Découverte – Un manuscrit avec l’Arbor genealogiae regum Francorum de Bernard Gui, enluminé par un enlumineur toulousain, identifié à la Bibliothèque Vaticane

Peu après  le huitième centenaire de l’ordre dominicain (en 2016), fondé par saint Dominique à Toulouse et confirmé par le pape le 22 décembre 1216 sous le nom des « Frères Prêcheurs », les travaux de recherche menés dans la Bibliothèque Vaticane sur les manuscrits enluminés juridiques du Midi de la France, dans le cadre d’un projet de recherche  financé par la FCT portugaise (SFRH / BPD / 74298 / 2010), dévoilent l’oeuvre d’un enlumineur toulousain de la première moitié du XIVe siècle dans la réalisation de l’illustration de « Arbor genealogiae regum Francorum » du dominicain Bernard Gui (inquisiteur du siège de Toulouse à partir de 1307) dans le manuscrit Reg. 880, conservé à la Bibliothèque Vaticane (fig. 1).

Fig. 1 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Reg. 800, f. 1v, via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana

Cet intéressant manuscrit avait appartenu anciennement à la Bibliothèque des Dominicains de Clermont-Ferrand, en Auvergne, et il s’agit, comme l’a écrit  Léopold Delisle, de l’exemplaire originel de la quatrième édition de « Arbor genealogiae regum Francorum » dans la Chronique des rois de France de Bernard Gui, daté du mai 1320 (la première édition date du 1313, la deuxième du 1314, la troisième du 1316). Parmi les manuscrits originaux qui transmettent la quatrième édition de cette oeuvre il y a aussi le ms. 450 conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse (fig. 2) qui provient de la Bibliothèque du Couvent des Jacobins de cette dernière ville (ff. 183r-192v; l’exemplaire de Toulouse contient la première édition de l’oeuvre, daté du octobre 1314, avec des intégrations de la deuxième édition, daté du décembre 1314, e de la quatrième édition, daté du mai 1320).

Fig. 2: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 450, f. 183v via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

On a reconnu dans l’arbre généalogique des rois de France du ms. Reg. 880 l’oeuvre d’un artiste influencé par le style du Maître d’Augier de Cogeux et de son équipe. Le style du manuscrit du vatican est aussi proche a celui de l’exemplaire ms. 450 de Toulouse (fig. 3 et 4).

Fig. 3 Cité du Vatican, Bibliothèque Vaticane, ms. Reg. 800, f. 2r, via « Digita Vaticana » Copyright©Biblioteca Apostolica Vaticana
Fig. 4: Toulouse, Bibliothèque Municipale, ms. 450, f. 184r via Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux (BVMM), élaborée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-CNRS)

Ces observations nous ont permis d’avancer l’hypothèse que  l’enlumineur illustrant le manuscrit Reg. 880, soit un artiste du Midi, probablement toulousain, actif dans la ville rose pendant les années vingt du XIVe siècle, qui reprend les mêmes modèles formels utilisés dans l’illustration du manuscrit « frère » 450 de la Bibliothèque municipale de Toulouse, avec lequel il partage des iconographies et des schémas, bien que dans ce dernier manuscrit les structures architecturales placées au sommet des arcades qui encadrent le rois Turchotus et Francio soient plus définies dans le sens tridimensionnel (cf. fig. 1 et 2 et M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), « Medieval Europe in Motion », Palermo 2018, p. 319-392).

Ces observations contribuent à éclaircir le domaine de l’enluminure toulousaine de la première moitié du XIVe siècle, un moment où le milieu artistique de la ville se montrait particulièrement dynamique, ouvert et enrichi par les apports internationaux de l’extérieur.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.