Découverte – Deux fragments de deux manuscrits, probablement toulousains, du Décret de Gratien datant du début du XIVe siècle, retrouvés aux Archives d’État d’Orvieto (Italie)

Deux fragments appartenant à l’origine à deux manuscrits du Décret de Gratien, réalisés dans le Midi de la France, peut-être à Toulouse, ont été retrouvés dans les fonds des Archives d’État d’Orvieto en Italie1.

Le premier fragment  (ASCO, Varietà, 1) est une miniature qui introduit les premiers mots de la Cause XX du Décret de Gratien, comme on peut le constater par la lecture du texte qui précède: « […] in causam ingratitudinis inciderunt. Item: §. 1. Non liceat parentibus liberos suos ad solitariam uitam transeuntes abstrahere de monasterio» (phrases finales de la Cause XIX) et du texte qui suit l’illustration : «Duo pueritiae annos agentes a parentibus monasterio traditi sunt […]» (Incipit de la Cause XX; fig. 1).

Fig. 1Orvieto, Archivio di Stato, ASCO, Varietà, 1, f. 2 (© su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, autorizzazione n. 101 dell’Archivio di Stato di Terni)

Il a été possible de préciser l’origine géographique du fragment en partant de son analyse iconographique : en fait, pour illustrer le sujet débattu dans la Quaestio I de la Cause XX dans le fragment a été choisie une iconographie inconnue dans les exemplaires parisiens et bolonais du Décret :  dans la partie droite de la miniature est représenté un homme sur un cheval en course qui se déshabille pour revenir à la vie séculière («[…] ad secularem miliciam redit […]») et pour abandonner le monastère où il avait été conduit sans son consentement par ses parents. Sur le côté gauche de la scène est représenté un novice, accompagné d’un moine et agenouillé devant l’abbé. Comme l’ont montré François Avril2 et plus tard Margaret Rusius aussi3, cette iconographie, caractérisée par la présence de l’homme à cheval, est inconnue dans les manuscrits enluminés à Bologne et à Paris, en revanche elle est assez répandue dans les manuscrits enluminés dans le Midi de la France, en particulier dans ceux enluminés à Toulouse4.

La deuxième miniature enluminé dans le deuxième fragment (Pergamene di recupero, 1433; fig. 2), introduit l’incipit du texte de la Cause XXVI («Sacerdos sortilegus esse et diuinus conuincitur apud episcopum […]») où, dans la première partie, on discute le cas d’un prêtre accusé de pratiquer de la magie ou de la sorcellerie, qui est excommunié parce qu’il ne respecte pas l’avertissement de son évêque5

Fig. 2 Orvieto, Archivio di Stato, Pergamene di recupero, 1433 (© su concessione del Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, autorizzazione n. 101 dell’Archivio di Stato di Terni)

La scène dans le fragment de Orvieto représente le cas décrit dans le texte de Quaestio V de la Cause XXVI, comme on peut le constater par la lecture du mot QUINTO écrit en lettres majuscules dans l’extrémité inférieure de l’encadrement qui entoure la miniature (fig. 2) À gauche, un prêtre est en train de pratiquer l’ornithomancie,  d’observer et d’indiquer un oiseau posé sur un arbre. Sur la droite est représenté le même prêtre en présence de son évêque en train de lui réprimander. Dans ce cas aussi, comme pour la miniature  précédente, l’iconographie choisie pour illustrer la Cause XXVI lie cette illustration à la production toulousaine. En fait, comme l’a montré Margaret Rusius6 la représentation de la pratique de l’ornithomancie est fréquente dans les manuscrits du Décret de Gratien illustrés dans la région toulousaine7.

 

  1. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  2. F. Avril, «Notice nr. 234. Décret de Gratien avec glose de Barthélémy de Brescia», dans Les fastes du gothique. Le siècle de Charles V, pp. 288-289: 289 []
  3. M. Rusisus, L’illustration du Décret de Gratien dans l’enluminure toulousaine au XIVe siècle, Thèse de doctorat de 3e, histoire de l’art, Paris IV Sorbonne, 1986-1987, 2 vols., pp. 169-207 []
  4. A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures in the Manuscripts of the Decretum Gratiani, II, Roma 1975, Causa XX, Tav. I e II; fig. 23-26 (Studia Gratiana, XVII); cf. F. Avril, «Notice nr. 234. Décret de Gratien», cit., p. 289; M. Rusius, L’illustration du Décret de Gratien, cit., vol. I, pp. 169-207; M.A. Bilotta, « Un ms giuridico miniato tolosano già di Jean Jouffroy, cardinale di Albi: il Decreto di Graziano Vat. lat. 2493 » , in Honos alit artes Studi per il settantesimo compleanno di Mario Ascheri, 2014, pp. 13-32: 20 []
  5. Gratiani Decretum, pars secunda, causa XXVI: «Quidam sacerdos sortilegius esse et divinus convincitur apud episcopium; correctus ab episcopo noluit cessare; excomunicatur; tandem agens in extremis reconciliatur a quodam sacerdote episcopo inconsulto; indicitur penitencia sibi sub quantitate temporis canonibus prefixa. (Qu. I) Primum queritur, qui sint sortilegi? (Qu. II) Secundo, an sit peccatum esse sortilegium? (Qu. III) Tertio, a quibus genus divinationis sumpsit exordium? (Qu. IV) Quarto, quot sint genera divinationis? (Qu. V) Quinto, an sortilegi vel divini sint excomunicandi, si cessare noluerint? (Qu. VI) Sexto, an excomunicatus ab episcopo possit reconciliari a presbitero, illo inconsulto? (Qu. VII) Septimo, si morientibus est indicenda penitencia sub quantitate temporis?», migNe, PL, CLXXXVIII, 1335 []
  6. M. Rusius, L’illustration du Décret de Gratien, cit., vol. I, pp. 169-207 []
  7. A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures, cit., Causa XXVI, Tav. II, III e IV, fig. 16-18, 20-21. K. Nordenfalk, Compte-rendu du volume de A. Melnikas, The Corpus of the Miniatures, cit., in «Zeitschrift für Kunstgeschichte» 43 (1980), pp. 318-337: 335 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.