe siècles, ces manuscrits ont été subdivisés dans cette exposition en deux axes thématiques: 1. Sources normatives 2. Littérature juridique. Les grands de juristes.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

La recherche systématique menée  dans les bibliothèques portugaises a permis de présenter pour la première fois au public ce riche ensemble de manuscrits juridiques connus jusqu’à présent seulement de quelques spécialistes.

Maria Alessandra Bilotta — Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Ces exemplaires offrent une nouvelle contribution à la connaissance de l’ensemble de manuscrits qui sont arrivés au Portugal au Moyen Age.

Parmi les œuvres inédites qui ont été exposés figurent de fragments enluminés originaires du Midi de la France.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Ces fragments proviennent de reliures. L’analyse des initiales enluminées de ces fragments montre en effet que ces manuscrits ont probablement été réalisés dans des ateliers du Midi de la France (Toulouse, Montpellier, Avignon) dans la deuxième moitié du XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Nous vous en proposons quelques images  en attendant la parution du catalogue de l’exposition prévu pour 2018

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés