Archives de catégorie : Fragments manuscrits

Découverte – Deux nouveaux fragments d’un manuscrit toulousain du Décret de Gratien démembré, datant du début du XIVe siècle, retrouvés.

L’habitude de collectionner des feuillets enluminés isolés, fruits de démembrements de manuscrits médiévaux et renaissants, est un phénomène qui a ses racines déjà au XVIIIe siècle et il est bien connu que cet intérêt des collectionneurs pour des folia fugitiva s’est maintenu aussi bien au XIXe qu’au XXe siècle. Ainsi à ces époques tandis que quelques manuscrits plus chanceux étaient acquis par des bibliophiles attachés aux codices dans leur intégrité et devaient trouver le sur refuge de leurs remarquables bibliothèques, d’autres furent dépecés et leurs feuillets enluminés, désormais séparés les uns des autres furent vendus à de riches acheteurs intéressés uniquement par l’aspect artistique des pages isolées et insensibles aux rapports sémantiques qui relient indissolublement, dans chaque folio d’un manuscrit, le texte à l’image et, dans chacun d’entre eux, tous les feuillets entre eux. Nombre de ces précieux fragments éloignés du contexte du livre pour lequel ils avaient été conçus à l’origine, et qui sont venus faire partie, au début du XXe siècle, d’importantes collections d’art, apportent un précieux témoignage de l’activité des grands collectionneurs du siècle dernier ainsi que de l’activité du marché d’art dans la période du XIXe et XXe siècle.

Dans ce domaine méritent un intérêt particulier plus d’une vingtaine de feuillets enluminés, appartenant primitivement à un même manuscrit, probablement toulousain, du texte du Décret de Gratien avec la glossa ordinaria de Bartolomeo da Brescia, datant des premières décennies du XIVe siècle, qui sont parvenus au début du XXe siècle dans quelques unes des collections d’art les plus prestigieuses d’Europe et des États-unis. Certains de ces fragments importants sont passés récemment dans des collection privées anonymes et sont désormais impossibles à repérer.

Pour cette raison en 2008 (fig. 1) on a pensé qu’il était très utile de les réunir, ne serait-ce que virtuellement, dans une publication (M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », Art de l’enluminure, 24 (mars/avril/mai 2008), numéro monographique) pour en perpétuer le souvenir et conjurer au moins la perte de l’ensemble des connaissances concernant une part du manuscrit pour lequel ces feuillets furent réalisés et du contexte historique et culturel dans lequel ce manuscrit fut confectionné. L’ensemble des folios repérés jusqu’à l’année 2008 appartiennent à la deuxième section du Décret de Gratien, celui des Causae: on pouvait donc reconstituer la structure matérielle et textuelle de cette partie centrale du manuscrit démembré dont ils proviennent.

Fig. 1: couverture du n° 24 de la revue Art de l’enluminure – Un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué : le Décret de Gratien

Un tel travail avait également un but plus immédiat, celui de faciliter la recherche et l’identification d’autres feuillets appartenant au même volume qui pourraient se trouver éventuellement dans le marché d’art ou dans d’autres collections publiques ou privées.

Fig. 2: Allemagne, Collection particulière, Causa XXXI, © D. R.

En effet, en 2010, on a eu la chance de repérer et publier (M.A. Bilotta, « Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué », dans Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, éd. par S. Cassagnes–Brouquet et M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83) un autre feuillet enluminé tiré du même manuscrit (fig. 2), comportant au recto la partie finale de la Causa XXX et au verso le début de la Causa XXXI, aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Allemagne.

Encore, presque dix années après la publication en 2008 des premiers fragments retrouvés et aussi gâce à cette publication, deux autres fragments, appartenants manifestement au même exemplaire toulousain du Décret de Gratien,  ont été repérés et publiés (M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392): il s’agit, cette fois-ci, de la Causa XIII (Fig. 3) et de la Causa XX (Fig. 4).

Fig. 3: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XIII © D. R.
Fig. 4: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XX © D. R.

 

Ces heureux retrouvements attirent l’attention sur l’importance de l’étude des fragments de manuscrits enluminés et aussi sur l’importance de la reconstitution virtuelle des manuscrits démembrés. Le beau manuscrit toulousain du Décret de Gratien désormais en partie reconstitué réprésente ainsi un élément important pour la connaissance de l’enluminure du Midi de la France.

Publication – « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) », dir. Maria Alessandra Bilotta

Cette publication rassemble les travaux présentés lors du premier colloque international « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) » (Lisbonne, 18-20 Avril 2013), organisé par l’Instituto de Estudos Medievais da Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH), et réunit les contributions des académiciens du Portugal, d’Italie, de la France et de l’Espagne, sous la direction scientifique de Maria Alessandra Bilotta, chercheur de l’IEM-NOVA FCSH et spécialiste des circulations des manuscrits juridiques, en particulier du Midi de la France, au Moyen Age. Le livre est le résultat d’une collaboration éditoriale entre l’Instituto de Estudos Medievais et l’éditeur italien Officina di Studi Medievali de Palerme.

Les notions de mouvement et de mobilité sont essentielles à la compréhension de nombreux aspects de la société médiévale. Essentiellement, le mouvement implique des connexions entre le temps, les objets, les personnes et l’espace. Les contributions de ce volume enquêtent sur la façon dont les circulations, les mouvements et la mobilité des objets, des modèles, des commanditaires et des idées ont influencé la création artistique entre les siècles VI et XV de la Méditerranée à la côte atlantique. Le volume montre également la dimension internationale et interdisciplinaire de la recherche actuelle sur la circulation artistique et culturelle et la mobilité au Moyen Age européen.

Informations pratiques :

Maria Alessandra Bilotta (dir.), Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries). Introduction de Gerardo BOTO VARELA – Conclusions de Xavier BARRAL i ALTET, Officina di Studi Medievali, Palermo 2018, 464 pp. (Laboratorio di idee, 2).

Publication en ligne – «L’étude des objets manufacturés en archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées», dir. Maria Alessandra Bilotta, Catarina Tente et Sara Prata

L’objectif de cette publication, issue du Workshop international « L’étude des objets manufacturés en Archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées » (Lisbonne, 13 février 2015 FCSH/NOVA), est celui de comparer, par l’analyse de quelques cas spécifiques, les méthodes scientifiques utilisées pour l‘étude des manuscrits enluminés (codicologie,histoire de l’enluminure médiévale) et pour l’étude des objets manufacturés (archéologie médiévale). Dans les deux disciplines, histoire de l’enluminure médiévale et archéologie médiévale, les contextes de production et d’usage des objets sont fondamentaux pour leur compréhension.

A partir de l’analyse de cas spécifiques on a tenté de montrer les analogies et les différences entre les deux méthodologies d’analyse, l’archéologique et celle de l’histoire de l’art avec la finalité de mieux comprendre dans quelle mesure c’est possible d’adapter et appliquer méthodologies différentes pour arriver à une connaissance plus profonde de l’objet et de son contexte.
Les Actes sont publiées en ligne dans une section spéciale du numéro 19 (janvier-décembre 2017) de la revue « Medieval Sophia »
Vous trouverez le lien avec le numéro 19 de la revue ici
et avec le pdf de la section spéciale (qui est librement consultable) ici

 

Découverte – Fragments enluminés juridiques du Midi de la France découverts au Portugal

Après une ample récolte menée dans les territoires portugais pendant les dernières quatre années dans le cadre du projet de recherche postdoctorale de Maria Alessandra Bilotta (ref.ª: SFRH/BPD/74298/2010), l’exposition  « La circulation du Droit dans l’Europe Médiévale: manuscrits juridiques européens dans les Bibliothèques Portugaises », organisée en 2016 par la Biblioteca Nacional de Portugal et l’Instituto de Estudos Medievais (IEM) de l’Universidade Nova de Lisbonne (en partenariat avec la Bibliothèque Publique de Evora, la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra, la Bibliothèque Municipale d’Elvas, la Bibliothèque Municipale d’Avignon, la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Archives Municipales de Toulouse), a offert, pour la première fois sur le territoire national portugais, un choix de plus beaux livres juridiques enluminés conservés dans les bibliothèques nationales.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

 

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Cette exposition inédite a retracé ainsi l’histoire passionnante de la circulation de manuscrits juridiques européens dans le territoire portugais au Moyen Age.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Les manuscrits juridiques présentés dans cette exposition ont une valeur historique significative et remarquable. Ils font partie des anciens fonds de la Bibliothèque nationale du Portugal (Iluminados et Alcobacenses) et de fonds patrimoniaux d’autres bibliothèques nationales.

Réalisés dans un arc chronologique compris entre XIIe et XVe siècles, ces manuscrits ont été subdivisés dans cette exposition en deux axes thématiques: 1. Sources normatives 2. Littérature juridique. Les grands de juristes.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

La recherche systématique menée  dans les bibliothèques portugaises a permis de présenter pour la première fois au public ce riche ensemble de manuscrits juridiques connus jusqu’à présent seulement de quelques spécialistes.

Maria Alessandra Bilotta — Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Ces exemplaires offrent une nouvelle contribution à la connaissance de l’ensemble de manuscrits qui sont arrivés au Portugal au Moyen Age.

Parmi les œuvres inédites qui ont été exposés figurent de fragments enluminés originaires du Midi de la France.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Ces fragments proviennent de reliures. L’analyse des initiales enluminées de ces fragments montre en effet que ces manuscrits ont probablement été réalisés dans des ateliers du Midi de la France (Toulouse, Montpellier, Avignon) dans la deuxième moitié du XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle.

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Nous vous en proposons quelques images  en attendant la parution du catalogue de l’exposition prévu pour 2018

Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés
Biblioteca Nacional de Portugal — Tous droits réservés

Un fragment toulousain du Liber Sextus retrouvé

Un bifolio faisant partie en origine d’un codex toulousain de droit canonique remontant au XIVe siècle (il contient certains Tituli – du X au XIV – du premier Livre du Liber Sextus Decretalium) réapparu sur le marché de l’art, a été découvert et acquis en 2009  par la Bibliothèque Municipale de Toulouse. Aujourd’hui il figure sous la côte Ms 3006 et il enrichi les collections du Département des manuscrits.

Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso
Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso

Sur la découverte de ce fragment voir:

Exposition – Le Droit en mouvement dans l’Europe Médiévale: les manuscrits juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises

L’inclusion du Portugal dans l’espace culturel européen pendant le Moyen Age est attestée aussi par les manuscrits juridiques médiévaux enluminés, conservés dans les Bibliothèques et les Archives portugais. En effet, ces manuscrits font partie d’un ensemble de précieux témoins matériaux de l’identité commune (écrite, juridique, intellectuelle, artistique) et du dialogue du Portugal avec le reste de l’Europe, en particulier avec le Midi de la France, le reste de la Péninsule ibérique et la Péninsule italienne. Ces manuscrits révèlent aussi la propension du Portugal, déjà à partir du Moyen Age, à une ouverture culturelle que insère parfaitement cette nation dans les dynamiques sociales et culturelles que intéressaient l’Europe à cette époque la.

image001
Affiche de l’exposition

Il reste encore à clarifier par quelles routes certains manuscrits juridiques étrangers sont arrivées au Portugal, cependant, la présence au Portugal de manuscrits juridiques français (surtout franco-méridionaux) ne doit pas étonner. En effet, l’essor des universités notamment à partir du XIIIe siècle et leur développement dans les siècles suivants ont facilité l’arrivée d’étudiants et de maîtres portugais dans les universités européennes comme justement celle de Paris (on pense, par exemple, au médecin et évêque Afonso Dinis et aux maîtres franciscains Álvaro Pais et Gonçalo Hispano) et de Bologne (comme, par exemple, le maître João de Deus au XIIIe siècle) et, plus tard, celles d’Oxford, Salamanque, Montpellier et Toulouse.

