Archives de catégorie : Circulations culturelles

Decouverte – un manuscrit juridique retrouvé, enluminé à Avignon par l’atelier occitan du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593])

Entre le XIIIe et le XIVe siècle le Midi de la France a été un milieu considérable de production de manuscrits juridiques enluminés grâce à la présence sur le territoire de nombreux et importants centres universitaires et politiques qui nourrissaient le marché de livres, souvent précieux, tant pour leur contenu que pour leur facture. 

La production des manuscrits juridiques enluminés de la première moitié du XIVe siècle se révèle très articulée et originale du point de vue stylistique avec des équipes d’enlumineurs, parfois composées par des artisans ayant une origine et une formation différentes, sollicitées par une commande émanant de milieux sociaux diversifiés, tant ecclésiastiques (sou- vent liés au milieu universitaire ou à la cour pontificale avignonnaise) que, suppose-t-on, laïques et seigneuriales.

Dans ce contexte s’insère un manuscrit juridique enluminé  réapparu. Ce manuscrit est daté du premier quart du XIVe siècle, et conservé à Arras (Bibliothèque Municipale, ms. 499 [593]; figg. 1, 2) ; nous avons reconnu ce manuscrit comme un nouveau témoin de l’activité de l’une de ces équipes, désignée comme l’atelier du Liber visionis Ezechielis, actif dans le Midi de la France dans la première moitié du XIVe siècle. Ce manuscrit apporte pourtant une nouvelle particule élémentaire à la connaissance de l’œuvre de cet atelier occitan1 .

Fig. 1 Arras, Bibliothèque Municipale, Décrétales, ms. 499 [593], f. 1r (© Bibliothèque Municipale d’Arras)

L’écriture des Décrétales d’Arras est attribuable à un copiste d’origine française comme il est confirmé par l’explicit  du manuscrit (f. 264r) où l’on apprend que le codex  a été transcrit par Jacobi de Clavomesnillo qui a terminé son travail en 1317:« Explicit textus decretalium dei gratia anno m° CCC° XVII° die jovis post festum conversionis beati pauli apostoli per manum Jacobi de Clavomesnillo scriptoris venerabilis viri magistri Roberti de Pinchebek canonici eboracensis». 

On peut interpréter le toponyme Clavomesnillo de la manière suivante : tout d’abord, les toponymes qui terminent en « -mesnil » se trouvent seulement en France, plus précisé-ment en France septentrionale. « Clavo » ne signifie rien, il s’agit surement d’une faute d’orthographe pour « Calvo » (plutôt que « Claro »), donc il s’agirait d’un lieu nommé Calvomesnillo c’est-à-dire « Chaumesnil » ou « Caumesnil ». Il y a au moins deux lieux nommés Chaumesnil près de Troyes et un Caumesnil près d’Arras. Pourtant, le copiste des
Décrétales d’Arras serait un copiste originaire de la France du nord.

En ce qui concerne Robert de Pinchebek, le commanditaire du livre, mentionné dans l’explicit, le nom de ce chanoine de York (nommé également Pinchebek, ou Pincebeck) est cité dans plusieurs actes des registres pontificaux des années 1305–1342 concernant l’Angleterre et l’Irlande pendant le pontificat de Clément V (1305–1314), Jean XXII (1316–1334) et Benoît XII (1335–1342). Il s’agit très probablement de Robert de Pinchebek, procureur pour les pétitions an-glaises à la Chancellerie de la cour pontificale d’Avignon au XIVe siècle, agent de l’évêque de Norwich, John Salmon († 1321)2 .

Fig. 2: Arras, Bibliothèque Municipale, Décrétales, ms.499[593], f.75r (© Bibliothèque Municipale d’Arras).
La décoration peinte du manuscrit est une version très simplifiée des œuvres gothiques réalisées dans le nord de la France. Les illustrations, d’une indéniable originalité, sont animées par la présence de plusieurs personnages aux formes simplifiées et géométrisées aux contours puissamment dessinés, imprégnées de culture méditerranéenne et d’une saveur méridionale accusée. Le style du manuscrit est essentiellement linéaire et d’une exécution quelque peu plate : les images ne témoignent pas d’un grand raffinement mais servent l’animation du récit (fig. 3).

Fig. 3: Arras, Bibliothèque Municipale, Décrétales, ms. 499 [593], f. f. 135r (détail) (© Bibliothèque Municipale d’Arras).

Ces caractéristiques stylistiques montrent que l’artiste qui a réalisé la décoration du manuscrit d’Arras appartient incontestablement à l’atelier du Liber visionis Ezechielis, un atelier vraisemblablement itinérant, actif entre 1315 et 1325, composé par des enlumineurs originaires du Languedoc. Cette équipe d’enlumineurs a travaillé aussi à Avignon où elle a enluminé sûrement trois manuscrits : deux exemplaires contemporains du Liber visionis Ezechielis de Rotis du franciscain Henricus de Carreto (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 12018 et lat. 503) et un autre manuscrit, rattaché à l’atelier par Marie-Thérèse Gousset, avec le texte de la Queste du Saint Graal, daté avec précision de 1319 et localisable à Avignon par son colophon avec l’armoirie du pape Jean XXII ou d’un membre de sa famille (Florence, Bibliothèque Laurentienne, Ashburnam 121, già 48)3.

L’apparition des Décrétales d’Arras a permis  de préciser la physionomie de l’atelier du Liber Visionis, actif entre 1315 et 1325, ainsi que le contexte social et géographique dans lequel le florissant atelier a travaillé. Cette découverte a permis aussi de clarifier nos idées sur le développement et la répartition géographique et chronologique de sa production. Les Décretales d’Arras enluminées par l’atelier méridional, languedocien, du Liber Visionis, transcrites par un copiste originaire de la France du nord et commandées par un commanditaire anglais témoignent pourtant encore plus du « cosmopolitisme » qui existait à Avignon et autour de la Cour pontificale dès le début du second quart du siècle. L’espace géographique, compris entre la Catalogne, le Midi et l’Italie du nord où se situe la géographie artistique de l’atelier du Liber Visionis joue un rôle essentiel, comme on l’a remarqué à plusieurs reprises, dans le développement des échanges culturels, artistiques et sociaux et dans les transmissions des patrimoines et des savoirs dans la première moitié du xive siècle ; des échanges et des transmissions que l’étude des manuscrits juridiques enluminés nous permet aujourd’hui de mieux reconnaître et décrire.

  1. Cf. M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France dans le contexte des circulations culturelles méditerranéennes : un autre ms juridique retrouvé enluminé à Avignon par l’atelier du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593]), dans Belvedere Meridionale 2015. 2, pp. 72-91 []
  2. M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France, cit., pp. 77-78 []
  3. M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France, cit. p. 80 []

Découverte – un manuscrit enluminé par le maitre toulousain du décret de gratien d’avignon reconnu dans les fonds anciens de la bibliothèque vaticane

Au cours de nos recherches menées dans les collections de manuscrits de la Bibliothèque du Vatican, dans le cadre de notre ancien projet de recherche financé par la Fundação para à Ciência et à la Tecnologia portugaise (SFRH/BPD/74298/2010), nous avons eu possibilité d’examiner l’apparat illustratif et décoratif du manuscrit Vat. lat. 1472 (Fig. 1).

Fig. 1 – Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 1472, f. 1r (détail – d’après Digita Vaticana)

L’analyse réalisée sur ce manuscrit raffiné nous a permis de formuler une nouvelle hypothèse attributive concernant la réalisation de son programme iconographique et décoratif et, ainsi, d’apporter quelques nouveautés sur la production de l’enlumineur, de formation toulousaine, actif au milieu du XIVe siècle, auteur des illustrations du Décret de Gratien, ms. 659, conservés à la Bibliothèque municipale d’Avignon (fig. 2), enlumineur que nous  désignons comme Maître du Décret d’Avignon1

Fig. 2 – Avignon, Bibliothèque municipale, ms. 659, f. 2r (cliché IRHT – d’après BVMM)

Le manuscrit Vat. lat. 1472 contient le texte du Catholicon seu Summa prosodiae (cité aussi comme Summa Grammaticalis quae vocatur Catholicon) du dominicain génois Giovanni Balbi (Iohannes Balbus, de Balbis, de Ianua).

L’activité de cet illustrateur talentueux et raffiné de formation toulousaine a eu lieu entre les années ‘20 et les années ‘40-‘50 du XIVe siècle.

L’activité de cet enlumineur montre à quel point les liaisons et les connexions entre Toulouse et Avignon étaient forts dans la première moitié du XIVe siècle aussi pour ce qui concerne la production et la décoration des manuscrits. Sont précisément ces relations qui ont facilité et encouragé, dans les deux villes, la production de manuscrits d’une qualité considérable, résultat de l’union entre artistes et commanditaires et des synergies développées à partir de cette union, synergies qui ont donné vie à des langages picturaux éclectiques qui se sont nourris des fructueux échanges mutuels de connaissances, d’expériences et de suggestions.

  1. M. A. Bilotta, L’esemplare franco-meridionale del Catholicon di Giovanni Balbi, Vat. lat. 1472: una nuova ipotesi attributiva del suo apparato illustrativo, in MISCELLANEA BIBLIOTHECAE APOSTOLICAE VATICANAE XXV (2019), pp. 7-32 []

la circulation des manuscrits Juridiques français du midi dans la péninsule ibérique (portugal et espagne). Manuscrits retrouvés dans le cadre du projet de recherche financé par la FCT portugaise, réf.: SFRH / BPD / 74298/2010

Les résultats de la recherche que nous avons menée dans les dernières huit années que nous présentons dans cette notice ont pour objectif celui de tracer un tableau des circuits de mouvement suivis par les enlumineurs, les manuscrits enluminés et leurs propriétaires dans la zone géographique située entre la France du Sud (la Provence, le Languedoc), l’Espagne et le Portugal au XIVe siècle. Le dépouillement des collections de certaines bibliothèques en Espagne et au Portugal (dans le cadre d’un projet de recherche postdoctoral financé par la FCT portugais; réf.: SFRH / BPD / 74298/2010) dans les années 2011-2018, nous a permis de retrouver dans la Péninsule ibérique de témoins inconnus du travail des ateliers actifs dans le sud de la France au XIVe siècle. Ces exemplaires luxueux témoignent d’un marché du livre actif, mais aussi d’échanges économiques, culturels et sociaux entre hommes, de la circulation des modes et des modèles au XIVe siècle à travers le territoire géographique qui s’étend de la Provence au Portugal. Ces découvertes contribuent à mettre en évidence un phénomène varié d’osmose sociale, culturelle, artistique et institutionnelle dans l’ensemble des régions de la péninsule ibérique et la France du sud ; phénomène favorisé et encouragé par les circuits de pèlerinage, la mobilité des étudiants et des professeurs de l’université, du mouvement à travers le territoire des fonctionnaires et des juristes qui composaient le personnel de la curie papale.
Ces découvertes permettent d’animer la réflexion sur les problèmes liés à la définition de la culture Méditerranée et à la circulation dans ce bassin d’enlumineurs, de manuscrits, modèles, commanditaires, de modèles sociaux et institutionnels.

Fig. 1 © Archivio Capitular de Tortosa – Arxiu Capitular de Tortosa – foto Hilari Muñoz



Fig. 2 © Archivio Capitular de Tortosa – Arxiu Capitular de Tortosa – foto Hilari Muñoz

Cet élégant manuscrit (fig. 1, 2) – datant de la première moitié du XIVe siècle – avec le texte du Décret de Gratien est actuellement conservé aux Archives capitulaires de Tortose.
Nous avons reconnu dans le cycle iconographique de ce précieux manuscrit le travail de l’atelier franco-méridional du “Liber visionis Ezechielis”, actif à Avignon pendant le pontificat et au nom de la famille du pape Jean XXII (1316 – 1334)1. Les illustrations du Décret de Tortosa constituent une preuve supplémentaire de la circulation en Catalogne de manuscrits décorés et illustrés par des enlumineurs de la France du Midi.

Fig. 3 COPYRIGHT © PATRIMONIO NACIONAL

Nous avons repéré ce précieux manuscrit juridique (fig. 3 ) dans les fonds des archives historiques nationales de Madrid2. Ce codex provient de la bibliothèque de la cathédrale d’Avila et contient la Novella super III, IV, V Decretalium de Jean d’Andrée. Nous avons réuni l’ensemble de son décor peint à la main d’un enlumineur occitan au tempérament fort et éclectique: dans son style, les influences italienne et catalane se mêlent. Cet artiste est nommé Maître pontifical de Pierre de Saint-Martial d’après son oeuvre principale: un pontifical portant les insignes héraldiques de Pierre de Saint-Martial, évêque de Rieux, conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, ms. 143. Cet artiste collabore également à la réalisation du décor peint d’un autre luxueux pontifical, richement décoré et illustré par quatre enlumineurs – aujourd’hui conservé dans le Trésor de la cathédrale Saint-Just de Narbonne, ms. 2: c’est le pontifical dit de Pierre de la Jugie, réalisé en 1350 pour ce prélat du Limousin, neveu du pape Clément VI, archevêque de Narbonne de 1347 à 1375. La découverte du manuscrit de Madrid permet d’enrichir le corpus du Maître de Pierre de Saint-Martial et de donner une vision plus complète du parcours artistique de ce talentueux enlumineur franco-méridional.

Fig. 4 COPYRIGHT © PATRIMONIO NACIONAL

Ce manuscrit luxueux (fig. 4), que nous avons repéré dans les fonds de la Bibliothèque de l’Escorial, contient le texte de l’Infortiatum avec la glose ordinaire d’Accurse (1260). À la fin du XVIe siècle, ce codex était dans la bibliothèque du bibliophile et humaniste Antonio Agustín (1517-1586), archevêque de Tarragone de 1576 à 1586. Du point de vue paléographique, le manuscrit est copié en écriture italienne, probablement par une main de Bologne. Nous avons attribué les illustrations de ce manuscrit à un artiste talentueux, actif dans le Midi (probablement dans la région située entre Toulouse, Carcassonne et Narbonne) au début du XIVe siècle3. Il était très probablement à la tête d’un atelier prolifique et nous pouvons le désigner comme Maître du missel d’Augier de Cogeux, d’après son œuvre majeure: un missel à l’usage de Lagrasse réalisé à l’aube du XIVe siècle à l’instigation de l’abbé Augier de Cogeux (ou Cogenx).

Fig. 5 © Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lisboa

Nous avons découvert que cet intéressant exemplaire de Décretales (Liber Extra), conservé aux Archives nationales de la Torre do Tombo à Lisbonne (fig. 5) et datant de la première moitié du XIVe siècle, est destiné aux étudiants de l’Université de Toulouse. En effet, un élément pertinent de ce manuscrit est sa formule de salutation écrite dans la première page du manuscrit, au f. 1r, qui doit être lue comme suit et est adressée aux professeurs et aux étudiants de l’Université de Toulouse:
“Gregorius episcopus servus servorum de dilectis doctoribus et scholaribus universis tholose commorantibus salutem et apostolicam benedictionem” (avec un signe d’insertion pour
Universis avant le mot Tholose; fig. 6)4

Fig. 6 © Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lisboa

Encore un nouveau témoin de la production de manuscrits juridiques du Midi de la France a été retrouvé dans l’Archivo Histórico Nacional à Madrid: il s’agit du manuscrit Códices L. 991, (fig. 7). Ce manuscrit contient le texte du Codex de Justinien (la partie du Corpus Juris Civilis réunissant les édits impériaux et les constitutions) avec la glose ordinaire du juriste italien Accurse5. On a tout récemment reconnu dans l’oeuvre de l’enlumineur du manuscrit Códices L. 991 de Madrid la main de celui qui a réalisé l’apparat décoratif et illustratif de la Bible ms. 15 conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse.

Fig. 7 España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.

Dans le Musée Calouste Gulbenkian à Lisbonne sont conservés deux fragments enluminés et un manuscrit juridiques originaires de la France du Midi. Les fragments M36A (fig. 8) et M36B faisaient partie d’un manuscrit avec le texte du Décret de Gratien, la source la plus importante du droit canonique médiéval, composé par Gratien dans la première moitié du XIIe siècle. Nous avons attribué la décoration de ces fragments à l’atelier du maître du Missel d’Augier de Cogeux (ou Cogenx), actif dans la première moitié du XIVe siècle, probablement à Toulouse6.

Fig. 8 Lisbonne, Museu Calouste Gulbenkian, M 36A, Decretum Gratiani, Quaestio IV, Causa XXXIII, © Fundação Calouste Gulbenkian, Lisboa – Museu Calouste Gulbenkian – Coleção do Fundador, foto: Catarina Gomes Ferreira.


Enfin à la production du déjà cité Maître de Pierre de Saint-Martial est lié aussi un manuscrit du Code de Justinien aujourd’hui conservé au Musée de la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne, ms LA 212. La décoration peinte de ce dernier manuscrit a été lourdement endommagée à cause d’une inondation. Malgré le mauvais état de conservation de l’œuvre, on en aperçoit encore la qualité et la finesse du dessin et de la décoration peinte. Les liens stylistiques entre le Pontifical de Pierre de Saint-Martial, le ms 143 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et le manuscrit de Lisbonne sont évidents : la décoration peinte du Codex de Lisbonne nous paraît pourtant l’œuvre d’un artiste, stylistiquement apparenté au Maître du Pontifical Pierre de Saint-Martial et qui montre lui aussi une évidente connaissance de l’enluminure italienne7.

Fig. 8 : Apresentação do códice a Justiniano. Museu Calouste Gulbenkian – Coleção do Fundador, Inv. LA 212, f. 1r  © Fundação Calouste Gulbenkian, Lisboa – Museu Calouste Gulbenkian – Coleção do Fundador, foto: Catarina Gomes Ferreira.

Les manuscrits repérés dans le cadre du projet de recherche réf.: SFRH / BPD / 74298/2010 permettent donc de clarifier et de préciser certains aspects de l’œuvre de certains enlumineurs méridionaux. Ils permettent également de la situer dans le contexte de la géographie des échanges culturels et sociaux qui ont intéressé au Moyen Age la production enluminée de la Péninsule ibérique et dans une vision cosmopolite et internationale de la production enluminée nord-méditerranéenne .

  1. M. A. Bilotta, “Itinerari di manoscritti giuridici miniati attorno al Mediterraneo occidentale (Catalogna, Midi della Francia, Italia), mobilità universitaria, vie di pellegrinaggio fra il XIII e il XIV secolo: uomini, manoscritti, modelli”, in Porticvm, 4 (nov. 2012), p. 47-63 []
  2. M. A. Bilotta, Les mss juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe s. : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les mss et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283 []
  3. M. A. Bilotta, Les mss juridiques enluminés du Midi de la France cit. []
  4. cfr. M.A. Bilotta, Un manuscrit des Décrétales de Grégoire IX à l’usage de l’Université de Toulouse conservé dans les Archives Nationales de la Torre do Tombo à Lisbonne : quelques aspects iconographiques, dans Portuguese Studies on Medieval Illuminated Manuscripts, Barcelona-Madrid 2014, p. 81-103; Ead., “Um exemplo da circulação dos mss jurídicos iluminados na Europa medieval: três mss jurídicos iluminados preservados em Portugal”, in Invenire, Revista de Bens Culturais da Igreja; N° Especial 2015. Fiat Lux: Estudos sobre mss iluminados em Portugal, pp. 103-116 []
  5. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 : 370-376; Ead., DÉCOUVERTE – UN MANUSCRIT JURIDIQUE, ENLUMINÉ PAR LE MAÎTRE DE LA BIBLE MS. 15 DE LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE TOULOUSE, RETROUVÉ AUX ARCHIVES NATIONALES DE MADRID, dans le Cahier de recherche hypothèse Manuscrits Juridiques du Midi []
  6. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione cit.; Ead., Les mss juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe siecle cit.; Ead., Il Midi fuori dal Midi: un prezioso foglio “fuggitivo” miniato dall’atelier del Messale di Augier de Cogeux nelle collezioni della Lilly Library (Indiana University—Bloomington), in Art fugitiu. Estudis d’art medieval desplaçat, a cura di R. Alcoy, Barcelona 2014, pp. 211-224; A. Stones, Gothic Manuscripts, 1260-1320, London 2014, Vol. I.1: pp. 32, 35, 43, 77, 98; Vol. I.2: p. 320; Vol. II. 1: pp. 190, 202-206, 210-215, cat VII-26, ills. 408-417, tavv. 85-86; Vol. II.2: pp. 114, 155-57; A. Stones, Les dominicains et la production manuscrits à Toulouse aux environs de 1300, in Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse. Anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle, Catalogo della mostra (Tolosa, Musée Paul-Dupuy, 16 marzo – 18 giugno 2012), a cura di M. A. Bilotta e M.-P. Chaumet-Sarkissian, Paris 2012, pp. 50-57; A. Stones, Scheda nr. 7. London, BL Add. 17006, Missel à l’usage de La Grasse, dit Missel d’Augier de Cogeux, in Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse. Anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle, Catalogo della mostra (Tolosa, Musée Paul-Dupuy, 16 marzo – 18 giugno 2012), a cura di M. A. Bilotta e M.-P. Chaumet-Sarkissian, Paris 2012, pp. 102-103; M. A. Bilotta, Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué, in Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, a cura di S. Cassagnes–Brouquet e M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83; M. A. Bilotta, Un artista ricomposto. Il Maestro del Decreto di Tolosa, in Alumina. Pagine miniate, 29 (2010), pp. 24–29; M. A. Bilotta, Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué, in L’Art de l’enluminure, 24 (marzo/aprile/maggio 2008), numero monografico, 69 p. []
  7. M. A. Bilotta, Les mss juridiques enluminés du Midi de la France cit. []

Decouverte – Un manuscrit juridique enluminé par le Maitre du Missel d’Augier de Cogeux [ou Cogenx, abbé de Lagrasse dans les années 1279-1308], retrouvé dans la Bibliothèque de l’Escorial en Espagne

Les études des dix dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France.

Récemment nous avons repéré un nouveau témoins de cette production, qui nous apporte quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux (ou Cogenx), abbé de Lagrasse dans les années 1279-13081.

Le manuscrit qui vient de surgir est un exemplaire très luxueux qui contient le texte de l’Infortiat (ou Infortiatum) avec la glose ordinaire d’Accurse (1260). Ce manuscrit, aujourd’hui conservé en Espagne, à la Bibliothèque de l’Escorial (ms ç-I-152 ; fig. 1), contient donc la partie centrale du Digeste (livres XXIV, titre 3 – XXXVIII, inclus), une partie de l’imposante œuvre juridique attribuée à l’empereur Justinien.

Fig. 1 El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 107r, Infortiat, incipit du livre XXX. Pétition d’héritage de la part d’une femme légataire au souverain justicier. COPYRIGHT © PATRIMONIO NACIONAL

Elle fait suite, d’après la répartition médiévale, au Digestum vetus et précède le Digestum novum3. L’œuvre est divisée en quinze livres. Le manuscrit faisait partie à la fin du XVIe siècle de la bibliothèque de Antonio Agustín (Saragosse, 26 février 1517 – Tarragone, 31 mai 1586), archevêque de Tarragone de 1576 à 1586, important bibliophile et humaniste, très intéressé par les études juridiques et antiques4.

Du point de vue paléographique, l’Infortiat de l’Escorial est transcrit en une écriture italienne, très probablement bolonaise. En revanche, l’écriture des additiones est semblable à celle de l’extrême sud du Languedoc ou de la Catalogne : les signes d’abréviation allongés et le « i » long sont très typiques de cette zone géographique. La datation de l’écriture de l’Infortiat de l’Escorial ne peut être très précise comme c’est souvent le cas pour la rotunda, mais, comme les enluminures du manuscrit sont datables du début du XIVe siècle, l’écriture pourrait bien remonter à 13005.

