Archives de catégorie : Iconographie

Article – M. A. Bilotta, Les manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe siècle : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les manuscrits et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283

Les études des huit dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France. Cette production est très significative et présente un caractère typique. Entre le XIIIe et le XIVe siècle, en effet, elle est influencée par le gothique linéaire du nord de la France, ouverte à des courants stylis- tiques diversifiés, venus de la Péninsule italienne, de la Catalogne mais aussi de l’Europe centrale, et elle montre une évidente originalité. Le Midi de la France devient donc à cette époque – grâce aussi à la présence d’enlumineurs, de commanditaires, de possesseurs et de manuscrits étrangers – le territoire où se rassemblent et d’où se transmettent des expériences artistiques et culturelles différentes : ce n’est pas seulement un lieu de rencontre entre le nord et le sud de l’Europe, c’est aussi un lieu de contacts et d’échanges entre les diffé- rents territoires qui bordent la Méditerranée (par exemple, les côtes liguro-toscanes et catalanes).

MA Bilotta-3-page-003
El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 3r, Infortiat, incipit du livre XXIV.3 du Digeste. L’exercice de la justice séculière : le souverain justicier donne une audience et reçoit deux plaignantes, tenant chacune un phylactère, accompagnées par leurs avocats.

La production de manuscrits enluminés de contenu juridique soulève beaucoup de points d’interrogation concernant les centres de production (les lieux et les villes comme, par exemple, Toulouse, Montpellier et Avignon), mais aussi la question des échanges artistiques ainsi que le rôle joué par les artistes itinérants dans le système de production du livre juridique qui était, dans la plupart des cas, contrôlé par les universités. Ces recherches ont mis en évidence les influences réciproques qui se sont exercées dans le monde nord-méditerranéen entre les personnes, les modèles iconographiques et stylistiques et les réalités spatiales. Très récemment nous avons repéré deux nouveaux témoins de cette production, qui n’ont fait jusqu’ici l’objet d’aucune étude approfondie et que nous apportent quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux et du Maître du Pontifical de Pierre de Saint-Martial. Ce sont ces manuscrits que sont présentés dans cet article.

Exposition – Le parement d’autel des Cordeliers de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle

Brodé d’or et de soie, le parement d’autel du musée Paul-Dupuy est un véritable chef-d’oeuvre de l’art textile du XIVe siècle. Sur une longueur totale de 2,67 m, il développe en 26 scènes, l’histoire du Christ dans laquelle viennent s’intercaler des figures de saints, parmi lesquels une place privilégiée est accordée à saint François, le fondateur de l’ordre des Cordeliers.

Exposition : Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle © Tous droits réservés.
Exposition : Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle © Tous droits réservés.
« Maria-Alessandra Bilotta, commissaire scientifique de l’exposition sur le parement d’autel des Cordeliers de Toulouse, conservé au musée Paul-Dupuy, et Sonia Ruiz, adjoint au maire de Toulouse, à la présentation hier de ce chef d’œuvre de l’art textile du XIVe siècle. L’exposition s’accompagne d’un catalogue faisant le point sur les différents aspects abordés par le parement : les ordres mendiants à Toulouse, l’iconographie franciscaine, l’art toulousain de la première moitié du XIVe siècle (enluminure, sculpture…) et l’activité des brodeurs. http://www.musees-midi-pyrenees.fr/musees/musee-paul-dupuy/expositions/le-parement-daautel-de-toulouse-anatomie-daun-chef-daoeuvre-du-xive-siecle-20120313/ » Voir ici

 

Cette exposition (Toulouse, Musée Paul-Dupuy, du 16 mars au 18 juin 2012) a permis de tirer les fils de son histoire en abordant ses différents aspects historiques et artistiques.

Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012
Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012
Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012
Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012

Présentée avec des oeuvres de la même époque – broderies, enluminures, sculptures -, cette peinture à l’aiguille offre l’occasion de pénétrer dans l’univers fascinant du Moyen Âge.

Exposition Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle © Musée Paul Dupuy
Exposition
Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle
© Musée Paul Dupuy

Conférences :
mercredi 21 mars, 15h30
« Le parement d’autel des Cordeliers et son contexte artistique »

par Maria-Alessandra BILOTTA, commissaire scientifique de l’exposition.

mercredi 6 juin, 15h30
« L’enluminure à Toulouse à l’époque du Parement d’autel »

par Maria-Alessandra BILOTTA, commissaire scientifique de l’exposition.

image001-1

Pour le catalogue de l’exposition voir ici

$_57
Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse Anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle, Catalogue de l’exposition présentée au musée Paul-Dupuy, Toulouse, du 16 mars au 18 juin 2012, sous la direction éditoriale et scientifique de Maria Alessandra Bilotta et Marie-Pierre Chaumet-Sarkissian – Avec les contributions de Christine Aribaud, Isabelle Bédat, Sophie Cassagnes-Brouquet, Sophie Delmas, Michelle Fournié, Chiara Frugoni, Christian Heck, Véronique Lamazou-Duplan, Marie-Claude Leonelli, Emmanuel Moureau, Pierre-Yves Le Pogam, Michèle Pradalier-Schlumberger, Henri Pradalier, et Alison Stones

Compte-rendu du Catalogue par Sabine Berger, Université Paris IV-Sorbonne dans « Histara. Les compte-rendus » ici 

Vidéo de l’exposition:

Article – M.A. Bilotta, « La presenza dei santi Antonio, Francesco e Ludovico nel ciclo scultoreo della Chapelle Notre-Dame de Rieux a Tolosa. Tra devozione francescana e conformità istituzionale », in « Il Santo » 54 (2014), fasc. 2-3, p. 405-418

Cet article analyse la présence de saint François d’Assise, saint Antoine de Padoue et saint Louis de Toulouse dans le cycle sculpté de la Chapelle de Rieux à Toulouse, remontant au XIVe siècle.

Saint François d'Assise - Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint François d’Assise – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

La contribution montre la spécificité iconographique du cycle sculpté de la Chapelle de Rieux et explique comment la présence des trois saints dans la petite église puisse être interprétée comme une affirmation visuelle de la part de son commanditaire, le franciscain Jean Tissandier, évêque de Rieux, de fidélité au Saint Siège, dans le plein respect de la ligne de conduite institutionnelle et de l’orthodoxie proclamée par la Papauté.

Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint Antoine de Padoue – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

En partant d’une reconstitution du contexte dans lequel s’insère la présence franciscaine à Toulouse et du rôle considérable joué par les membres de l’Ordre dans la vie culturelle et artistique de la ville, l’article analyse ensuite la Chapelle de Rieux, sa structure architecturale et son cycle sculpté et montre comme Toulouse a été au XIVe siècle, pour ce qu’il concerne la création architecturale aussi, un important et vivace centre de création artistique dans lequel expériences et cultures différentes ont trouvé des espaces et des occasions pour se confronter et pour se fondre.

Saint Lousi de Toulouse - Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint Lousi de Toulouse – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin