Decouverte – un manuscrit juridique retrouvé, enluminé à Avignon par l’atelier occitan du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593])

Entre le XIIIe et le XIVe siècle le Midi de la France a été un milieu considérable de production de manuscrits juridiques enluminés grâce à la présence sur le territoire de nombreux et importants centres universitaires et politiques qui nourrissaient le marché de livres, souvent précieux, tant pour leur contenu que pour leur facture. 

La production des manuscrits juridiques enluminés de la première moitié du XIVe siècle se révèle très articulée et originale du point de vue stylistique avec des équipes d’enlumineurs, parfois composées par des artisans ayant une origine et une formation différentes, sollicitées par une commande émanant de milieux sociaux diversifiés, tant ecclésiastiques (sou- vent liés au milieu universitaire ou à la cour pontificale avignonnaise) que, suppose-t-on, laïques et seigneuriales.

Dans ce contexte s’insère un manuscrit juridique enluminé  réapparu. Ce manuscrit est daté du premier quart du XIVe siècle, et conservé à Arras (Bibliothèque Municipale, ms. 499 [593]; figg. 1, 2) ; nous avons reconnu ce manuscrit comme un nouveau témoin de l’activité de l’une de ces équipes, désignée comme l’atelier du Liber visionis Ezechielis, actif dans le Midi de la France dans la première moitié du XIVe siècle. Ce manuscrit apporte pourtant une nouvelle particule élémentaire à la connaissance de l’œuvre de cet atelier occitan1 .

Fig. 1 Arras, Bibliothèque Municipale, Décrétales, ms. 499 [593], f. 1r (© Bibliothèque Municipale d’Arras)

L’écriture des Décrétales d’Arras est attribuable à un copiste d’origine française comme il est confirmé par l’explicit  du manuscrit (f. 264r) où l’on apprend que le codex  a été transcrit par Jacobi de Clavomesnillo qui a terminé son travail en 1317:« Explicit textus decretalium dei gratia anno m° CCC° XVII° die jovis post festum conversionis beati pauli apostoli per manum Jacobi de Clavomesnillo scriptoris venerabilis viri magistri Roberti de Pinchebek canonici eboracensis». 

On peut interpréter le toponyme Clavomesnillo de la manière suivante : tout d’abord, les toponymes qui terminent en « -mesnil » se trouvent seulement en France, plus précisé-ment en France septentrionale. « Clavo » ne signifie rien, il s’agit surement d’une faute d’orthographe pour « Calvo » (plutôt que « Claro »), donc il s’agirait d’un lieu nommé Calvomesnillo c’est-à-dire « Chaumesnil » ou « Caumesnil ». Il y a au moins deux lieux nommés Chaumesnil près de Troyes et un Caumesnil près d’Arras. Pourtant, le copiste des
Décrétales d’Arras serait un copiste originaire de la France du nord.

En ce qui concerne Robert de Pinchebek, le commanditaire du livre, mentionné dans l’explicit, le nom de ce chanoine de York (nommé également Pinchebek, ou Pincebeck) est cité dans plusieurs actes des registres pontificaux des années 1305–1342 concernant l’Angleterre et l’Irlande pendant le pontificat de Clément V (1305–1314), Jean XXII (1316–1334) et Benoît XII (1335–1342). Il s’agit très probablement de Robert de Pinchebek, procureur pour les pétitions an-glaises à la Chancellerie de la cour pontificale d’Avignon au XIVe siècle, agent de l’évêque de Norwich, John Salmon († 1321)2 .

Fig. 2: Arras, Bibliothèque Municipale, Décrétales, ms.499[593], f.75r (© Bibliothèque Municipale d’Arras).
La décoration peinte du manuscrit est une version très simplifiée des œuvres gothiques réalisées dans le nord de la France. Les illustrations, d’une indéniable originalité, sont animées par la présence de plusieurs personnages aux formes simplifiées et géométrisées aux contours puissamment dessinés, imprégnées de culture méditerranéenne et d’une saveur méridionale accusée. Le style du manuscrit est essentiellement linéaire et d’une exécution quelque peu plate : les images ne témoignent pas d’un grand raffinement mais servent l’animation du récit (fig. 3).

Fig. 3: Arras, Bibliothèque Municipale, Décrétales, ms. 499 [593], f. f. 135r (détail) (© Bibliothèque Municipale d’Arras).

Ces caractéristiques stylistiques montrent que l’artiste qui a réalisé la décoration du manuscrit d’Arras appartient incontestablement à l’atelier du Liber visionis Ezechielis, un atelier vraisemblablement itinérant, actif entre 1315 et 1325, composé par des enlumineurs originaires du Languedoc. Cette équipe d’enlumineurs a travaillé aussi à Avignon où elle a enluminé sûrement trois manuscrits : deux exemplaires contemporains du Liber visionis Ezechielis de Rotis du franciscain Henricus de Carreto (Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 12018 et lat. 503) et un autre manuscrit, rattaché à l’atelier par Marie-Thérèse Gousset, avec le texte de la Queste du Saint Graal, daté avec précision de 1319 et localisable à Avignon par son colophon avec l’armoirie du pape Jean XXII ou d’un membre de sa famille (Florence, Bibliothèque Laurentienne, Ashburnam 121, già 48)3.

L’apparition des Décrétales d’Arras a permis  de préciser la physionomie de l’atelier du Liber Visionis, actif entre 1315 et 1325, ainsi que le contexte social et géographique dans lequel le florissant atelier a travaillé. Cette découverte a permis aussi de clarifier nos idées sur le développement et la répartition géographique et chronologique de sa production. Les Décretales d’Arras enluminées par l’atelier méridional, languedocien, du Liber Visionis, transcrites par un copiste originaire de la France du nord et commandées par un commanditaire anglais témoignent pourtant encore plus du « cosmopolitisme » qui existait à Avignon et autour de la Cour pontificale dès le début du second quart du siècle. L’espace géographique, compris entre la Catalogne, le Midi et l’Italie du nord où se situe la géographie artistique de l’atelier du Liber Visionis joue un rôle essentiel, comme on l’a remarqué à plusieurs reprises, dans le développement des échanges culturels, artistiques et sociaux et dans les transmissions des patrimoines et des savoirs dans la première moitié du xive siècle ; des échanges et des transmissions que l’étude des manuscrits juridiques enluminés nous permet aujourd’hui de mieux reconnaître et décrire.

  1. Cf. M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France dans le contexte des circulations culturelles méditerranéennes : un autre ms juridique retrouvé enluminé à Avignon par l’atelier du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593]), dans Belvedere Meridionale 2015. 2, pp. 72-91 []
  2. M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France, cit., pp. 77-78 []
  3. M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France, cit. p. 80 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.