La décoration peinte du manuscrit confirme amplement la loca- lisation de son enlumineur en terre languedocienne. Il est intéressant de voir, dans le cas des initiales ornées (par exemple aux folios illus- trés 18v, 39r, 85r, 124r, 138v, 155r, 195v, 218v, 241v, 262v), qu’il est capable de passer du style français au style bolonais. Ces initiales révèlent, de la part de l’artiste, une connaissance de l’art pictural transalpin et de l’idiome stylistique bolonais, peut-être assimilés par la consultation de manuscrits italiens de style bolonais. Ainsi l’Infortiat de l’Escorial fournit-il un exemple éloquent des diverses tendances stylistiques qui coexistaient dans le Midi de la France au début du XIVe siècle, parfois au sein d’une même équipe et dans l’œuvre d’un même artiste. En effet, stylistiquement l’œuvre de l’enlumineur de l’Infortiat de l’Escorial se rattache nettement aux enluminures des manuscrits du Midi de la France, tant du point de vue du dispositif décoratif et du vocabulaire ornemental des initiales que du traitement des figures. Par exemple, la surface des fonds des miniatures est divisée en bandes verticales juxtaposées (fig. 1 et 2) : un détail typique de l’enluminure méridionale que l’on ne rencontre que très rarement dans le nord6.

À partir de ces observations nous pouvons affirmer que les quinze illustrations du manuscrit de l’Escorial sont l’œuvre d’un artiste très raffiné, actif en France méridionale (probablement dans le territoire compris entre Toulouse, Carcassonne et Narbonne) au tout début du XIVe siècle. Il fut, très probablement, à la tête d’un atelier prolifique. On peut identifier ce remarquable illustrateur anonyme avec le Maître du Missel d’Augier de Cogeux, d’après le ms 17006 de la British Library de Londres7, un missel à l’usage de Lagrasse datable du début du XIVe siècle. Il s’agit de son œuvre la plus représentative, datant de l’époque où le Maître travaille avec deux autres enlumineurs. Ce superbe missel avait été commandé par l’abbé Augier de Cogeux (ou Auger de Cogenx), en charge de 1279 à 130824, pour la chapelle Saint-Barthélemy de l’abbaye Sainte- Marie de Lagrasse. On reconnaît la main de cet artiste talentueux ainsi que celle de son premier assistant dans plusieurs manuscrits enluminés de contenu juridique.

L’ « apparition » de l’Infortiat de l’Escorial, permet de supposer que le Maître du Missel d’Augier de Cogeux et son équipe ont également illustré et décoré des manuscrits copiés par des mains italiennes peut-être en Italie même. Il est possible, cependant, que ces deux exemplaires soient arrivés dans le Midi de la France avant de recevoir leur décoration peinte. En effet, comme nous l’avons montré, au XIVe siècle c’étaient surtout les livres manuscrits, en particulier juridiques et issus du milieu universitaire bolonais, ainsi que leurs commanditaires qui se déplaçaient8. Ce manuscrit de l’Escorial est un  exemples éloquent de l’activité des ateliers méridionaux dans les milieux cosmopolites du Midi de la France, notamment à Avignon et à Toulouse, lieux privilégiés d’échanges intellectuels et artistiques.

  1. M. A. Bilotta, Les mss juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe s. : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les mss et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283 []
  2. Pour une description du manuscrit voir G. Antólin, Catalogo de los codices latinos de la Real Biblioteca del Escorial, vol. 1, Madrid, 1910 p. 206-207 []
  3. Le Code, le Digeste, ou Pandectes, et les Institutes ont été composés entre 528 et 534 sur l’ordre de l’empereur Justinien. Ces compilations juridiques étaient la base de l’enseignement du droit romain au Moyen Âge. Pour cette raison elles ont été copiées, étudiées et commentées dans les universités, notamment celle de Toulouse qui s’était spécialisée dans l’enseignement du droit. Cf. J. Q. Whitman, « A Note on the Medieval Division of the Digest », Tidschrift voor Rechtsgeschiedenis, 59 (1991), p. 269-284 []
  4. Voir aussi pour la bibliographie concernant la biographie de Antonio Agustín : S. De Maria, M. Parada López de Corselas, « Antonio Agustín, Bologna e l’antiquaria del Cinquecento », dans S. De Maria, M. Parada Lopez de Corselas (dir.), El Imperio y las Hispanias de Trajano a Carlos V. Clasicismo y poder en el arte espanol / L’impero e le Hispaniae da Traiano a Carlo V, Bologne, 2014, p. 331-355 ; J. F. Alcina Rovira, « El humanismo de Antonio Agustín », dans A. Egido, J. E. Laplana (dir.), Mecenazgo y Humanidades en tiempos de Lastanosa : Homenaje a Domingo Ynduráin, Saragosse, 2008, pp. 31-50. Pour la formation juridique de Antonio Agustín voir C. Flores Sellés, « Antonio Agustín, estudiante en Italia (1536- 1541), Studia Albornotiana XXXVII [n° spécial : El cardenal Albornoz y el Colegio de España VI], 1979, p. 319-321 ; M. Mayer Olivé, « Agustin y Albanell, Antonio », dans Diccionario Biografico Español, II, Madrid, 2009, p. 35-42 []
  5. Nous remercions Marc Smith pour les observations paléographiques concernant l’Infortiat de l’Escorial qu’il nous a transmises (communications écrites du 6 mai, du 29 novembre et du 17 décembre 2015). Sur la datation de l’écriture rotunda italienne voir P. Supino Martini, « Linee metodologiche per lo studio dei manoscritti in litterae textuales prodotti in Italia nei secoli XIII-XIV », Scrittura e civiltà, 17, 1993, p. 43-102 []
  6. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien : un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », L’Art de l’enluminure. 24, 2008, Numéro monographique, p. 13; Ead. « Images dans les marges des manuscrits toulousains de la première moitié du XIVe siècle : un monde imaginé entre invention et réalité », Mélanges de l’École française de Rome. Section Moyen Âge. 121/2, 2009, p. 349–359;  Ead., « Un manoscritto giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi : il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » dans P. Maffei, G. M. Varanini, Honos alit artes. Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, Florence, 2014, p. 13-32 : 19 []
  7. Il s’agit du seul manuscrit connu, réalisé pour l’abbaye bénédictine Sainte-Marie de Lagrasse. Sur ce missel voir aussi, pour la bibliographie antérieure, A. Stones, « Notice n° 6bis. Missel à l’usage de La Grasse (OSB, dioc. Carcassonne, prov. Narbonne), dit Missel d’Augier de Cogeux », dans M. A. Bilotta, M.-P. Chaumet- Sarkissian (dir.), Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse. Anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle, Catalogue de l’exposition de Toulouse, Musée Paul Dupuy, 15 mars – 18 juin 2012, Paris, 2012, p. 100-101 ; Ead., Gothic Manuscripts, I-1 p. 32, 35, 43, 77, 98 ; I-2 p. 320 ; II-1 p. 190, 202, 203, 204, 206, 210-15 ; Cat. VII-26, ills. 408-17, pls. 85-86, p. 216, 219, 239, 246 ; II-2 p. 114 n. 2, 141 n. 29 155, 156, 157 []
  8. Cf. M. Medica, « Tra Università e Corti : i miniatori bolognesi del Trecento in Italia settentrionale », dans S. Romano, D. Cerutti (dir.), L’artista girovago. Forestieri, avventurieri, emigranti e missionari nell’arte del Trecento in Italia del Nord, Rome, 2012, p. 101, n. 1 ; Bilotta, « Bologne et ses liens avec Avignon », p. 260 []

Découverte – Un manuscrit juridique du Liber Extra enluminé par l’atelier qui a illustré le Missel ms. 91 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Capitouls de la ville de 1369 et 1370, identifié à la Bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall

Un nouveau manuscrit juridique enluminé  dans le Midi de la France au XIVe siècle a été récemment identifié dans la Bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall [cod. Sang. 742 (S. 443) ; fig. 1; fig. 2] et publié et étudié dans le cadre d’un projet de recherche financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298/2010).1 Il s’agit d’un exemplaire des Décrétales de Grégoire IX, le Liber Extra, avec glose ordinaire de Bernard de Parme et l’Apparat d’Innocent IV (1243-1254).

Fig. 1: Switzerland, St. Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 742© 2018 Buchstadt St.Gallen http://www.buchstadt.ch/veranstaltung/wenn-buecher-recht-haben/codex_0742_443_444-1200/

Fig. 2 Fig. 1: Switzerland, St. Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 742 © 2018 Buchstadt St.Gallen (www.e-codices.ch; https://www.e-codices.unifr.ch/en/list/one/csg/0742)

L’enlumineur qui a illustré et décoré ce manuscrit, probablement actif à Toulouse dans la seconde moitié du XIVe siècle, a peint la page découpée du premier livre des Annales de la ville de Toulouse, aujourd’hui conservée au Musée des Augustins, D 19526; le missel ms. 91, conservé à la Bibliothèque Municipale di Toulouse 2 (fig. 3), le Pontifical, dit Pontifical d’Arles (parce que les litanies de ce Pontifical sont liées au diocèse d’Arles), consevé aujourd’hui à Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9479; la copie du Pèlerinage de la vie humaine de Guillaume de Deguileville, ms. Pal. lat. 1969, conservé à l’Universitätsbibliothek de Heidelberg; la Bible, aujourd’hui détruite, conservée à la Bibliothèque Municipale de Chartres, ms. 165 (201) (fig. 4); le Décret de Gratien, Vat. lat. 24933, conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican; la seule illustration exécutée dans la bas-de-page du f. 50v du manuscrit 299 conservé à la bibliothèque municipale de Bourges; le manuscrit Vat. Lat. 1403, conservé à la Bibliothèque Apostolique du Vatican, qui contient les Constitutiones Clementinae (Liber Septimus Decretalium) avec glose ordinaire de Jean d’Andrée (1270-1348).4

Fig. 3: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 91, f. 121r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Fig. 4: Olim, Chartres, Bibliothèque Municipale, ms. 165 (201) via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Fig. 5: Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Vat. lat. 1403, f. 1r détail via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. Cf. M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 21 []
  3. M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi », cit. []
  4. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia, cit. []

Découverte – Un manuscrit juridique, enluminé par le Maître de la Bible ms. 15 de la Bibliothèque Municipale de Toulouse, retrouvé aux Archives Nationales de Madrid

Un nouveau témoin de la production de manuscrits juridiques du Midi de la France a été retrouvé dans l’Archivo Histórico Nacional à Madrid: il s’agit du manuscrit Códices L. 991, (fig. 1). Ce manuscrit contient le texte du Codex de Justinien (la partie du Corpus Juris Civilis réunissant les édits impériaux et les constitutions) avec la glose ordinaire du juriste italien Accurse.

Fig. 1: España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.

L’apparat décoratif du Codex de Madrid s’inspire du style de la miniature bolognaise de la seconde moitié du XIIIe siècle et montre une cohérence formelle considérable. En revanche, les enluminures du manuscrit Códices L. 991 et quelques aspects de la décoration marginale révèlent la main d’un enlumineur dont les moyens expressifs sont enracinés dans la culture figurative du Midi.

On a tout récemment reconnu dans l’oeuvre de l’enlumineur du manuscrit Códices L. 991 de Madrid la main de celui qui a réalisé l’apparat décoratif et illustratif de la Bible ms. 15 (fig. 2) conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse (cf. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), “Medieval Europe in Motion”, Palermo 2018, p. 319-392 : 370-376): on retrouve, en effet, dans le manuscrit Códices L. 991 de Madrid la même technique picturale et la même gamme chromatique de la Bible ms. 15 de Toulouse, la même prédilection pour les personnages grotesques et les illustrations marginales animées par des êtres hybrides, la même inspiration pour le style de la miniature bolonaise et parisienne contemporaine.

Fig. 2: España, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Archivo Histórico Nacional, CODICES, L.991, f.194r © D.R.

Fig. 3: Toulouse, BM, ms. 15, f. 150r

Fig. 4: Toulouse, BM, ms. 15, f. 256v (détail)

Fig. 5: Toulouse, BM, ms. 15, f. 283r (détail)

La découverte du manuscrit de Madrid permet de tracer le profil d’un enlumineur caractérisé par des caractères formels bien définis, probablement actif à Toulouse au début du XIVe siècle. Il s’est probablement formé sur des modèles bolonais et parvient à mettre en œuvre une synthèse intéressante entre ces derniers styles et celui gothique du Nord de la France, révélant une personnalité très remarquable.

Le manuscrit de Madrid constitue, pourtant, une contribution importante à la connaissance de la miniature juridique produite dans le Midi de la France au début du XIVe siècle. Une production née en terre d’oc et d’oïl, fruit d’un dialogue permanent avec la culture figurative venue de la péninsule italienne et avec celle du nord de la France et de l’Angleterre.

Publication – « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) », dir. Maria Alessandra Bilotta

Cette publication rassemble les travaux présentés lors du premier colloque international « Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries) » (Lisbonne, 18-20 Avril 2013), organisé par l’Instituto de Estudos Medievais da Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa (IEM-NOVA FCSH), et réunit les contributions des académiciens du Portugal, d’Italie, de la France et de l’Espagne, sous la direction scientifique de Maria Alessandra Bilotta, chercheur de l’IEM-NOVA FCSH et spécialiste des circulations des manuscrits juridiques, en particulier du Midi de la France, au Moyen Age. Le livre est le résultat d’une collaboration éditoriale entre l’Instituto de Estudos Medievais et l’éditeur italien Officina di Studi Medievali de Palerme.

Les notions de mouvement et de mobilité sont essentielles à la compréhension de nombreux aspects de la société médiévale. Essentiellement, le mouvement implique des connexions entre le temps, les objets, les personnes et l’espace. Les contributions de ce volume enquêtent sur la façon dont les circulations, les mouvements et la mobilité des objets, des modèles, des commanditaires et des idées ont influencé la création artistique entre les siècles VI et XV de la Méditerranée à la côte atlantique. Le volume montre également la dimension internationale et interdisciplinaire de la recherche actuelle sur la circulation artistique et culturelle et la mobilité au Moyen Age européen.

Informations pratiques :

Maria Alessandra Bilotta (dir.), Medieval Europe in Motion. The Circulation of Artists, Images, Patterns and Ideas from the Mediterranean to the Atlantic Coast (6th-15th centuries). Introduction de Gerardo BOTO VARELA – Conclusions de Xavier BARRAL i ALTET, Officina di Studi Medievali, Palermo 2018, 464 pp. (Laboratorio di idee, 2).