Découverte – Deux nouveaux fragments d’un manuscrit toulousain du Décret de Gratien démembré, datant du début du XIVe siècle, retrouvés.

L’habitude de collectionner des feuillets enluminés isolés, fruits de démembrements de manuscrits médiévaux et renaissants, est un phénomène qui a ses racines déjà au XVIIIe siècle et il est bien connu que cet intérêt des collectionneurs pour des folia fugitiva s’est maintenu aussi bien au XIXe qu’au XXe siècle. Ainsi à ces époques tandis que quelques manuscrits plus chanceux étaient acquis par des bibliophiles attachés aux codices dans leur intégrité et devaient trouver le sur refuge de leurs remarquables bibliothèques, d’autres furent dépecés et leurs feuillets enluminés, désormais séparés les uns des autres furent vendus à de riches acheteurs intéressés uniquement par l’aspect artistique des pages isolées et insensibles aux rapports sémantiques qui relient indissolublement, dans chaque folio d’un manuscrit, le texte à l’image et, dans chacun d’entre eux, tous les feuillets entre eux. Nombre de ces précieux fragments éloignés du contexte du livre pour lequel ils avaient été conçus à l’origine, et qui sont venus faire partie, au début du XXe siècle, d’importantes collections d’art, apportent un précieux témoignage de l’activité des grands collectionneurs du siècle dernier ainsi que de l’activité du marché d’art dans la période du XIXe et XXe siècle.

Dans ce domaine méritent un intérêt particulier plus d’une vingtaine de feuillets enluminés, appartenant primitivement à un même manuscrit, probablement toulousain, du texte du Décret de Gratien avec la glossa ordinaria de Bartolomeo da Brescia, datant des premières décennies du XIVe siècle, qui sont parvenus au début du XXe siècle dans quelques unes des collections d’art les plus prestigieuses d’Europe et des États-unis. Certains de ces fragments importants sont passés récemment dans des collection privées anonymes et sont désormais impossibles à repérer.

Pour cette raison en 2008 (fig. 1) on a pensé qu’il était très utile de les réunir, ne serait-ce que virtuellement, dans une publication (M.A. Bilotta, « Le Décret de Gratien: un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué », Art de l’enluminure, 24 (mars/avril/mai 2008), numéro monographique) pour en perpétuer le souvenir et conjurer au moins la perte de l’ensemble des connaissances concernant une part du manuscrit pour lequel ces feuillets furent réalisés et du contexte historique et culturel dans lequel ce manuscrit fut confectionné. L’ensemble des folios repérés jusqu’à l’année 2008 appartiennent à la deuxième section du Décret de Gratien, celui des Causae: on pouvait donc reconstituer la structure matérielle et textuelle de cette partie centrale du manuscrit démembré dont ils proviennent.

Fig. 1: couverture du n° 24 de la revue Art de l’enluminure – Un manuscrit de droit canonique toulousain reconstitué : le Décret de Gratien

Un tel travail avait également un but plus immédiat, celui de faciliter la recherche et l’identification d’autres feuillets appartenant au même volume qui pourraient se trouver éventuellement dans le marché d’art ou dans d’autres collections publiques ou privées.

Fig. 2: Allemagne, Collection particulière, Causa XXXI, © D. R.

En effet, en 2010, on a eu la chance de repérer et publier (M.A. Bilotta, « Nouvelles considérations sur un manuscrit toulousain du Décret de Gratien reconstitué », dans Le livre dans la région toulousaine et ailleurs au Moyen Âge, éd. par S. Cassagnes–Brouquet et M. Fournié, Toulouse 2010, pp. 73–83) un autre feuillet enluminé tiré du même manuscrit (fig. 2), comportant au recto la partie finale de la Causa XXX et au verso le début de la Causa XXXI, aujourd’hui conservé dans une collection particulière en Allemagne.

Encore, presque dix années après la publication en 2008 des premiers fragments retrouvés et aussi gâce à cette publication, deux autres fragments, appartenants manifestement au même exemplaire toulousain du Décret de Gratien,  ont été repérés et publiés (M. A. Bilotta, Nuovi elementi per la storia della produzione e della circolazione dei manoscritti giuridici miniati nel Midi della Francia tra XIII e XIV s.: alcuni frammenti e manoscritti ritrovati, in M.A. Bilotta (ed.), “Medieval Europe in Motion”, Palermo 2018, p. 319-392): il s’agit, cette fois-ci, de la Causa XIII (Fig. 3) et de la Causa XX (Fig. 4).

Fig. 3: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XIII © D. R.
Fig. 4: Collection particulière USA (anciennement Jörn Günther), Decretum Gratiani Causa XX © D. R.

 

Ces heureux retrouvements attirent l’attention sur l’importance de l’étude des fragments de manuscrits enluminés et aussi sur l’importance de la reconstitution virtuelle des manuscrits démembrés. Le beau manuscrit toulousain du Décret de Gratien désormais en partie reconstitué réprésente ainsi un élément important pour la connaissance de l’enluminure du Midi de la France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.