L’apport des « Monuments français inédits » de Nicolas-Xavier Willemin pour la reconstitution d’un manuscrit toulousain du Décret de Gratien

Au XIXe siècle l’enluminure médiévale devint objet d’un intérêt renouvelé ; en particulier, est bien connu l’intérêt pour l’habitude de collectionner des feuillets enluminés isolés, fruits de démembrements de manuscrits médiévaux et renaissants.

Ainsi à cette époque tandis que quelques manuscrits plus chanceux étaient acquis par des bibliophiles attachés aux codices dans leur intégrité et devaient trouver le sur refuge de leurs remarquables bibliothèques, d’autres furent dépecés et leurs feuillets enluminés, désormais séparés les uns des autres furent vendus à de riches acheteurs intéressés uniquement par l’aspect artistique des pages isolées et insensibles aux rapports sémantiques qui relient indissolublement, dans chaque folio d’un manuscrit, le texte à l’image et, dans chacun d’entre eux, tous les feuillets entre eux.

Par conséquent, on rencontre fréquemment des feuillets enluminés et des miniatures découpées reproduites dans les publications et les catalogues de ventes remontants au XIXe siècle.

Parmi ces publications figurent les « Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIIe » de Nicolas-Xavier Willemin1, « l’un des pionniers de la Renaissance du Moyen Âge en France »2, publiés de façon posthume en 1839.

Comme l’écrit Chiara Savettieri, « Les Monuments français inédits, dont le but était de « populariser le goût des antiquités nationales », depuis le début de la monarchie jusqu’au XVIIIe siècle, en accordant une grande importance au Moyen Âge et à la Renaissance, furent conçus dès 1806, lorsque l’Histoire de l’art par les monuments de Séroux d’Agincourt n’était pas encore publiée, de même que les ouvrages d’Artaud de Montor (Considérations sur l’état de la peinture dans les trois siècles qui ont précédé Raphaël, 1808) et de Paillot de Montabert (Dissertation sur les peintures du Moyen Âge, 1812) qui marquent la naissance du goût pour les « primitifs » en France, tout en restant limités à la peinture médiévale. »3 ; Chiara Savettieri écrit aussi que : « Le but principal de Willemin était de présenter des exemples précis d’ouvrages artistiques, d’objets et de costumes d’époques reculées à travers un riche apparat de gravures. Cette démarche avait d’abord une fonction de vulgarisation auprès du public. D’autre part, elle était utile aux artistes, aux artisans et aux décorateurs de théâtre, en leur fournissant de riches et fiables répertoires de modèles dont ils pouvaient s’inspirer pour éviter toute erreur historique. Le point faible de Willemin fut le manque d’esprit historique capable d’organiser les matériaux illustrés dans une véritable « Histoire ». Convaincu de l’utilité de la gravure en tant que moyen de connaissance supérieur même aux textes écrits, Willemin se concentra sur la reproduction précise des œuvres et des objets, sans accorder suffisamment d’importance aux notices explicatives. »4.

Parmi les gravures reproduisant des miniatures découpées publiées dans les « Monuments français inédits » de Nicolas-Xavier Willemin, François Avril a reconnu un ensemble de six fragments (fig. 1) qui appartenaient primitivement à un même manuscrit, probablement illustré et décoré à Toulouse, du texte du Décret de Gratien avec la glossa ordinaria de Bartolomeo da Brescia, datant des premières décennies du XIVe siècle et enluminé par l’atelier du Missel d’Augier de Cogeux (ou Cogenx), abbé de Lagrasse (1279-1309)5.

Fig. 1: Anciennement, Paris, collection de l’architecte Petit Radel (publiée dans B. WILLEMIN, Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIIe, Vol. I, Paris, 1839, tav. 142 disponible dans la base “Gallica”: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k108712n)

Le six fragments étaient, à l’époque de cette publication, indiqués comme faisant partie du fonds du Cabinet de Mr Petit Radel, Architecte à Paris6 et correspondaient originairement au début des Causes I, XX, XXIII et XVII ainsi que deux miniatures complètement détourées et donc détachées de tout contexte : la première représente un homme assis qui tient dans ses mains un livre et la seconde une femme assise qui joue de la cithare (fig. 1)7.

