Archives de catégorie : Manuscrits

Découverte – Un manuscrit avec l’Arbor genealogiae regum Francorum de Bernard Gui, enluminé par un enlumineur toulousain, identifié à la Bibliothèque Vaticane

Peu après  le huitième centenaire de l’ordre dominicain (en 2016), fondé par saint Dominique à Toulouse et confirmé par le pape le 22 décembre 1216 sous le nom des « Frères Prêcheurs », les travaux de recherche menés dans la Bibliothèque Vaticane sur les manuscrits enluminés juridiques du Midi de la France, dans le cadre d’un projet de recherche  financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298 / 2010), dévoilent l’oeuvre d’un enlumineur toulousain de la première moitié du XIVe siècle dans la réalisation de l’illustration de « Arbor genealogiae regum Francorum » du dominicain Bernard Gui (inquisiteur du siège de Toulouse à partir de 1307) dans le manuscrit Reg. 880, conservé à la Bibliothèque Vaticane (fig. 1).

Fig. 1 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Reg. 800, f. 1v, via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Cet intéressant manuscrit avait appartenu anciennement à la Bibliothèque des Dominicains de Clermont-Ferrand, en Auvergne, et il s’agit, comme l’a écrit  Léopold Delisle, de l’exemplaire originel de la quatrième édition de « Arbor genealogiae regum Francorum » dans la Chronique des rois de France de Bernard Gui, daté du mai 1320 (la première édition date du 1313, la deuxième du 1314, la troisième du 1316). Parmi les manuscrits originaux qui transmettent la quatrième édition de cette oeuvre il y a aussi le ms. 450 conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse (fig. 2) qui provient de la Bibliothèque du Couvent des Jacobins de cette dernière ville (ff. 183r-192v; l’exemplaire de Toulouse contient la première édition de l’oeuvre, daté du octobre 1314, avec des intégrations de la deuxième édition, daté du décembre 1314, e de la quatrième édition, daté du mai 1320).

Fig. 2: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 450, f. 183v via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

On a reconnu dans l’arbre généalogique des rois de France du ms. Reg. 880 l’oeuvre d’un artiste influencé par le style du Maître d’Augier de Cogeux et de son équipe. Le style du manuscrit du vatican est aussi proche a celui de l’exemplaire ms. 450 de Toulouse (fig. 3 et 4).

Fig. 3 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Reg. 800, f. 2r, via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana
Fig. 4: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 450, f. 184r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Ces observations nous ont permis d’avancer l’hypothèse que  l’enlumineur illustrant le manuscrit Reg. 880, soit un artiste du Midi, probablement toulousain, actif dans la ville rose pendant les années vingt du XIVe siècle, qui reprend les mêmes modèles formels utilisés dans l’illustration du manuscrit « frère » 450 de la Bibliothèque municipale de Toulouse, avec lequel il partage des iconographies et des schémas, bien que dans ce dernier manuscrit les structures architecturales placées au sommet des arcades qui encadrent le rois Turchotus et Francio soient plus définies dans le sens tridimensionnel (cf. fig. 1 et 2 et M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392).

Ces observations contribuent à éclaircir le domaine de l’enluminure toulousaine de la première moitié du XIVe siècle, un moment où le milieu artistique de la ville se montrait particulièrement dynamique, ouvert et enrichi par les apports internationaux de l’extérieur.

 

 

 

Découverte – Un manuscrit juridique, enluminé par le Maître de la Bible ms. 15 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse, retrouvé aux Archives Nationales de Madrid

Un nouveau témoin de la production de manuscrits juridiques du Midi de la France a été retrouvé dans l’Archivo Histórico Nacional à Madrid: il s’agit du manuscrit Códices L. 991, (fig. 1). Ce manuscrit contient le texte du Codex de Justinien (la partie du Corpus Juris Civilis réunissant les édits impériaux et les constitutions) avec la glose ordinaire du juriste italien Accurse.

Fig. 1: España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.

L’apparat décoratif du Codex de Madrid s’inspire du style de la miniature bolognaise de la seconde moitié du XIIIe siècle et montre une cohérence formelle considérable. En revanche, les enluminures du manuscrit Códices L. 991 et quelques aspects de la décoration marginale révèlent la main d’un enlumineur dont les moyens expressifs sont enracinés dans la culture figurative du Midi.

On a tout récemment reconnu dans l’oeuvre de l’enlumineur du manuscrit Códices L. 991 de Madrid la main de celui qui a réalisé l’apparat décoratif et illustratif de la Bible ms. 15 (fig. 2) conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse (cf. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 : 370-376): on retrouve, en effet, dans le manuscrit Códices L. 991 de Madrid la même technique picturale et la même gamme chromatique de la Bible ms. 15 de Toulouse, la même prédilection pour les personnages grotesques et les illustrations marginales animées par des êtres hybrides, la même inspiration pour le style de la miniature bolonaise et parisienne contemporaine.

Fig. 2: España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.
Fig. 3: Toulouse, BM, ms. 15, f. 150r
Fig. 4: Toulouse, BM, ms. 15, f. 256v (détail)
Fig. 5: Toulouse, BM, ms. 15, f. 283r (détail)

La découverte du manuscrit de Madrid permet de tracer le profil d’un enlumineur caractérisé par des caractères formels bien définis, probablement actif à Toulouse au début du XIVe siècle. Il s’est probablement formé sur des modèles bolonais et parvient à mettre en œuvre une synthèse intéressante entre ces derniers styles et celui gothique du Nord de la France, révélant une personnalité très remarquable.

Le manuscrit de Madrid constitue, pourtant, une contribution importante à la connaissance de la miniature juridique produite dans le Midi de la France au début du XIVe siècle. Une production née en terre d’oc et d’oïl, fruit d’un dialogue permanent avec la culture figurative venue de la péninsule italienne et avec celle du nord de la France et de l’Angleterre.

Découverte – Deux nouveaux fragments d’un manuscrit toulousain du Décret de Gratien démembré, datant du début du XIVe siècle, retrouvés.

L’habitude de collectionner des feuillets enluminés isolés, fruits de démembrements de manuscrits médiévaux et renaissants, est un phénomène qui a ses racines déjà au XVIIIe siècle et il est bien connu que cet intérêt des collectionneurs pour des folia fugitiva s’est maintenu aussi bien au XIXe qu’au XXe siècle. Ainsi à ces époques tandis que quelques manuscrits plus chanceux étaient acquis par des bibliophiles attachés aux codices dans leur intégrité et devaient trouver le sur refuge de leurs remarquables bibliothèques, d’autres furent dépecés et leurs feuillets enluminés, désormais séparés les uns des autres furent vendus à de riches acheteurs intéressés uniquement par l’aspect artistique des pages isolées et insensibles aux rapports sémantiques qui relient indissolublement, dans chaque folio d’un manuscrit, le texte à l’image et, dans chacun d’entre eux, tous les feuillets entre eux. Nombre de ces précieux fragments éloignés du contexte du livre pour lequel ils avaient été conçus à l’origine, et qui sont venus faire partie, au début du XXe siècle, d’importantes collections d’art, apportent un précieux témoignage de l’activité des grands collectionneurs du siècle dernier ainsi que de l’activité du marché d’art dans la période du XIXe et XXe siècle.

Dans ce domaine méritent un intérêt particulier plus d’une vingtaine de feuillets enluminés, appartenant primitivement à un même manuscrit, probablement toulousain, du texte du Décret de Gratien avec la glossa ordinaria de Bartolomeo da Brescia, datant des premières décennies du XIVe siècle, qui sont parvenus au début du XXe siècle dans quelques unes des collections d’art les plus prestigieuses d’Europe et des États-unis. Certains de ces fragments importants sont passés récemment dans des collection privées anonymes et sont désormais impossibles à repérer.

Pour cette raison en 2008 (fig. 1) on a pensé qu’il était très utile de les réunir, ne serait-ce que virtuellement, dans une publication (M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », Art de l’enluminure, 24 (mars/avril/mai 2008), numéro monographique) pour en perpétuer le souvenir et conjurer au moins la perte de l’ensemble des connaissances concernant une part du manuscrit pour lequel ces feuillets furent réalisés et du contexte historique et culturel dans lequel ce manuscrit fut confectionné. L’ensemble des folios repérés jusqu’à l’année 2008 appartiennent à la deuxième section du Décret de Gratien, celui des Causae: on pouvait donc reconstituer la structure matérielle et textuelle de cette partie centrale du manuscrit démembré dont ils proviennent.

Fig. 1: couverture du n° 24 de la revue Art de l’enluminure – Un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué : le Décret de Gratien

Un tel travail avait également un but plus immédiat, celui de faciliter la recherche et l’identification d’autres feuillets appartenant au même volume qui pourraient se trouver éventuellement dans le marché d’art ou dans d’autres collections publiques ou privées.

Fig. 2: Allemagne, Collection particulière, Causa XXXI, © D. R.

En effet, en 2010, on a eu la chance de repérer et publier (M.A. Bilotta, « Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué », dans Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, éd. par S. Cassagnes–Brouquet et M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83) un autre feuillet enluminé tiré du même manuscrit (fig. 2), comportant au recto la partie finale de la Causa XXX et au verso le début de la Causa XXXI, aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Allemagne.

Encore, presque dix années après la publication en 2008 des premiers fragments retrouvés et aussi gâce à cette publication, deux autres fragments, appartenants manifestement au même exemplaire toulousain du Décret de Gratien,  ont été repérés et publiés (M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392): il s’agit, cette fois-ci, de la Causa XIII (Fig. 3) et de la Causa XX (Fig. 4).

Fig. 3: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XIII © D. R.
Fig. 4: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XX © D. R.

 

Ces heureux retrouvements attirent l’attention sur l’importance de l’étude des fragments de manuscrits enluminés et aussi sur l’importance de la reconstitution virtuelle des manuscrits démembrés. Le beau manuscrit toulousain du Décret de Gratien désormais en partie reconstitué réprésente ainsi un élément important pour la connaissance de l’enluminure du Midi de la France.

Publication en ligne – «L’étude des objets manufacturés en archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées», dir. Maria Alessandra Bilotta, Catarina Tente et Sara Prata

L’objectif de cette publication, issue du Workshop international « L’étude des objets manufacturés en Archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées » (Lisbonne, 13 février 2015 FCSH/NOVA), est celui de comparer, par l’analyse de quelques cas spécifiques, les méthodes scientifiques utilisées pour l‘étude des manuscrits enluminés (codicologie,histoire de l’enluminure médiévale) et pour l’étude des objets manufacturés (archéologie médiévale). Dans les deux disciplines, histoire de l’enluminure médiévale et archéologie médiévale, les contextes de production et d’usage des objets sont fondamentaux pour leur compréhension.

A partir de l’analyse de cas spécifiques on a tenté de montrer les analogies et les différences entre les deux méthodologies d’analyse, l’archéologique et celle de l’histoire de l’art avec la finalité de mieux comprendre dans quelle mesure c’est possible d’adapter et appliquer méthodologies différentes pour arriver à une connaissance plus profonde de l’objet et de son contexte.
Les Actes sont publiées en ligne dans une section spéciale du numéro 19 (janvier-décembre 2017) de la revue « Medieval Sophia »
Vous trouverez le lien avec le numéro 19 de la revue ici
et avec le pdf de la section spéciale (qui est librement consultable) ici

 

Conférence – Livres et enluminures dans le Sud de la France, XIIIe-XIVe siècles

La conférence a illustré la découverte dans les fonds manuscrits de plusieurs bibliothèques et collections publiques et particulières, de nouveaux témoins de l’activité des ateliers d’écriture et d’enluminure en France méridionale aux XIIIe et XIVe siècles.
Ces nouvelles découvertes ont été montées au public avignonnais, pour contribuer à la connaissance de l’enluminure et de la production des livres dans le Midi de la France à l’époque gothique.

Découverte – Fragments enluminés juridiques du Midi de la France découverts au Portugal

Après une ample récolte menée dans les territoires portugais pendant les dernières quatre années dans le cadre du projet de recherche postdoctorale de Maria Alessandra Bilotta (ref.ª: SFRH/BPD/74298/2010), l’exposition  « La circulation du Droit dans l’Europe Médiévale: manuscrits juridiques européens dans les Bibliothèques Portugaises », organisée en 2016 par la Biblioteca Nacional de Portugal et l’Instituto de Estudos Medievais (IEM) de l’Universidade Nova de Lisbonne (en partenariat avec la Bibliothèque Publique de Evora, la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra, la Bibliothèque Municipale d’Elvas, la Bibliothèque Municipale d’Avignon, la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Archives Municipales de Toulouse), a offert, pour la première fois sur le territoire national portugais, un choix de plus beaux livres juridiques enluminés conservés dans les bibliothèques nationales.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

 

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Cette exposition inédite a retracé ainsi l’histoire passionnante de la circulation de manuscrits juridiques européens dans le territoire portugais au Moyen Age.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Les manuscrits juridiques présentés dans cette exposition ont une valeur historique significative et remarquable. Ils font partie des anciens fonds de la Bibliothèque nationale du Portugal (Iluminados et Alcobacenses) et de fonds patrimoniaux d’autres bibliothèques nationales.

Réalisés dans un arc chronologique compris entre XIIe et XVe siècles, ces manuscrits ont été subdivisés dans cette exposition en deux axes thématiques: 1. Sources normatives 2. Littérature juridique. Les grands de juristes.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

La recherche systématique menée  dans les bibliothèques portugaises a permis de présenter pour la première fois au public ce riche ensemble de manuscrits juridiques connus jusqu’à présent seulement de quelques spécialistes.

Maria Alessandra Bilotta — Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Ces exemplaires offrent une nouvelle contribution à la connaissance de l’ensemble de manuscrits qui sont arrivés au Portugal au Moyen Age.

Parmi les œuvres inédites qui ont été exposés figurent de fragments enluminés originaires du Midi de la France.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Ces fragments proviennent de reliures. L’analyse des initiales enluminées de ces fragments montre en effet que ces manuscrits ont probablement été réalisés dans des ateliers du Midi de la France (Toulouse, Montpellier, Avignon) dans la deuxième moitié du XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Nous vous en proposons quelques images  en attendant la parution du catalogue de l’exposition prévu pour 2018

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Conférence – À propos des manuscrits juridiques enluminés dans le contexte avignonnais au XIVe siècle : quelques nouvelles découvertes

Le 1er février 2012 à 17h30 Maria Alessandra Bilotta, Historienne de l’art médiéval, spécialiste de l’enluminure du Midi de la France, a donné une Conférence publique à l’Académie de Vaucluse sur le thème suivant :

« À propos des manuscrits juridiques enluminés dans le contexte avignonnais au XIVe siècle : quelques nouvelles découvertes »

La conférence a été introduite par Madame Françoise de Forbin, Ancien Conservateur des Fonds anciens et spéciaux de la Bibliothèque municipale d’Avignon – Médiathèque Ceccano et Présidente de l’Académie de Vaucluse

 

La Conférence publique s’est déroulée dans l’Amphithéâtre de l’École d’art – 7, rue Violette, 84000 Avignon

Article – M. A. Bilotta, Les manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe siècle : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les manuscrits et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283

Les études des huit dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France. Cette production est très significative et présente un caractère typique. Entre le XIIIe et le XIVe siècle, en effet, elle est influencée par le gothique linéaire du nord de la France, ouverte à des courants stylis- tiques diversifiés, venus de la Péninsule italienne, de la Catalogne mais aussi de l’Europe centrale, et elle montre une évidente originalité. Le Midi de la France devient donc à cette époque – grâce aussi à la présence d’enlumineurs, de commanditaires, de possesseurs et de manuscrits étrangers – le territoire où se rassemblent et d’où se transmettent des expériences artistiques et culturelles différentes : ce n’est pas seulement un lieu de rencontre entre le nord et le sud de l’Europe, c’est aussi un lieu de contacts et d’échanges entre les diffé- rents territoires qui bordent la Méditerranée (par exemple, les côtes liguro-toscanes et catalanes).

MA Bilotta-3-page-003
El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 3r, Infortiat, incipit du livre XXIV.3 du Digeste. L’exercice de la justice séculière : le souverain justicier donne une audience et reçoit deux plaignantes, tenant chacune un phylactère, accompagnées par leurs avocats.

La production de manuscrits enluminés de contenu juridique soulève beaucoup de points d’interrogation concernant les centres de production (les lieux et les villes comme, par exemple, Toulouse, Montpellier et Avignon), mais aussi la question des échanges artistiques ainsi que le rôle joué par les artistes itinérants dans le système de production du livre juridique qui était, dans la plupart des cas, contrôlé par les universités. Ces recherches ont mis en évidence les influences réciproques qui se sont exercées dans le monde nord-méditerranéen entre les personnes, les modèles iconographiques et stylistiques et les réalités spatiales. Très récemment nous avons repéré deux nouveaux témoins de cette production, qui n’ont fait jusqu’ici l’objet d’aucune étude approfondie et que nous apportent quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux et du Maître du Pontifical de Pierre de Saint-Martial. Ce sont ces manuscrits que sont présentés dans cet article.

Un fragment toulousain du Liber Sextus retrouvé

Un bifolio faisant partie en origine d’un codex toulousain de droit canonique remontant au XIVe siècle (il contient certains Tituli – du X au XIV – du premier Livre du Liber Sextus Decretalium) réapparu sur le marché de l’art, a été découvert et acquis en 2009  par la Bibliothèque Municipale de Toulouse. Aujourd’hui il figure sous la côte Ms 3006 et il enrichi les collections du Département des manuscrits.

Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso
Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso

Sur la découverte de ce fragment voir:

Article – M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France dans le contexte des circulations culturelles méditerranéennes : un autre ms juridique retrouvé enluminé à Avignon par l’atelier du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593]), in Belvedere Meridionale 2015. 2, p. 72-91

Le thème de cet article est l’étude d’un manuscrit juridique enluminé, conservé actuellement dans la Bibliothèque Municipale d’Arras (ms. 499 [593]) : nous avons pu démontrer que ce précieux manuscrit a été illustré et décoré dans le Midi de la France, très probablement à Avignon, dans la première moitié du XIVe siècle par l’atelier dit du Liber de visionis Ezechielis Rotis.

Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.1r
Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.1r
La découverte de ce manuscrit enrichit le corpus des manuscrits juridiques liés à Avignon et à cet important atelier.

Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.75r
Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.75r

Workshop – L’étude des objets manufacturés en Archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées

L’objectif de ce Workshop a été celui de comparer, par l’analyse de quelques cas spécifiques, les méthodes scientifiques utilisées pour l ‘étude des manuscrits enluminés (histoire de l’art médiéval/codicologie) et pour l’étude des objets manufacturés (archéologie médiévale).

Dans les deux disciplines, histoire de l’enluminure médiévale et archéologie médiévale, les contextes de production et d’usage des objets sont fondamentaux pour leur compréhension.
A partir de l’analyse de cas spécifiques on a essayé de montrer les analogies et les différences entre les deux méthodologies d’analyse, l’archéologique et celle de l’histoire de l’art avec la finalité de mieux comprendre dans quelle mesure c’est possible d’adapter et appliquer méthodologies différentes pour arriver à une connaissance plus profonde de l’objet et de son contexte.

Organisation:
IEM (Instituto de Estudos Medievais | FCSH/UNL)
LAMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris/ UMR 8589)

Comité scientifique:
Catarina Tente (IEM-FCSH-UNL)
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL/LAMOP)
Comité d’organisation:
Catarina Tente (IEM-FCSH-UNL)
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/UNL|LAMOP)
Sara Prata (IEM-FCSH-UNL | Universidade de Salamanca)

PROGRAMME

9:45 Ouverture

Session I – Objets manufacturés en contexte archéologique

Presidente : Catarina Tente (IEM-FCSH/UNL)

10:00 Conimbriga medieval: os contextos e os materiais
Adriaan De Man (IEM-FCSH/NOVA)
10:30 As cerâmicas do Gharb al-Andalus e os seus contextos
Grupo de Investigação sobre Cerâmica Islâmica do Gharb al-Andalus (CIGA)
11:00 Pause café
11:30 11:30 Objectos arqueológicos alto-medievais em contexto doméstico: o caso da Tapada das Guaritas (Castelo de Vide)
Sara Prata (IEM-FCSH/NOVA; Universidade de Salamanca)
12:00 Estudos ceramológicos em Arqueologia Clássica: problemas e metodologias

José Carlos Quaresma (CIDEHUS-UÉ; UNIARQ-UL)

