Archives de catégorie : Jean XXII

Découverte – Un manuscrit juridique enluminé par l’atelier qui a illustré le Missel ms. 91 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Capitouls de la ville de 1369 et 1370, identifié à la Bibliothèque Vaticane

Parmi les manuscrits juridiques du Midi de la France, repérés à la Bibliothèque apostolique du Vatican dans le cadre d’un projet de recherche financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298/2010), nous pouvons maintenant compter aussi le manuscrit Vat. Lat. 1403 (fig. 1)1

Fig. 1 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Vat. lat. 1403, f. 1r détail via “Digita Vaticana” Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Déjà Stephan Kuttner avait localisé ce manuscrit dans le Midi de la France. Le manuscrit contient les Constitutiones Clementinae (Liber Septimus Decretalium) avec glose ordinaire de Jean d’Andrée (1270-1348). Les Constitutiones Clementinae constituent la collection officielle des textes normatifs canoniques commandée par le pape Clément V (1305-1314) et publiée en Avignon par le pape Jean XXII (1316-1334). Le manuscrit du Vatican, porte la formule de salutation et de bénédiction initiale adressée à l’Université d’Avignon (f 1r.): « Johannes episcopo servus servorum dei dilectis filiis doctoribus et scolaribus universi avinioni commorantibus salutem et apostolicam benedictionem […] ». Cela montre que la version du texte des Constitutiones Clementinae transcrite dans le manuscrit du Vatican est la plus ancienne, contemporaine à la promulgation de la collection par le pape Jean XXII (1317) et dirigée aux universités du Midi de la France. Le Vat lat. 1403 s’ouvre au f. 1r avec une somptueuse page frontispice (fig. 2) qui est la seule page illustrée du manuscrit et qui introduit le texte des Constitutiones Clementinae.

Fig. 2 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Vat. lat. 1403, f. 1r détail via “Digita Vaticana” Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Dans un encadrement rectangulaire, occupant la partie supérieure des deux colonnes d’écriture, le pape Jean XXII est représenté, assis sur le trône au centre de la scène ; il reçoit l’ouvrage du juriste Jean d’Andrée, agenouillé sur la gauche.  Le style des personnages révèle une influence parisienne très marquée qui s’exprime dans le traitement graphique des figures, dépourvues d’épaisseur et caractérisées par une élégance gracieuse. L’illustrateur du manuscrit du Vatican peut être identifiée avec l’enlumineur, probablement actif à Toulouse dans la seconde moitié du XIVe siècle, qui a peint la page découpée du premier livre des Annales de la ville de Toulouse, aujourd’hui conservée au Musée des Augustins, D 19526;  le missel ms. 91, conservé à la Bibliothèque Municipale di Toulouse 2  (fig. 3), le Pontifical, dit Pontifical d’Arles (parce que les litanies de ce Pontifical sont liées au diocèse d’Arles), consevé aujourd’hui à Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9479; la copie du Pèlerinage de la vie humaine de Guillaume de Deguileville, ms. Pal. lat. 1969, conservé à l’Universitätsbibliothek de Heidelberg; la Bible, aujourd’hui détruite, conservée à la Bibliothèque Municipale de Chartres, ms. 165 (201) (fig. 4); le Décret de Gratien, Vat. lat. 24933, conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican; la seule illustration exécutée dans la bas-de-page du f. 50v du manuscrit 299 conservé à la bibliothèque municipale de Bourges.

Fig. 3, Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 91, f. 121r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)
Fig. 4 Olim, Chartres, Bibliothèque Municipale, ms. 165 (201) via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Tous ces manuscrits contribuent à clarifier notre vision de la production enluminé toulousaine de la deuxième moitié du XIVe siècle.

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), “Medieval Europe in Motion”, Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. Cf. M.A. Bilotta, “Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493” , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 21 []
  3. M.A. Bilotta, “Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi”, cit. []

Publication – « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) », dir. Maria Alessandra Bilotta

Cette publication rassemble les travaux présentés lors du premier colloque international « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) » (Lisbonne, 18-20 Avril 2013), organisé par l’Instituto de Estudos Medievais da Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH), et réunit les contributions des académiciens du Portugal, d’Italie, de la France et de l’Espagne, sous la direction scientifique de Maria Alessandra Bilotta, chercheur de l’IEM-NOVA FCSH et spécialiste des circulations des manuscrits juridiques, en particulier du Midi de la France, au Moyen Age. Le livre est le résultat d’une collaboration éditoriale entre l’Instituto de Estudos Medievais et l’éditeur italien Officina di Studi Medievali de Palerme.

Les notions de mouvement et de mobilité sont essentielles à la compréhension de nombreux aspects de la société médiévale. Essentiellement, le mouvement implique des connexions entre le temps, les objets, les personnes et l’espace. Les contributions de ce volume enquêtent sur la façon dont les circulations, les mouvements et la mobilité des objets, des modèles, des commanditaires et des idées ont influencé la création artistique entre les siècles VI et XV de la Méditerranée à la côte atlantique. Le volume montre également la dimension internationale et interdisciplinaire de la recherche actuelle sur la circulation artistique et culturelle et la mobilité au Moyen Age européen.

Informations pratiques :

Maria Alessandra Bilotta (dir.), Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries). Introduction de Gerardo BOTO VARELA – Conclusions de Xavier BARRAL i ALTET, Officina di Studi Medievali, Palermo 2018, 464 pp. (Laboratorio di idee, 2).

Conférence – À propos des manuscrits juridiques enluminés dans le contexte avignonnais au XIVe siècle : quelques nouvelles découvertes

Le 1er février 2012 à 17h30 Maria Alessandra Bilotta, Historienne de l’art médiéval, spécialiste de l’enluminure du Midi de la France, a donné une Conférence publique à l’Académie de Vaucluse sur le thème suivant :

« À propos des manuscrits juridiques enluminés dans le contexte avignonnais au XIVe siècle : quelques nouvelles découvertes »

La conférence a été introduite par Madame Françoise de Forbin, Ancien Conservateur des Fonds anciens et spéciaux de la Bibliothèque municipale d’Avignon – Médiathèque Ceccano et Présidente de l’Académie de Vaucluse

 

La Conférence publique s’est déroulée dans l’Amphithéâtre de l’École d’art – 7, rue Violette, 84000 Avignon

Article – M.A. Bilotta, « Quelques remarques stylistiques sur les manuscrits peints du pape Jean XXII », dans Jean XXII et le Midi, Toulouse 2012 (Cahiers de Fanjeaux, 45), p. 573-614

Dans cet article, on a voulu suggérer certains axes de recherches qui peuvent contribuer à une meilleure compréhension des spécificités stylistiques qui caractérisent les manuscrits peints à Avignon pour le pape Jean XXII en tant qu’oeuvres avignonnaises et dans l’histoire plus globale des productions de ce type. On a essayé de dégager certains traits significatifs de cette production enluminée, typiques de son insertion dans l’histoire de la ville. Par là on a tenté également d’aborder le difficile problème des sources et des origines, des influences subies et exercées, du rayonnement et de l’ouverture de cette forme d’expression artistique. L’importance des expériences formelles languedociennes et toulousaines dans la production enluminée avignonnaise des premières décennies du XIVe siècle est soulignée, et l’on ne manque pas d’évoquer l’arrivée en Avignon d’enlumineurs qui se seraient formés dans les ateliers du Sud-Ouest, à Toulouse mais aussi à Montpellier et, peut-être aussi, à Narbonne. En ce qui concerne les influences, il faut donc envisager un riche et multiple phénomène d’osmose dans l’ensemble des régions du Midi concernées par toute l’activité et la mobilité des pèlerins, des étudiants et des professeurs d’université, des juristes et des fonctionnaires qui constituaient le personnel de la Curie.

-