Article – M. A. Bilotta, Les manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France au XIVe siècle : deux nouveaux exemplaires retrouvés en Espagne, dans Culture religieuse méridionale : les manuscrits et leur contexte artistique, Cahiers de Fanjeaux 51 (2016), p. 247-283

Les études des huit dernières années ont beaucoup contribué à mettre en lumière la production de manuscrits juridiques enluminés entre le XIIIe et le XIVe siècle dans l’histoire de l’enluminure du Midi de la France. Cette production est très significative et présente un caractère typique. Entre le XIIIe et le XIVe siècle, en effet, elle est influencée par le gothique linéaire du nord de la France, ouverte à des courants stylis- tiques diversifiés, venus de la Péninsule italienne, de la Catalogne mais aussi de l’Europe centrale, et elle montre une évidente originalité. Le Midi de la France devient donc à cette époque – grâce aussi à la présence d’enlumineurs, de commanditaires, de possesseurs et de manuscrits étrangers – le territoire où se rassemblent et d’où se transmettent des expériences artistiques et culturelles différentes : ce n’est pas seulement un lieu de rencontre entre le nord et le sud de l’Europe, c’est aussi un lieu de contacts et d’échanges entre les diffé- rents territoires qui bordent la Méditerranée (par exemple, les côtes liguro-toscanes et catalanes).

MA Bilotta-3-page-003
El Escorial, Real Biblioteca del Monasterio de San Lorenzo del Escorial, ç-I-1, f. 3r, Infortiat, incipit du livre XXIV.3 du Digeste. L’exercice de la justice séculière : le souverain justicier donne une audience et reçoit deux plaignantes, tenant chacune un phylactère, accompagnées par leurs avocats.

La production de manuscrits enluminés de contenu juridique soulève beaucoup de points d’interrogation concernant les centres de production (les lieux et les villes comme, par exemple, Toulouse, Montpellier et Avignon), mais aussi la question des échanges artistiques ainsi que le rôle joué par les artistes itinérants dans le système de production du livre juridique qui était, dans la plupart des cas, contrôlé par les universités. Ces recherches ont mis en évidence les influences réciproques qui se sont exercées dans le monde nord-méditerranéen entre les personnes, les modèles iconographiques et stylistiques et les réalités spatiales. Très récemment nous avons repéré deux nouveaux témoins de cette production, qui n’ont fait jusqu’ici l’objet d’aucune étude approfondie et que nous apportent quelque nouveauté sur l’œuvre du Maître du Missel d’Augier de Cogeux et du Maître du Pontifical de Pierre de Saint-Martial. Ce sont ces manuscrits que sont présentés dans cet article.

Exposition – Le parement d’autel des Cordeliers de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle

Brodé d’or et de soie, le parement d’autel du musée Paul-Dupuy est un véritable chef-d’oeuvre de l’art textile du XIVe siècle. Sur une longueur totale de 2,67 m, il développe en 26 scènes, l’histoire du Christ dans laquelle viennent s’intercaler des figures de saints, parmi lesquels une place privilégiée est accordée à saint François, le fondateur de l’ordre des Cordeliers.

Exposition : Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle © Tous droits réservés.
Exposition : Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle © Tous droits réservés.

Cette exposition (Toulouse, Musée Paul-Dupuy, du 16 mars au 18 juin 2012) a permis de tirer les fils de son histoire en abordant ses différents aspects historiques et artistiques. Présentée avec des oeuvres de la même époque – broderies, enluminures, sculptures -, cette peinture à l’aiguille offre l’occasion de pénétrer dans l’univers fascinant du Moyen Âge.