Convite Juridicos 2016

Dans ce contexte dynamique de mobilité, de circulations et d’échanges, il est tout à fait possible que les manuscrits juridiques produits en France aient été transportés au Portugal. Bien sûr, les différents phénomènes liés à la mobilité universitaire (circulation des étudiants, des maîtres, des enlumineurs et des copistes, transport des manuscrits) n’ont pas été les seules raisons de cette circulation, mais sûrement ces différents phénomènes ont contribué à favoriser l’arrivée au Portugal de manuscrits étrangers. Également, la présence de français au Portugal, en particulier des ecclésiastiques originaires du Midi français, entre les XIIIe et XIVe siècles a vraisemblablement été l’une des causes du transport de manuscrits étrangers au Portugal.

Grâce à tous ces phénomènes le territoire européen devint entre les XIIIe et XIVe siècles un terrain prolifique d’échanges où différentes expériences culturelles et artistiques ont trouvé des occasions pour se confronter et se rassembler.

UCBG-MS-3155_0197_97_t24-C-R0120
Coimbra, Bibliothèque generale de l’université, ms 3155, f. 97r (© Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra)

Après une ample récolte menée dans les dernières quatre années dans le cadre d’un projet de recherche postdoctorale[1] dans les territoires portugais, cette nouvelle exposition de la Bibliothèque Nationale du Portugal « Le Droit en mouvement dans l’Europe Médiévale: les manuscrits juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisbonne, Biblioteca Nacional de Portugal, 26 Février – 31 Mai 2016), organisée en partenariat avec la Bibliothèque Publique de Evora, la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra, la Bibliothèque Municipale d’Elvas, la Bibliothèque Municipale d’Avignon, la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Archives Municipales de Toulouse,  offre, pour la première fois sur le territoire national portugais, un choix de plus beaux livres juridiques enluminés conservés dans les bibliothèques portugaises.

Le parcours met l’accent justement sur les liens du Portugal avec le reste d’Europe, avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie). A travers ces manuscrits les visiteurs auront l’occasion de faire un passionnant voyage que leur conduira du Midi de la France à Lisbonne en passant par le reste de la Péninsule ibérique et la Péninsule italienne.

Cette exposition a été au contenu innovant : plus de cinquante manuscrits juridiques enluminés, originaires du Portugal, du Nord et du Midi de la France, de l’Italie, de l’Espagne ont sorti extraordinairement des réserves des majeures bibliothèques portugaises – Biblioteca Nacional de Portugal, Biblioteca Pública de Évora, Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra, Biblioteca Pública Municipal do Porto, Biblioteca Municipal de Elvas, Musée la Fundação Calouste Gulbenkian, Archivio nazionale Torre do Tombo, Museu Nacional de Arqueologia – pour être montrés au public
Ces manuscrits témoignent de la richesse des relations scientifiques, culturelles et diplomatiques entre le Portugal et les autres territoires de l’Europe au Moyen Age.

Spotlight de l’exposition « La circulation du Droit dans l’Europe médiévale: les mss juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisboa, Biblioteca Nacional de Portugal , 26 février – 31 mai 2016  ici 

Notice/compte-rendu concernant l’exposition « La circulation du Droit dans l’Europe médiévale: les mss juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisboa, Biblioteca Nacional de Portugal , 26 février – 31 mai 2016; http://www.bnportugal.pt/index.php…) dans la « Revista de História da Sociedade e da Cultura » (n° 16, 2016), publiée par Coimbra University Press ici

[1] L’exposition est réalisée dans le cadre du projet de recherche postdoctorale de Maria Alessandra Bilotta «Portuguese juridical manuscripts production and illumination between 14th and 15th centuries and theirs connections with manuscripts production and illumination in the French “Midi” (specially Toulouse, Avignon and Montpellier) and in the North-Mediterranean regions (Italy and Cataluña)», financé par la Fundaçao para a Ciência e a Tecnologia (FCT) (nr. De référence SFRH/BPD/74298/2010) mené près de l’IEM (Instituto de Estudos Medievais – FCSH – UNL).