12:30 Débat

13:00 Pause déjèuner
Session II – Les manuscrits enluminés et leur contexte 

Presidente : Maria Adelaide Miranda (IEM-FCSH/NOVA)

14:30 Frontiere come luoghi di partenza: brilho e cor da iluminura medieval portuguesa
Maria João Melo (REQUIMTE-LAVQ-FCT/NOVA; IEM, IHA/FCSH/NOVA)
15:00 L’apport des méthodes quantitatives à l’histoire du livre médiéval et de sa décoration
Chiara Ruzzier (Université Catholique de Louvain; LAMOP)
15:30 Coffee-break
16:00 Livres à lire, livres à voir. Mesurer le luxe dans les bibliothèques privées françaises et italiennes du XVe siècle: premiers résultats d’une prospection
Anne Tournieroux (LAMOP)

16:30 Compreender a materialidade do manuscrito medieval no contexto de produção e uso
Inês Correia (IEM-FCSH/NOVA; ANTT-DGLAB)

17:00 Entre a história da arte e arqueologia: o estudo das dinâmicas e dos métodos da circulação dos manuscritos jurídicos iluminados na Idade Média
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA; LAMOP)
17:30 Débat


18:00 Clôture

Le compte rendu du Workshop est en ligne dans le site du LAMOP

10974385_600023983431145_6265392362415198127_o

 

Article – M.A. Bilotta, « Quelques remarques stylistiques sur les manuscrits peints du pape Jean XXII », dans Jean XXII et le Midi, Toulouse 2012 (Cahiers de Fanjeaux, 45), p. 573-614

Dans cet article, on a voulu suggérer certains axes de recherches qui peuvent contribuer à une meilleure compréhension des spécificités stylistiques qui caractérisent les manuscrits peints à Avignon pour le pape Jean XXII en tant qu’oeuvres avignonnaises et dans l’histoire plus globale des productions de ce type. On a essayé de dégager certains traits significatifs de cette production enluminée, typiques de son insertion dans l’histoire de la ville. Par là on a tenté également d’aborder le difficile problème des sources et des origines, des influences subies et exercées, du rayonnement et de l’ouverture de cette forme d’expression artistique. L’importance des expériences formelles languedociennes et toulousaines dans la production enluminée avignonnaise des premières décennies du XIVe siècle est soulignée, et l’on ne manque pas d’évoquer l’arrivée en Avignon d’enlumineurs qui se seraient formés dans les ateliers du Sud-Ouest, à Toulouse mais aussi à Montpellier et, peut-être aussi, à Narbonne. En ce qui concerne les influences, il faut donc envisager un riche et multiple phénomène d’osmose dans l’ensemble des régions du Midi concernées par toute l’activité et la mobilité des pèlerins, des étudiants et des professeurs d’université, des juristes et des fonctionnaires qui constituaient le personnel de la Curie.

-

Exposition – Le Droit en mouvement dans l’Europe Médiévale: les manuscrits juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises

L’inclusion du Portugal dans l’espace culturel européen pendant le Moyen Age est attestée aussi par les manuscrits juridiques médiévaux enluminés, conservés dans les Bibliothèques et les Archives portugais. En effet, ces manuscrits font partie d’un ensemble de précieux témoins matériaux de l’identité commune (écrite, juridique, intellectuelle, artistique) et du dialogue du Portugal avec le reste de l’Europe, en particulier avec le Midi de la France, le reste de la Péninsule ibérique et la Péninsule italienne. Ces manuscrits révèlent aussi la propension du Portugal, déjà à partir du Moyen Age, à une ouverture culturelle que insère parfaitement cette nation dans les dynamiques sociales et culturelles que intéressaient l’Europe à cette époque la.

image001
Affiche de l’exposition

Il reste encore à clarifier par quelles routes certains manuscrits juridiques étrangers sont arrivées au Portugal, cependant, la présence au Portugal de manuscrits juridiques français (surtout franco-méridionaux) ne doit pas étonner. En effet, l’essor des universités notamment à partir du XIIIe siècle et leur développement dans les siècles suivants ont facilité l’arrivée d’étudiants et de maîtres portugais dans les universités européennes comme justement celle de Paris (on pense, par exemple, au médecin et évêque Afonso Dinis et aux maîtres franciscains Álvaro Pais et Gonçalo Hispano) et de Bologne (comme, par exemple, le maître João de Deus au XIIIe siècle) et, plus tard, celles d’Oxford, Salamanque, Montpellier et Toulouse.

Convite Juridicos 2016

Dans ce contexte dynamique de mobilité, de circulations et d’échanges, il est tout à fait possible que les manuscrits juridiques produits en France aient été transportés au Portugal. Bien sûr, les différents phénomènes liés à la mobilité universitaire (circulation des étudiants, des maîtres, des enlumineurs et des copistes, transport des manuscrits) n’ont pas été les seules raisons de cette circulation, mais sûrement ces différents phénomènes ont contribué à favoriser l’arrivée au Portugal de manuscrits étrangers. Également, la présence de français au Portugal, en particulier des ecclésiastiques originaires du Midi français, entre les XIIIe et XIVe siècles a vraisemblablement été l’une des causes du transport de manuscrits étrangers au Portugal.

Grâce à tous ces phénomènes le territoire européen devint entre les XIIIe et XIVe siècles un terrain prolifique d’échanges où différentes expériences culturelles et artistiques ont trouvé des occasions pour se confronter et se rassembler.

UCBG-MS-3155_0197_97_t24-C-R0120
Coimbra, Bibliothèque generale de l’université, ms 3155, f. 97r (© Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra)

Après une ample récolte menée dans les dernières quatre années dans le cadre d’un projet de recherche postdoctorale[1] dans les territoires portugais, cette nouvelle exposition de la Bibliothèque Nationale du Portugal « Le Droit en mouvement dans l’Europe Médiévale: les manuscrits juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisbonne, Biblioteca Nacional de Portugal, 26 Février – 31 Mai 2016), organisée en partenariat avec la Bibliothèque Publique de Evora, la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra, la Bibliothèque Municipale d’Elvas, la Bibliothèque Municipale d’Avignon, la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Archives Municipales de Toulouse,  offre, pour la première fois sur le territoire national portugais, un choix de plus beaux livres juridiques enluminés conservés dans les bibliothèques portugaises.

Le parcours met l’accent justement sur les liens du Portugal avec le reste d’Europe, avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie). A travers ces manuscrits les visiteurs auront l’occasion de faire un passionnant voyage que leur conduira du Midi de la France à Lisbonne en passant par le reste de la Péninsule ibérique et la Péninsule italienne.

Cette exposition a été au contenu innovant : plus de cinquante manuscrits juridiques enluminés, originaires du Portugal, du Nord et du Midi de la France, de l’Italie, de l’Espagne ont sorti extraordinairement des réserves des majeures bibliothèques portugaises – Biblioteca Nacional de Portugal, Biblioteca Pública de Évora, Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra, Biblioteca Pública Municipal do Porto, Biblioteca Municipal de Elvas, Musée la Fundação Calouste Gulbenkian, Archivio nazionale Torre do Tombo, Museu Nacional de Arqueologia – pour être montrés au public
Ces manuscrits témoignent de la richesse des relations scientifiques, culturelles et diplomatiques entre le Portugal et les autres territoires de l’Europe au Moyen Age.

Spotlight de l’exposition « La circulation du Droit dans l’Europe médiévale: les mss juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisboa, Biblioteca Nacional de Portugal , 26 février – 31 mai 2016  ici 

Notice/compte-rendu concernant l’exposition « La circulation du Droit dans l’Europe médiévale: les mss juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisboa, Biblioteca Nacional de Portugal , 26 février – 31 mai 2016; http://www.bnportugal.pt/index.php…) dans la « Revista de História da Sociedade e da Cultura » (n° 16, 2016), publiée par Coimbra University Press ici

[1] L’exposition est réalisée dans le cadre du projet de recherche postdoctorale de Maria Alessandra Bilotta «Portuguese juridical manuscripts production and illumination between 14th and 15th centuries and theirs connections with manuscripts production and illumination in the French “Midi” (specially Toulouse, Avignon and Montpellier) and in the North-Mediterranean regions (Italy and Cataluña)», financé par la Fundaçao para a Ciência e a Tecnologia (FCT) (nr. De référence SFRH/BPD/74298/2010) mené près de l’IEM (Instituto de Estudos Medievais – FCSH – UNL).