Exposition Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle © Musée Paul Dupuy
Exposition
Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle
© Musée Paul Dupuy

Conférences :
mercredi 21 mars, 15h30
« Le parement d’autel des Cordeliers et son contexte artistique »

par Maria-Alessandra BILOTTA, commissaire scientifique de l’exposition.

mercredi 6 juin, 15h30
« L’enluminure à Toulouse à l’époque du Parement d’autel »

par Maria-Alessandra BILOTTA, commissaire scientifique de l’exposition.

image001-1

Pour le catalogue de l’exposition voir ici

$_57

 

Un fragment toulousain du Liber Sextus retrouvé

Un bifolio faisant partie en origine d’un codex toulousain de droit canonique remontant au XIVe siècle (il contient certains Tituli – du X au XIV – du premier Livre du Liber Sextus Decretalium) réapparu sur le marché de l’art, a été découvert et acquis en 2009  par la Bibliothèque Municipale de Toulouse. Aujourd’hui il figure sous la côte Ms 3006 et il enrichi les collections du Département des manuscrits.

Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso
Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso

Sur la découverte de ce fragment voir:

Article – M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France dans le contexte des circulations culturelles méditerranéennes : un autre ms juridique retrouvé enluminé à Avignon par l’atelier du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593]), in Belvedere Meridionale 2015. 2, p. 72-91

Le thème de cet article est l’étude d’un manuscrit juridique enluminé, conservé actuellement dans la Bibliothèque Municipale d’Arras (ms. 499 [593]) : nous avons pu démontrer que ce précieux manuscrit a été illustré et décoré dans le Midi de la France, très probablement à Avignon, dans la première moitié du XIVe siècle par l’atelier dit du Liber de visionis Ezechielis Rotis.

Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.1r
Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.1r
La découverte de ce manuscrit enrichit le corpus des manuscrits juridiques liés à Avignon et à cet important atelier.

Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.75r
Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.75r

Workshop – L’étude des objets manufacturés en Archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées

L’objectif de ce Workshop a été celui de comparer, par l’analyse de quelques cas spécifiques, les méthodes scientifiques utilisées pour l ‘étude des manuscrits enluminés (histoire de l’art médiéval/codicologie) et pour l’étude des objets manufacturés (archéologie médiévale). Dans les deux disciplines, histoire de l’enluminure médiévale et archéologie médiévale, les contextes de production et d’usage des objets sont fondamentaux pour leur compréhension.
A partir de l’analyse de cas spécifiques on a essayé de montrer les analogies et les différences entre les deux méthodologies d’analyse, l’archéologique et celle de l’histoire de l’art avec la finalité de mieux comprendre dans quelle mesure c’est possible d’adapter et appliquer méthodologies différentes pour arriver à une connaissance plus profonde de l’objet et de son contexte.

Organisation:
IEM (Instituto de Estudos Medievais | FCSH/UNL)
LAMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris/ UMR 8589)

Comité scientifique:
Catarina Tente (IEM-FCSH-UNL)
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL/LAMOP)
Comité d’organisation:
Catarina Tente (IEM-FCSH-UNL)
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/UNL|LAMOP)
Sara Prata (IEM-FCSH-UNL | Universidade de Salamanca)

PROGRAMME

9:45 Ouverture

Session I – Objets manufacturés en contexte archéologique

Presidente : Catarina Tente (IEM-FCSH/UNL)

10:00 Conimbriga medieval: os contextos e os materiais
Adriaan De Man (IEM-FCSH/NOVA)
10:30 As cerâmicas do Gharb al-Andalus e os seus contextos
Grupo de Investigação sobre Cerâmica Islâmica do Gharb al-Andalus (CIGA)
11:00 Pause café
11:30 11:30 Objectos arqueológicos alto-medievais em contexto doméstico: o caso da Tapada das Guaritas (Castelo de Vide)
Sara Prata (IEM-FCSH/NOVA; Universidade de Salamanca)
12:00 Estudos ceramológicos em Arqueologia Clássica: problemas e metodologias
José Carlos Quaresma (CIDEHUS-UÉ; UNIARQ-UL)

12:30 Débat

13:00 Pause déjèuner
Session II – Les manuscrits enluminés et leur contexte 

Presidente : Maria Adelaide Miranda (IEM-FCSH/NOVA)

14:30 Frontiere come luoghi di partenza: brilho e cor da iluminura medieval portuguesa
Maria João Melo (REQUIMTE-LAVQ-FCT/NOVA; IEM, IHA/FCSH/NOVA)
15:00 L’apport des méthodes quantitatives à l’histoire du livre médiéval et de sa décoration
Chiara Ruzzier (Université Catholique de Louvain; LAMOP)
15:30 Coffee-break
16:00 Livres à lire, livres à voir. Mesurer le luxe dans les bibliothèques privées françaises et italiennes du XVe siècle: premiers résultats d’une prospection
Anne Tournieroux (LAMOP)
16:30 Compreender a materialidade do manuscrito medieval no contexto de produção e uso
Inês Correia (IEM-FCSH/NOVA; ANTT-DGLAB)
17:00 Entre a história da arte e arqueologia: o estudo das dinâmicas e dos métodos da circulação dos manuscritos jurídicos iluminados na Idade Média
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA; LAMOP)
17:30 Débat
18:00 Clôture

Le compte rendu du Workshop est en ligne dans le site du LAMOP

10974385_600023983431145_6265392362415198127_o

 

Article – M.A. Bilotta, « La presenza dei santi Antonio, Francesco e Ludovico nel ciclo scultoreo della Chapelle Notre-Dame de Rieux a Tolosa. Tra devozione francescana e conformità istituzionale », in « Il Santo » 54 (2014), fasc. 2-3, p. 405-418

Cet article analyse la présence de saint François d’Assise, saint Antoine de Padoue et saint Louis de Toulouse dans le cycle sculpté de la Chapelle de Rieux à Toulouse, remontant au XIVe siècle.

Saint François d'Assise - Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint François d’Assise – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

La contribution montre la spécificité iconographique du cycle sculpté de la Chapelle de Rieux et explique comment la présence des trois saints dans la petite église puisse être interprétée comme une affirmation visuelle de la part de son commanditaire, le franciscain Jean Tissandier, évêque de Rieux, de fidélité au Saint Siège, dans le plein respect de la ligne de conduite institutionnelle et de l’orthodoxie proclamée par la Papauté.

Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint Antoine de Padoue – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

En partant d’une reconstitution du contexte dans lequel s’insère la présence franciscaine à Toulouse et du rôle considérable joué par les membres de l’Ordre dans la vie culturelle et artistique de la ville, l’article analyse ensuite la Chapelle de Rieux, sa structure architecturale et son cycle sculpté et montre comme Toulouse a été au XIVe siècle, pour ce qu’il concerne la création architecturale aussi, un important et vivace centre de création artistique dans lequel expériences et cultures différentes ont trouvé des espaces et des occasions pour se confronter et pour se fondre.

Saint Lousi de Toulouse - Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint Lousi de Toulouse – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

Article – M.A. Bilotta, « Quelques remarques stylistiques sur les manuscrits peints du pape Jean XXII », dans Jean XXII et le Midi, Toulouse 2012 (Cahiers de Fanjeaux, 45), p. 573-614

Dans cet article, on a voulu suggérer certains axes de recherches qui peuvent contribuer à une meilleure compréhension des spécificités stylistiques qui caractérisent les manuscrits peints à Avignon pour le pape Jean XXII en tant qu’oeuvres avignonnaises et dans l’histoire plus globale des productions de ce type. On a essayé de dégager certains traits significatifs de cette production enluminée, typiques de son insertion dans l’histoire de la ville. Par là on a tenté également d’aborder le difficile problème des sources et des origines, des influences subies et exercées, du rayonnement et de l’ouverture de cette forme d’expression artistique. L’importance des expériences formelles languedociennes et toulousaines dans la production enluminée avignonnaise des premières décennies du XIVe siècle est soulignée, et l’on ne manque pas d’évoquer l’arrivée en Avignon d’enlumineurs qui se seraient formés dans les ateliers du Sud-Ouest, à Toulouse mais aussi à Montpellier et, peut-être aussi, à Narbonne. En ce qui concerne les influences, il faut donc envisager un riche et multiple phénomène d’osmose dans l’ensemble des régions du Midi concernées par toute l’activité et la mobilité des pèlerins, des étudiants et des professeurs d’université, des juristes et des fonctionnaires qui constituaient le personnel de la Curie.