En 2008 on a pensé qu’il était très utile de republier dans une nouvelle publication8 (fig. 2) les six gravures reproduisant les miniatures découpées, publiées dans les « Monuments » de Willemin et de le réunir dans cette nouvelle publication, ne serait-ce que virtuellement, avec plus d’une vingtaine de feuillets enluminés, appartenant primitivement au même manuscrit.

Fig. 2: couverture du n° 24 de la revue Art de l’enluminure – Un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué : le Décret de Gratien

Un tel travail avait aussi le but de faciliter la recherche des miniatures découpées reproduites dans les gravures de l’œuvre de Willemin et l’identification d’autres feuillets appartenant au même volume qui pourraient se trouver éventuellement dans le marché d’art ou dans d’autres collections publiques ou privées.

En effet, en 2010, on a eu la chance de repérer et publier9 un autre feuillet enluminé tiré du même manuscrit (fig. 3), comportant au recto la partie finale de la Causa XXX et au verso le début de la Causa XXXI, aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Allemagne.

Fig. 3: Allemagne, Collection particulière, Causa XXXI, © D. R.

Encore, presque dix années après la republication en 2008 des six gravures reproduisant les miniatures découpées, publiées dans les « Monuments » de Willemin, et aussi gâce à ces deux publications, l’une de ces dernières miniatures découpées a été repérée et publiée10: il s’agit de la miniature avec la Causa XX (fig. 4 et 5). La miniature représente un moine quittant la vie monastique ; en particulier, l’épisode traite d’un novice qui entre au monastère et d’un autre qui retourne à la vie séculière11.

Fig. 4: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XX © D. R.

 

Fig. 5: Anciennement, Paris, collection de l’architecte Petit Radel (publiée dans B. WILLEMIN, Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIIe, Vol. I, Paris, 1839, tav. 142 disponible dans la base “Gallica”: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k108712n; publié aussi dans «L’art de l’enluminure», 24 (mars/avril/mai 2008), p. 46) (© Maria Alessandra Bilotta)

 

 

 

 

 

 

 

  1. L’oeuvre est actuellement consultable dans Gallica vol. 1 et vol. 2 []
  2. Cf. Chiara Savettieri, notice: WILLEMIN, Nicolas-Xavier
    (Nancy, 5 août 1763-Paris, 23 janvier 1833) dans le site internet de l’INHA – Institut National d’Histoire de l’Art, dernière consultation 16 aout 2018; sur Nicolas-Xavier Willemin voir aussi la notice dans AGORHA. Bases de données de l’Institut national d’Histoire de l’art dernière consultation 16 aout 2018 []
  3. Cf. Chiara Savettieri, notice: WILLEMIN, Nicolas-Xavier, cit. []
  4. Cf. Chiara Savettieri, notice: WILLEMIN, Nicolas-Xavier, cit. []
  5. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », Art de l’enluminure, 24 (mars/avril/mai 2008), numéro monographique []
  6. Il s’agit, très probablement de Louis-François Petit Radel, né le 22 juillet 1739 à Paris et décédé le 7 novembre 1818 à Paris; sur ce personnage voir la notice, rédigée par Nicole Lemaitre dans le site internet du CTHS – Comité des travaux historiques et scientifiques, dernière consultation 16 aout 2018 []
  7. Cf. Monuments français inédits pour servir à l’histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu’au commencement du XVIIe rédigés par N. X. Willemin, vol. 2, Paris 1839, pl. 142; A. Stones, Some Secular Illustrated Manuscripts in Cambridge Collections, in The Cambridge Illumination. The Conference Papers, edited by Stella Panayotova, London – Turnhout 2007, pp. 139-150, particulièrement p. 139 note 7; M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », cit. []
  8. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », cit. []
  9. M.A. Bilotta, « Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué », dans Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, éd. par S. Cassagnes–Brouquet et M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83 []
  10. M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392 []
  11. M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.