Exposition – Le parement d’autel des Cordeliers de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle

Brodé d’or et de soie, le parement d’autel du musée Paul-Dupuy est un véritable chef-d’oeuvre de l’art textile du XIVe siècle. Sur une longueur totale de 2,67 m, il développe en 26 scènes, l’histoire du Christ dans laquelle viennent s’intercaler des figures de saints, parmi lesquels une place privilégiée est accordée à saint François, le fondateur de l’ordre des Cordeliers.

Exposition : Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle © Tous droits réservés.
Exposition : Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle © Tous droits réservés.
« Maria-Alessandra Bilotta, commissaire scientifique de l’exposition sur le parement d’autel des Cordeliers de Toulouse, conservé au musée Paul-Dupuy, et Sonia Ruiz, adjoint au maire de Toulouse, à la présentation hier de ce chef d’œuvre de l’art textile du XIVe siècle. L’exposition s’accompagne d’un catalogue faisant le point sur les différents aspects abordés par le parement : les ordres mendiants à Toulouse, l’iconographie franciscaine, l’art toulousain de la première moitié du XIVe siècle (enluminure, sculpture…) et l’activité des brodeurs. http://www.musees-midi-pyrenees.fr/musees/musee-paul-dupuy/expositions/le-parement-daautel-de-toulouse-anatomie-daun-chef-daoeuvre-du-xive-siecle-20120313/ » Voir ici

 

Cette exposition (Toulouse, Musée Paul-Dupuy, du 16 mars au 18 juin 2012) a permis de tirer les fils de son histoire en abordant ses différents aspects historiques et artistiques.

Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012
Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012
Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012
Exposition « Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle » Toulouse, Musée Paul-Dupuy 16 mars – 18 juin 2012

Présentée avec des oeuvres de la même époque – broderies, enluminures, sculptures -, cette peinture à l’aiguille offre l’occasion de pénétrer dans l’univers fascinant du Moyen Âge.

Exposition Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle © Musée Paul Dupuy
Exposition
Le parement d’autel de Toulouse : anatomie d’un chef-d’oeuvre du XIVe siècle
© Musée Paul Dupuy

Conférences :
mercredi 21 mars, 15h30
« Le parement d’autel des Cordeliers et son contexte artistique »

par Maria-Alessandra BILOTTA, commissaire scientifique de l’exposition.

mercredi 6 juin, 15h30
« L’enluminure à Toulouse à l’époque du Parement d’autel »

par Maria-Alessandra BILOTTA, commissaire scientifique de l’exposition.

image001-1

Pour le catalogue de l’exposition voir ici

$_57
Le Parement d’autel des Cordeliers de Toulouse Anatomie d’un chef-d’œuvre du XIVe siècle, Catalogue de l’exposition présentée au musée Paul-Dupuy, Toulouse, du 16 mars au 18 juin 2012, sous la direction éditoriale et scientifique de Maria Alessandra Bilotta et Marie-Pierre Chaumet-Sarkissian – Avec les contributions de Christine Aribaud, Isabelle Bédat, Sophie Cassagnes-Brouquet, Sophie Delmas, Michelle Fournié, Chiara Frugoni, Christian Heck, Véronique Lamazou-Duplan, Marie-Claude Leonelli, Emmanuel Moureau, Pierre-Yves Le Pogam, Michèle Pradalier-Schlumberger, Henri Pradalier, et Alison Stones

Compte-rendu du Catalogue par Sabine Berger, Université Paris IV-Sorbonne dans « Histara. Les compte-rendus » ici 

Vidéo de l’exposition:

Un fragment toulousain du Liber Sextus retrouvé

Un bifolio faisant partie en origine d’un codex toulousain de droit canonique remontant au XIVe siècle (il contient certains Tituli – du X au XIV – du premier Livre du Liber Sextus Decretalium) réapparu sur le marché de l’art, a été découvert et acquis en 2009  par la Bibliothèque Municipale de Toulouse. Aujourd’hui il figure sous la côte Ms 3006 et il enrichi les collections du Département des manuscrits.

Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso
Toulouse, Bibliothèque Municipale, Ms 3006, verso

Sur la découverte de ce fragment voir:

Article – M. A. Bilotta, L’enluminure du Midi de la France dans le contexte des circulations culturelles méditerranéennes : un autre ms juridique retrouvé enluminé à Avignon par l’atelier du Liber visionis Ezechielis (Arras, BM, ms. 499 [593]), in Belvedere Meridionale 2015. 2, p. 72-91

Le thème de cet article est l’étude d’un manuscrit juridique enluminé, conservé actuellement dans la Bibliothèque Municipale d’Arras (ms. 499 [593]) : nous avons pu démontrer que ce précieux manuscrit a été illustré et décoré dans le Midi de la France, très probablement à Avignon, dans la première moitié du XIVe siècle par l’atelier dit du Liber de visionis Ezechielis Rotis.

Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.1r
Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.1r
La découverte de ce manuscrit enrichit le corpus des manuscrits juridiques liés à Avignon et à cet important atelier.

Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.75r
Arras,BibliothèqueMunicipale,Décrétales,ms.499[593],f.75r

Workshop – L’étude des objets manufacturés en Archéologie médiévale et l’étude des manuscrits enluminés: méthodologies comparées

L’objectif de ce Workshop a été celui de comparer, par l’analyse de quelques cas spécifiques, les méthodes scientifiques utilisées pour l ‘étude des manuscrits enluminés (histoire de l’art médiéval/codicologie) et pour l’étude des objets manufacturés (archéologie médiévale).

Dans les deux disciplines, histoire de l’enluminure médiévale et archéologie médiévale, les contextes de production et d’usage des objets sont fondamentaux pour leur compréhension.
A partir de l’analyse de cas spécifiques on a essayé de montrer les analogies et les différences entre les deux méthodologies d’analyse, l’archéologique et celle de l’histoire de l’art avec la finalité de mieux comprendre dans quelle mesure c’est possible d’adapter et appliquer méthodologies différentes pour arriver à une connaissance plus profonde de l’objet et de son contexte.

Organisation:
IEM (Instituto de Estudos Medievais | FCSH/UNL)
LAMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris/ UMR 8589)

Comité scientifique:
Catarina Tente (IEM-FCSH-UNL)
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH-UNL/LAMOP)
Comité d’organisation:
Catarina Tente (IEM-FCSH-UNL)
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/UNL|LAMOP)
Sara Prata (IEM-FCSH-UNL | Universidade de Salamanca)

PROGRAMME

9:45 Ouverture

Session I – Objets manufacturés en contexte archéologique

Presidente : Catarina Tente (IEM-FCSH/UNL)

10:00 Conimbriga medieval: os contextos e os materiais
Adriaan De Man (IEM-FCSH/NOVA)
10:30 As cerâmicas do Gharb al-Andalus e os seus contextos
Grupo de Investigação sobre Cerâmica Islâmica do Gharb al-Andalus (CIGA)
11:00 Pause café
11:30 11:30 Objectos arqueológicos alto-medievais em contexto doméstico: o caso da Tapada das Guaritas (Castelo de Vide)
Sara Prata (IEM-FCSH/NOVA; Universidade de Salamanca)
12:00 Estudos ceramológicos em Arqueologia Clássica: problemas e metodologias

José Carlos Quaresma (CIDEHUS-UÉ; UNIARQ-UL)

12:30 Débat

13:00 Pause déjèuner
Session II – Les manuscrits enluminés et leur contexte 

Presidente : Maria Adelaide Miranda (IEM-FCSH/NOVA)

14:30 Frontiere come luoghi di partenza: brilho e cor da iluminura medieval portuguesa
Maria João Melo (REQUIMTE-LAVQ-FCT/NOVA; IEM, IHA/FCSH/NOVA)
15:00 L’apport des méthodes quantitatives à l’histoire du livre médiéval et de sa décoration
Chiara Ruzzier (Université Catholique de Louvain; LAMOP)
15:30 Coffee-break
16:00 Livres à lire, livres à voir. Mesurer le luxe dans les bibliothèques privées françaises et italiennes du XVe siècle: premiers résultats d’une prospection
Anne Tournieroux (LAMOP)

16:30 Compreender a materialidade do manuscrito medieval no contexto de produção e uso
Inês Correia (IEM-FCSH/NOVA; ANTT-DGLAB)

17:00 Entre a história da arte e arqueologia: o estudo das dinâmicas e dos métodos da circulação dos manuscritos jurídicos iluminados na Idade Média
Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA; LAMOP)
17:30 Débat


18:00 Clôture

Le compte rendu du Workshop est en ligne dans le site du LAMOP

10974385_600023983431145_6265392362415198127_o

 

Article – M.A. Bilotta, « La presenza dei santi Antonio, Francesco e Ludovico nel ciclo scultoreo della Chapelle Notre-Dame de Rieux a Tolosa. Tra devozione francescana e conformità istituzionale », in « Il Santo » 54 (2014), fasc. 2-3, p. 405-418

Cet article analyse la présence de saint François d’Assise, saint Antoine de Padoue et saint Louis de Toulouse dans le cycle sculpté de la Chapelle de Rieux à Toulouse, remontant au XIVe siècle.

Saint François d'Assise - Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint François d’Assise – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

La contribution montre la spécificité iconographique du cycle sculpté de la Chapelle de Rieux et explique comment la présence des trois saints dans la petite église puisse être interprétée comme une affirmation visuelle de la part de son commanditaire, le franciscain Jean Tissandier, évêque de Rieux, de fidélité au Saint Siège, dans le plein respect de la ligne de conduite institutionnelle et de l’orthodoxie proclamée par la Papauté.

Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint Antoine de Padoue – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

En partant d’une reconstitution du contexte dans lequel s’insère la présence franciscaine à Toulouse et du rôle considérable joué par les membres de l’Ordre dans la vie culturelle et artistique de la ville, l’article analyse ensuite la Chapelle de Rieux, sa structure architecturale et son cycle sculpté et montre comme Toulouse a été au XIVe siècle, pour ce qu’il concerne la création architecturale aussi, un important et vivace centre de création artistique dans lequel expériences et cultures différentes ont trouvé des espaces et des occasions pour se confronter et pour se fondre.

Saint Lousi de Toulouse - Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin
Saint Lousi de Toulouse – Maître de Rieux — Photothèque Musée des Augustins, Toulouse, photo : Daniel Martin

Article – M.A. Bilotta, « Quelques remarques stylistiques sur les manuscrits peints du pape Jean XXII », dans Jean XXII et le Midi, Toulouse 2012 (Cahiers de Fanjeaux, 45), p. 573-614

Dans cet article, on a voulu suggérer certains axes de recherches qui peuvent contribuer à une meilleure compréhension des spécificités stylistiques qui caractérisent les manuscrits peints à Avignon pour le pape Jean XXII en tant qu’oeuvres avignonnaises et dans l’histoire plus globale des productions de ce type. On a essayé de dégager certains traits significatifs de cette production enluminée, typiques de son insertion dans l’histoire de la ville. Par là on a tenté également d’aborder le difficile problème des sources et des origines, des influences subies et exercées, du rayonnement et de l’ouverture de cette forme d’expression artistique. L’importance des expériences formelles languedociennes et toulousaines dans la production enluminée avignonnaise des premières décennies du XIVe siècle est soulignée, et l’on ne manque pas d’évoquer l’arrivée en Avignon d’enlumineurs qui se seraient formés dans les ateliers du Sud-Ouest, à Toulouse mais aussi à Montpellier et, peut-être aussi, à Narbonne. En ce qui concerne les influences, il faut donc envisager un riche et multiple phénomène d’osmose dans l’ensemble des régions du Midi concernées par toute l’activité et la mobilité des pèlerins, des étudiants et des professeurs d’université, des juristes et des fonctionnaires qui constituaient le personnel de la Curie.

-