-

Exposition – Le Droit en mouvement dans l’Europe Médiévale: les manuscrits juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises

L’inclusion du Portugal dans l’espace culturel européen pendant le Moyen Age est attestée aussi par les manuscrits juridiques médiévaux enluminés, conservés dans les Bibliothèques et les Archives portugais. En effet, ces manuscrits font partie d’un ensemble de précieux témoins matériaux de l’identité commune (écrite, juridique, intellectuelle, artistique) et du dialogue du Portugal avec le reste de l’Europe, en particulier avec le Midi de la France, le reste de la Péninsule ibérique et la Péninsule italienne. Ces manuscrits révèlent aussi la propension du Portugal, déjà à partir du Moyen Age, à une ouverture culturelle que insère parfaitement cette nation dans les dynamiques sociales et culturelles que intéressaient l’Europe à cette époque la.

image001

Il reste encore à clarifier par quelles routes certains manuscrits juridiques étrangers sont arrivées au Portugal, cependant, la présence au Portugal de manuscrits juridiques français (surtout franco-méridionaux) ne doit pas étonner. En effet, l’essor des universités notamment à partir du XIIIe siècle et leur développement dans les siècles suivants ont facilité l’arrivée d’étudiants et de maîtres portugais dans les universités européennes comme justement celle de Paris (on pense, par exemple, au médecin et évêque Afonso Dinis et aux maîtres franciscains Álvaro Pais et Gonçalo Hispano) et de Bologne (comme, par exemple, le maître João de Deus au XIIIe siècle) et, plus tard, celles d’Oxford, Salamanque, Montpellier et Toulouse.

Convite Juridicos 2016

Dans ce contexte dynamique de mobilité, de circulations et d’échanges, il est tout à fait possible que les manuscrits juridiques produits en France aient été transportés au Portugal. Bien sûr, les différents phénomènes liés à la mobilité universitaire (circulation des étudiants, des maîtres, des enlumineurs et des copistes, transport des manuscrits) n’ont pas été les seules raisons de cette circulation, mais sûrement ces différents phénomènes ont contribué à favoriser l’arrivée au Portugal de manuscrits étrangers. Également, la présence de français au Portugal, en particulier des ecclésiastiques originaires du Midi français, entre les XIIIe et XIVe siècles a vraisemblablement été l’une des causes du transport de manuscrits étrangers au Portugal.

Grâce à tous ces phénomènes le territoire européen devint entre les XIIIe et XIVe siècles un terrain prolifique d’échanges où différentes expériences culturelles et artistiques ont trouvé des occasions pour se confronter et se rassembler.

UCBG-MS-3155_0197_97_t24-C-R0120
Coimbra, Bibliothèque generale de l’université, ms 3155, f. 97r (© Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra)

Après une ample récolte menée dans les dernières quatre années dans le cadre d’un projet de recherche postdoctorale[1] dans les territoires portugais, cette nouvelle exposition de la Bibliothèque Nationale du Portugal « Le Droit en mouvement dans l’Europe Médiévale: les manuscrits juridiques européens conservés dans les Bibliothèques Portugaises » (Lisbonne, Bibliothèque National du Portugal, 26 Février – 31 Mai 2016), organisée en partenariat avec la Bibliothèque Publique de Evora, la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra, la Bibliothèque Municipale d’Elvas, la Bibliothèque Municipale d’Avignon, la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, la Bibliothèque Municipale de Toulouse et les Archives Municipales de Toulouse,  offre, pour la première fois sur le territoire national portugais, un choix de plus beaux livres juridiques enluminés conservés dans les bibliothèques portugaises. Le parcours met l’accent justement sur les liens du Portugal avec le reste d’Europe, avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie). A travers ces manuscrits les visiteurs auront l’occasion de faire un passionnant voyage que leur conduira du Midi de la France à Lisbonne en passant par le reste de la Péninsule ibérique et la Péninsule italienne.

 

[1] L’exposition est réalisée dans le cadre du projet de recherche postdoctorale de Maria Alessandra Bilotta «Portuguese juridical manuscripts production and illumination between 14th and 15th centuries and theirs connections with manuscripts production and illumination in the French “Midi” (specially Toulouse, Avignon and Montpellier) and in the North-Mediterranean regions (Italy and Cataluña)», financé par la Fundaçao para a Ciência e a Tecnologia (FCT) (nr. De référence SFRH/BPD/74298/2010) mené près de l’IEM (Instituto de Estudos Medievais – FCSH – UNL).

Colloque international – Circulations juridiques et pratiques artistiques, intellectuelles et culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle) – Medieval Europe in Motion 3 (Lisbonne, 25-27 février 2016)

MEM3

 

Le colloque international Medieval Europe in Motion 3 poursuit la série de rencontres scientifiques inaugurée en 2013 par l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne sur la thématique des mobilités artistiques et culturelles en Europe au Moyen Âge.
L’objectif principal de ce nouveau colloque, en continuité thématique avec les deux éditions précédentes, est d’analyser les phénomènes de circulation et de mobilité des élites lettrées (clercs, universitaires, praticiens), des enlumineurs, des manuscrits, des textes, des modèles artistiques et des idées liés à la pratique du droit dans le territoire européen avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie). La recherche qui soutien l’idée de ce colloque dérive du projet de post-doctorat de Maria Alessandra Bilotta, qui vise à mettre en évidence les liens artistiques et culturels entre le Portugal et le reste de l’Europe, avec un accent particulier sur les manuscrits des régions du sud (de la péninsule ibérique, sud de la France et de la péninsule italienne).

 

file-page1file-page2

Journée d’études – Réseaux des savoirs dans l’Europe médiévale : personnes, sources, matériaux – rencontre Ménestrel

L’IEM (Institut d’Etudes Médiévales) de la Faculdade de Ciências Sociais e Humanas da Universidade Nova de Lisboa en tant que membre du réseau « Ménestrel. Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en Ligne » organise le 29 janvier 2016 une journée d’études sur le thème suivant : « Réseaux des savoirs dans l’Europe médiévale : personnes, sources, matériaux ».
La journée a pour objectif d’analyser par une approche interdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, archéologie, histoire de la littérature) les réseaux des savoirs au sein du monde médiéval à travers le prisme de la zone géographique européenne. Cette rencontre, qui rassemblera divers contributeurs portugais et étrangers, sera aussi l’occasion de présenter l’actualité des recherches et ressources en ligne au Portugal aux membres du réseau Ménestrel.

Comité d’organisation:
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL-FCT)
Mario Farelo (IEM-FCSH-UNL)

Affiche_Menestrel_Lisbonne_2016-page-001 12509068_726055620827980_1605337589854761831_n

Call for papers – Colloque international – Circulations juridiques et pratiques culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle) – Medieval Europe in Motion 3

Circulations juridiques et pratiques artistiques, intellectuelles et culturelles en Europe au Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle)

Colloque international – Lisbonne, 25-27 février 2016

Appel à contributions

Le colloque international Medieval Europe in Motion 3 poursuit la série de rencontres scientifiques inaugurée en 2013 par l’Institut d’Études Médiévales (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne sur la thématique des mobilités artistiques et culturelles en Europe au Moyen Âge (https://sites.google.com/site/medievaleuropeinmotion2013/home).

L’objectif principal de ce nouveau colloque, en continuité thématique avec les deux éditions précédentes, est d’analyser les phénomènes de circulation et de mobilité des élites lettrées (clercs, universitaires, praticiens), des enlumineurs, des manuscrits, des textes, des modèles artistiques et des idées liés à la pratique du droit dans le territoire européen avec une attention particulière pour les contrées méridionales (péninsule Ibérique, France du Midi et Italie).

Seront également analysées la manière dont ces phénomènes de mobilité ont interagi avec les processus de systématisation de l’enseignement et la pratique du droit, ainsi que la représentation visuelle de l’exercice du droit dans les enluminures des manuscrits.

Il ne s’agit pas d’un sujet complètement inédit dans le contexte des études d’histoire de la culture, de l’art et de l’économie, car plusieurs rencontres concernant des problématiques proches ont été organisées depuis quelques années. Il demeure que toutes ces thématiques n’ont pas souvent été mises en relation. Le colloque se propose de mener une analyse globale des aspects liés aux mobilités culturelles et juridiques pour donner un état de la question, susciter de nouvelles perspectives de recherche, et avancer ainsi dans l’étude et la connaissance de ces problématiques.

Pour cela, on abordera en premier lieu l’analyse du phénomène de la mobilité universitaire liée à l’enseignement du droit dans les différentes régions de l’Europe : comment cela se passait-il ? Qui voyageait ? Où les voyageurs se déplaçaient-ils et quelles étaient les villes les plus touchées par ce phénomène ?

En second lieu, le colloque vise à montrer comment ce phénomène de mobilité a également eu une incidence sur la confection des manuscrits juridiques enluminés et comment leur circulation et celle des enlumineurs ont influencé, stimulé, ainsi que modifié les processus de production et de création iconographique et stylistique dans les régions géographiques concernées.

Pour ce qui est du rôle des commanditaires, particuliers ou institutionnels (les commandes institutionnelles passaient souvent par le truchement d’individus, les cardinaux pour la Curie pontificale, les docteurs pour les universités, les podestats ou les juristes à leur service pour les villes et les communes), on se posera les questions suivantes : qui sont les commanditaires des manuscrits juridiques enluminés et pourquoi les possèdent-ils ? Quelles motivations sociales, politiques et économiques peuvent justifier leur commande ?

Dans le domaine de l’illustration des manuscrits juridiques, on se demandera quels sont les modèles iconographiques utilisés pour représenter visuellement l’exercice de la justice ou la manière d’enseigner dans les manuscrits de droit enluminés. Quels sont les contextes culturels dans lesquels ces manuscrits sont produits ? De quelle manière la production de manuscrits juridiques, en particulier dans l’aire géographique considérée (France méridionale, péninsule Ibérique, Italie), a-t-elle été influencée par la présence d’enlumineurs étrangers ?

Dans le domaine de la codicologie, on analysera les aspects matériels de ces manuscrits juridiques pour voir comment ils influencent aussi la technique de production, ainsi que les caractères physiques de l’objet-livre.

Enfin, on cherchera à étudier ces phénomènes de mobilité et de circulation, non pas de façon isolée, mais en les intégrant dans leurs contextes sociaux, politiques, culturels et économiques.

Dans cette perspective, les propositions de communication (20 minutes) pourront s’organiser en plusieurs axes :

  • La peregrinatio academica dans le contexte de la culture juridique
  • Les modalités de l’enseignement et de la pratique du droit en Europe (XIIIe-XVe siècle)
  • Les contextes sociaux, économiques, culturels et artistiques liés à la pratique du droit.
  • La production de livres manuscrits juridiques (enluminés ou non) : les contextes économiques et culturels de production ; le livre juridique en relation avec d’autres types de manuscrits enluminés ; la place du livre juridique dans le contexte de la production artistique médiévale ; l’institution des studia et les manuscrits juridiques enluminés ; les peciae et les manuscrits enluminés ; les manuscrits juridiques enluminés sur le Continent et en Angleterre ; la transition du manuscrit juridique enluminé au livre imprimé.
  • Le support concret que peuvent représenter les manuscrits juridiques dans la construction d’un ordre juridique et l’affermissement de la pratique judiciaire, une dimension performative et effective du livre juridique qui peut conditionner, tout à la fois, sa production, sa circulation, sa possession et ses usages.
  • Les personnes, les idées ainsi que les objets liés à la pratique du droit et à sa circulation dans l’Europe médiévale (XIIIe – XVe siècle).

Les propositions de communications (en français, anglais, espagnol, portugais ou italien), accompagnées d’un bref CV (1 page maximum), sont à envoyer au contact ci-dessous avant le 30 octobre 2015 : memconference2016@gmail.com. Le Comité scientifique prendra en considération l’importance des propositions en relation avec le thème du colloque et adressera sa réponse à partir du 15 novembre 2015.

Inscription avec communication : 50 euros

 

Comité d’organisation :

Coordinateur : Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL – TEMPLA – LAMOP)

Francisco José Díaz Marcilla (IEM-FCSH-UNL)

Mário Sergio Farelo (IEM-FCSH-UNL)

 

Secrétariat d’organisation :

Anabel Moreno (Universidad de Girona – TEMPLA)

 

Comité scientifique :

Etienne Anheim (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Mario Ascheri (Università « Roma Tre »)

François Avril (Bibliothèque nationale de France)

Patrick Arabeyre (Ecole nationale des chartes)

Maria Alessandra Bilotta (IEM – FCSH – UNL – TEMPLA – LAMOP)

Martin Bertram (Deutsches Historisches Institut in Rom – Roma)

Gerardo Boto Varela (Universitat de Girona – TEMPLA)

Paolo Cherubini (Archivio Segreto Vaticano)

Gaspar Coll Rosell (Universitat de Barcelona)

Maria Helena da Cruz Coelho (Universidade de Coimbra)

Fabrice Delivré (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/LAMOP)

José Domingues (Universidade Lusíada)

François Foronda (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/LAMOP)

Robert Gibbs (University of Glasgow)

Stéphane Gioanni (Ecole Française de Rome)

Christian Heck (Université Charles De Gaulle – Lille 3)

Susan L’Engle (Saint Louis University – Vatican Film Library)

Peter Linehan (Cambridge University)

Guy Lobrichon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)

José Meirinhos (IF – Faculdade de Letras da Universidade do Porto)

Maria Adelaide Miranda (IEM – FCSH – UNL)

Aires Augusto Nascimento (Universidade de Lisboa)

Ezio Ornato (CNRS – LAMOP)

Kenneth Pennington (The Catholic University of America)

Jacques Verger (Université Paris–Sorbonne)

 

 

Manuscrits juridiques du Midi

Le carnet Manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France, a pour objectif de rendre compte de l’enquête en cours sur la production de manuscrits juridiques enluminés dans le Midi de la France (XIIIe – XVe siècle) et rassemble des contenus variés (publications, nouvelles, événements scientifiques, programmes des séminaire et colloques organisés dans ce cadre) autour de l’étude scientifique de cette production. Ce carnet est directement lié au projet de recherche post-doctorale en cours mené par Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL) sur « Production et ornementation des manuscrits juridiques portugais entre le XIVe et le XVe s. et leurs relations avec les productions et l’ornementation du Midi de la France (en particulier Toulouse, Avignon et Montpellier) et les régions nord méditerranéennes (Italie et Catalogne) », mené à l’Institut d’études médiévales (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne et financé par la FCT (SFRH / BPD / 74298 / 2010) La recherche porte en particulier sur l’histoire et la production des manuscrits juridiques enluminés, de leur circulation ainsi que de la circulation de leur possesseurs et commanditaires. L’aire géographique concernée est comprise entre le bassin nord méditerranéen et la façade atlantique. La période choisie va du milieu du XIIIe siècle jusqu’au début du XVe siècle. Depuis 2007 les travaux de recherche de Maria Alessandra Bilotta portent sur la production de manuscrits enluminés (liturgiques et juridiques) dans le Midi de la France, en particulier à Toulouse, à Montpellier et à Avignon entre la fin du XIIIe et la première moitié du XVe siècle. Elle a ainsi élaboré une méthodologie de recherche que vise à considérer ces manuscrits et leur illustration comme le résultat d’un processus original et créatif fondé sur les déplacements, les échanges et l’interaction d’enlumineurs, sur la circulation d’œuvres, de commanditaires et de modèles, ainsi que sur le partage de savoirs communs dans l’arc géographique méditerranéen (Italie, France méridionale, Péninsule Ibérique).

Recherches sur la production des manuscrits juridiques enluminés du Midi de la France (XIIIe – XVe siècle) : un carrefour artistique entre le Midi, l'Italie et la Péninsule Ibérique (Castille, Catalogne et Portugal) – XIIIe – XVe siècle