Article – M. A. Bilotta, Les manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe siècle : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les manuscrits et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283

Les études des huit dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France. Cette production est très significative et présente un caractère typique. Entre le XIIIe et le XIVe siècle, en effet, elle est influencée par le gothique linéaire du nord de la France, ouverte à des courants stylis- tiques diversifiés, venus de la Péninsule italienne, de la Catalogne mais aussi de l’Europe centrale, et elle montre une évidente originalité. Le Midi de la France devient donc à cette époque – grâce aussi à la présence d’enlumineurs, de commanditaires, de possesseurs et de manuscrits étrangers – le territoire où se rassemblent et d’où se transmettent des expériences artistiques et culturelles différentes : ce n’est pas seulement un lieu de rencontre entre le nord et le sud de l’Europe, c’est aussi un lieu de contacts et d’échanges entre les diffé- rents territoires qui bordent la Méditerranée (par exemple, les côtes liguro-toscanes et catalanes).

MA Bilotta-3-page-003
El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 3r, Infortiat, incipit du livre XXIV.3 du Digeste. L’exercice de la justice séculière : le souverain justicier donne une audience et reçoit deux plaignantes, tenant chacune un phylactère, accompagnées par leurs avocats.

La production de manuscrits enluminés de contenu juridique soulève beaucoup de points d’interrogation concernant les centres de production (les lieux et les villes comme, par exemple, Toulouse, Montpellier et Avignon), mais aussi la question des échanges artistiques ainsi que le rôle joué par les artistes itinérants dans le système de production du livre juridique qui était, dans la plupart des cas, contrôlé par les universités. Ces recherches ont mis en évidence les influences réciproques qui se sont exercées dans le monde nord-méditerranéen entre les personnes, les modèles iconographiques et stylistiques et les réalités spatiales. Très récemment nous avons repéré deux nouveaux témoins de cette production, qui n’ont fait jusqu’ici l’objet d’aucune étude approfondie et que nous apportent quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux et du Maître du Pontifical de Pierre de Saint-Martial. Ce sont ces manuscrits que sont présentés dans cet article.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *